S’abonner au mag
  • CONCACAF
  • Suriname

Guérilla, coke et titulaire en CONCACAF League à 60 ans : à la rencontre de Ronnie Brunswijk

Par Éric Maggiori
Guérilla, coke et titulaire en CONCACAF League à 60 ans : à la rencontre de Ronnie Brunswijk

Mardi soir, Ronnie Brunswijk, 60 ans, a disputé un match de CONCACAF League entre l'Inter Mongoe Tapoe et l'Olimpia. Mais il n'est pas qu'un retraité qui s'est fait un petit plaisir... Il est propriétaire du club, vice-président du Suriname et ancien chef de guérilla. Attention, personnage hors du commun.

Paramaribo, capitale du Suriname. Comme tous les jours, Ronnie Brunswijk, 60 ans, vice-président du pays, commence sa journée par une petite réunion au palais présidentiel du Suriname, magnifique établissement d’architecture baroque néerlandaise qui fait face à la place de l’Indépendance. Comme tous les jours, il s’entretient avec le président de la République, Chan Santokhi. Comme tous les jours, il fait le point sur les affaires en cours dans le pays. Comme tous les jours, il passe des coups de fil, se tient au courant de l’actualité. Mais en ce mardi 21 septembre, Ronnie Brunswijk va briser la routine. Le soir, plutôt que de rentrer chez lui, il va se rendre au stade, pour un match de CONCACAF League entre le club local, l’Inter Moengo Tapoe, dont il est le propriétaire, et les Honduriens d’Olimpia. Mais Brunswijk ne s’y rend pas pour assister à la rencontre dans la tribune présidentielle. Non non. Il est venu… pour jouer. À 60 ans, donc.

Le fiston et des biftons

Au coup d’envoi, c’est évidemment la stupeur et l’amusement dans le stade. Avec sa bedaine, son maillot trop moulant, et son numéro 61 dans le dos (son année de naissance), Ronnie Brunswijk est dans le rond central pour donner le coup d’envoi de cette rencontre qui compte pour le tour préliminaire de la Ligue des champions CONCACAF. Le grand n’importe quoi ne s’arrête pas là. Aux côtés de Brunswijk, en attaque, on trouve… Damian Brunswijk, 21 ans, qui n’est autre que le fiston du vice-président. Notre sexagénaire va tenir 54 minutes, ne marquera malheureusement pas de but (cela aurait été dingue) et ne pourra rien faire pour empêcher la raclée encaissée par son équipe : 6-0. À la fin de la rencontre, il a été filmé arrivant dans le vestiaire des joueurs adverses, torse nu, en train de distribuer des billets, en toute sérénité. Bah quoi ? On n’a pas le droit de faire plaisir à ses invités ?

Avec cette apparition, Ronnie Brunswijk établit deux nouveaux records de la CONCACAF League : il devient le joueur le plus âgé à avoir pris part à un match de cette compétition, et le premier à être aligné aux côtés de son fils. Et il n’en est pas à son coup d’essai. En 2009 et en 2011, alors âgé de 48, puis de 50 ans, il avait pris part à des rencontres du championnat des clubs caribéens de la CONCACAF, déjà avec l’Inter Moengo Tapoe. En 2009, il était entré en jeu quelques minutes face à Centro Barber et San Juan Jabloteh. Puis, en 2011, il s’était autotitularisé face aux Guyanais de Milerock, avait disputé 50 minutes, puis avait été remplacé par Jordan Brunswijk… son neveu, buteur au match aller.

Guérilla, cocaïne et Interpol

Dire que Ronnie Brunswijk est un drôle d’oiseau est un euphémisme. Son CV parle pour lui, et il est tout simplement incroyable qu’un tel personnage soit aujourd’hui vice-président d’une République. En 1980, il était sergent dans l’armée du Suriname lors du coup d’État mené par Desi Bouterse. Il accuse dans la foulée sa hiérarchie de « racisme envers les nègres marrons » et déserte pour la rébellion. Il crée alors son propre groupe de guérilla, le Jungle Commando, qui va lutter de 1986 à 1992 lors de la guerre civile qui détruit le Suriname. Mais le groupe va mal tourner et son leader aussi. Le Jungle Commando passe de groupe de guérilla à groupe de grand banditisme.

Sous les ordres de Brunswijk, il s’attaque à la banque de Moengo et trempe dans tous les trafics possibles et imaginables : de l’essence aux armes, en passant par l’or et la drogue. Pour l’ensemble de ses actes, Ronnie Brunswijk est condamné par contumace à six ans de prison, officiellement pour trafic de cocaïne. Interpol délivre même un mandat d’arrêt international à son encontre. Pas franchement emmerdé par ces déboires judiciaires, il se reconvertit dans la politique au milieu des années 1990, en créant notamment le Parti pour la libération générale et le développement. Il devient député en 2000 et 20 ans plus tard, en 2020, il est élu président de l’Assemblée nationale, puis vice-président du pays.

Ah, un dernier détail pour situer encore un peu plus le bonhomme. Le match auquel Brunswijk a participé mardi soir s’est disputé au Frank Essed Stadion, dans la capitale Paramaribo, parce qu’il s’agissait d’un match important. Mais d’ordinaire, l’Inter Moengo Tapoe dispute ses matchs à domicile à quelques kilomètres de là, dans la ville même de Moengo, dans une enceinte qui s’appelle… le Ronnie Brunswijkstadion. Le culte de la personnalité à son apogée.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Éric Maggiori

Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Suriname