S’abonner au mag
  • Turquie
  • Fenerbahçe

Mourinho, toujours aussi spécial

Par Enzo Leanni

Six mois après son licenciement de l’AS Roma, José Mourinho a posé ses valises à Istanbul pour devenir entraîneur du Fenerbahçe. Le Portugais n'est plus au sommet, mais il continue de faire son métier et quitte rarement un club sans y avoir laissé un trophée.

Mourinho, toujours aussi spécial

Il a fallu seulement trois minutes pour vendre l’intégralité des places du Şükrü Saracoğlu Spor Kompleksi mises à disposition. Encore deuxièmes de Süper Lig, derrière Galatasaray, les supporters de Fenerbahçe ne fêtaient pas un titre ce dimanche, mais l’arrivée de José Mourinho sur leur banc. Fumigènes, chants et ovations ont été réservés au Special One, accueilli comme un roi seulement six mois après son éviction de Rome. Le club stambouliote n’a plus régné sur la scène nationale depuis 2014 et compte bien redevenir prophète en son pays grâce à celui qui compte huit titres en championnat, dont trois en Premier League, deux en Serie A et un en Liga. Ses belles années à Chelsea, à l’Inter ou au Real Madrid sont désormais bien loin, pourtant le Mou entend s’offrir une cure de jouvence en Turquie.

Présent à Wembley samedi soir pour la finale de Ligue des champions, l’entraîneur portugais avait déjà fait le show. Avant de décoller pour Istanbul, il a eu le temps de se payer Arsène Wenger à propos du changement de règle du hors-jeu, d’esquisser un sourire narquois au moment de se faire chahuter par le public alors que son visage apparaissait après celui de Jürgen Klopp – qui semble avoir laissé une meilleure image aux supporters de Dortmund que lui auprès des socios du Real – et de demander à Jude Bellingham de signer à Fenerbahçe. Il ne pourra pas s’appuyer sur l’international anglais, mais compte tout de même Michy Batshuayi, Edin Džeko ou encore Dušan Tadić dans son nouvel effectif. Suffisant pour aller chercher le titre tant attendu ? Oui, puisque les Jaune et Bleu n’ont échoué qu’à trois points de Galatasaray et qu’il n’est possible de faire que mieux avec José Mourinho sur le banc.

Mourinho n‘est pas encore à conjuguer au passé

Ce n’est pas son licenciement de l’AS Roma à une triste huitième place en janvier dernier qui va remettre en question la carrière du Portugais. Car si Fenerbahçe attend de remporter une Süper Lig depuis dix ans, la Louve, elle, n’avait pas remporté le moindre trophée depuis 2008 avant que le Special One ne pose ses valises dans la capitale italienne et ne ramène la Ligue Europa Conférence dès sa première saison. La finale de C3 l’année suivante, perdue aux tirs au but contre le Séville FC, laisse même songer au rêve d’une épopée européenne sur les bords du Bosphore. Celui qui a remporté cinq titres internationaux sur le Vieux Continent, dont deux coupes aux grandes oreilles, profite de la deuxième place du championnat pour filer au deuxième tour préliminaire de Ligue des champions.

Les inconditionnels du Lusitanien pourraient pousser le vice et dire que José Mourinho est le dernier entraîneur à avoir conquis Old Trafford, au prix d’une Ligue Europa remportée en 2017 notamment, ou qu’il reste le coach ayant mis fin à la malédiction du huitième de finale de C1 du Real Madrid, menant à la suprématie qu’on connaît aujourd’hui, mais ils se feraient remettre à leur place par les défenseurs de Pep Guardiola. Effectivement, pendant que Mourinho s’en va en Turquie, son meilleur ennemi a conquis une quatrième Premier League consécutive, entrant toujours un peu plus dans l’histoire. Là encore, le choix du Portugais se défend, puisqu’avec huit ans de plus que son rival, il ne semble plus miné par leurs trajectoires opposées. Il n’aurait certes pas affiché le même sourire à Wembley si Manchester City s’était qualifié pour la finale, mais il va pouvoir aborder sa nouvelle aventure en ayant chassé ses vieux démons.

Mourinho arrive dans un championnat qui lui correspond et semble avoir pris du recul sur la profession, acceptant de ne plus être au sommet pour continuer de faire son métier dans des clubs moins puissants. Grâce à quelques punchlines comme lui seul en connaît, un parcours mémorable en Coupe d’Europe et la célébration d’un titre national après une si longue attente, il saura garder un public déjà acquis à sa cause. Derrière, il pourra claquer la porte et se fâcher avec la moitié du club, parce que c’est aussi ça, José Mourinho.

Dans cet article :
L’accueil fou réservé à José Mourinho par les fans de Fenerbahçe
Dans cet article :

Par Enzo Leanni

À lire aussi
Articles en tendances
Logo de l'équipe France
Les notes des Bleus
  • Euro 2024
  • Gr. D
  • France-Pologne (1-1)
Les notes des Bleus

Les notes des Bleus

Les notes des Bleus
11
Revivez le nul entre la France et la Pologne  (1-1)
  • Euro 2024
  • Gr. D
Revivez le nul entre la France et la Pologne (1-1)

Revivez le nul entre la France et la Pologne (1-1)

Revivez le nul entre la France et la Pologne (1-1)
11
Revivez Croatie-Italie (1-1)
  • Euro 2024
  • Gr. B
  • Croatie-Italie
Revivez Croatie-Italie (1-1)

Revivez Croatie-Italie (1-1)

Revivez Croatie-Italie (1-1)
11
Revivez Suisse-Allemagne (1-1)
  • Euro 2024
  • Gr. A
  • Suisse-Allemagne
Revivez Suisse-Allemagne (1-1)

Revivez Suisse-Allemagne (1-1)

Revivez Suisse-Allemagne (1-1)
20
Revivez Géorgie - Portugal (2-0)
  • Euro 2024
  • Gr.E
  • Géorgie-Portugal (2-0)
Revivez Géorgie - Portugal (2-0)

Revivez Géorgie - Portugal (2-0)

Revivez Géorgie - Portugal (2-0)

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

20
Revivez Géorgie - Portugal (2-0)
Revivez Géorgie - Portugal (2-0)

Revivez Géorgie - Portugal (2-0)

Revivez Géorgie - Portugal (2-0)
12
Revivez Tchéquie-Turquie  (1-2)
Revivez Tchéquie-Turquie (1-2)

Revivez Tchéquie-Turquie (1-2)

Revivez Tchéquie-Turquie (1-2)
00
Revivez Ukraine-Belgique  (0-0)
Revivez Ukraine-Belgique (0-0)

Revivez Ukraine-Belgique (0-0)

Revivez Ukraine-Belgique (0-0)
11
Revivez le match Slovaquie - Roumanie  (1-1)
Revivez le match Slovaquie - Roumanie (1-1)

Revivez le match Slovaquie - Roumanie (1-1)

Revivez le match Slovaquie - Roumanie (1-1)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Super Lig

Fenerbahçe

Turquie

Logo de l'équipe République Tchèque
dpatop - 26 June 2024, Hamburg: Soccer, UEFA Euro 2024, European Championship, Czech Republic - Turkey, preliminary round, Group F, match day 3, Volksparkstadion Hamburg, Kenan Yildiz (l) of Turkey and Vladimir Coufal of the Czech Republic fight for the ball. Photo: Sina Schuldt/dpa   - Photo by Icon Sport
dpatop - 26 June 2024, Hamburg: Soccer, UEFA Euro 2024, European Championship, Czech Republic - Turkey, preliminary round, Group F, match day 3, Volksparkstadion Hamburg, Kenan Yildiz (l) of Turkey and Vladimir Coufal of the Czech Republic fight for the ball. Photo: Sina Schuldt/dpa - Photo by Icon Sport
La Turquie arrache la deuxième place et éjecte la Tchéquie

La Turquie arrache la deuxième place et éjecte la Tchéquie

La Turquie arrache la deuxième place et éjecte la Tchéquie