S’abonner au mag
  • Disparition de Diego Maradona

Diego passe l’arme à gauche du foot

Par Nicolas Kssis-Martov
Diego passe l’arme à gauche du foot

Diego Maradona n’était pas qu’un footballeur. Il était trop important pour être juste un grand joueur. Il fut surtout, peut-être plus qu’aucun autre, celui qui réconcilia la gauche avec le foot sur fond d’anti-impérialisme et de sacralisation de la culture populaire du ballon rond, devenue symbole d’un nouvel internationalisme, avec toutes les contradictions et les incompréhensions que ce magma idéologique put charrier. En tout cas, il restera celui qui réussit à convaincre nombre de marxistes, au nord comme au sud, que Dieu existe, et qu’il marque des buts de la main...

Diego Maradona était « un personnage de peplum », nous dit de lui Manu Chao. Le chanteur préféré des altermondialistes avait visé juste. Comme les héros grecs, la destinée s’est emparée de lui, chargeant ses épaules de lourdes responsabilités devant l’histoire. Il était d’abord un fils de l’Amérique latine, de celle qui regarde, souvent avec raison et fréquemment passion, et surtout mépris, les Yankees, au point de suivre le premier caudillo qui passe et qui ose les défier, qu’il se dénomme Peron, Chávez ou Castro. Castro justement. Le dictateur « olive » de Cuba trônait tatoué sur sa jambe (Che Guevara sur le bras, faut respecter les mythologies). Il va même l’interviewer en 2004 dans son émission de télé La Noche del 10. En retour, il fut intronisé « Che du sport » par Fidel qui s’adresse à lui comme son « inoubliable ami ».

Le dictateur détaillait juste avant sa mort les raisons extra-sportives qui les avaient conduits l’un vers l’autre, un beau condensé de 50 ans de géopolitique à l’échelle individuelle. « Comme Latino-Américains, nos relations n’ont alors jamais été aussi étroites. Tu as triomphé des épreuves les plus difficiles, comme athlète et comme jeune d’origine modeste.(…)Naturellement, Diego, je n’oublierai jamais l’amitié et le soutien que tu as toujours apporté à Hugo Chávez, promoteur du sport et de la révolution d’Amérique latine et des peuples opprimés du monde. » Ironie folle de l’histoire, les deux hommes sont décédés le même jour, un 25 novembre (2016 pour Castro).

Maradona, le rebelle, malgré tout…

Tout était dit, de quoi faire chavirer le cœur romantique d’une gauche qui parfois oublie son rationalisme pour se (re)tourner vers Péguy, notamment en France, ou toute une génération rêva de révolution tropicale, de Régis Debray à Pierre Goldman jusqu’aux dérives brésiliennes d’Olivier Besancenot. Aucun footballeur ne pouvait mieux représenter ce mélange des genres. Et se frayer un chemin sur les tifos, voire imposer sa tête au milieu des tee-shirts militants entre Marx, Engels et Lénine. Il était abrasif, compliqué, il forçait à réfléchir l’humain, à questionner la politique et à aimer le foot autrement que par la sagesse disciplinée d’un Pelé ou l’évidence patriotique d’un Platini. Pour aimer Maradona, il fallait être dialecticien. Lire Gramsci autant que L’Équipe. Oser se dire que rien n’est simple, sortir des lieux communs, passer par-dessus sa défense douteuse du régime iranien, et le fourre-tout cocaïné de sa révolte et de ses valeurs. Il fallait aimer aussi le maestro, communiant avec le peuple napolitain, mais avec la Camorra et les manteaux en fourrure sur les épaules.

Quittons la forme pour le fond. Si nous devions nous poser la seule question qui vaille, ce serait surtout en quoi Maradona a-t-il apporté une vraie définition de gauche du foot. La réponse ne provient plus de ses prises de position, mais de ses dribbles. Elle tient en quelques mots et instants de grâce et de subversion (en Amérique latine, le gauchiste prie souvent) lorsque, contre l’infâme perfide Albion, peu de temps après les Malouines, il a remis son pays sur la mappemonde « du bon coté de la barricade des crampons », à coté du Brésil de Sócrates. Il humilia les Anglais, d’abord d’un but fou et espiègle d’enfant des rues, un foot égoïste dans un sport collectif, puis avec cette main de dieu, donc. Cette vengeance. Cette appropriation d’un loisir de gentleman, par la ruse populaire, par le génie des pauvres et des favelas. La bravade révolutionnaire absolue. Maradona a détruit, réduit en miettes capitalistes l’âme bourgeoise anglo-saxonne du foot en transformant un but de la main en l’un des gestes les plus marquants de l’histoire du foot. Les héros du peuple sont immortels, leurs buts aussi.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Nicolas Kssis-Martov

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Logo de l'équipe Liverpool
13.01.2024, Fussball 1. Bundesliga 2023/2024, 17.Spieltag, FC Augsburg - Bayer Leverkusen, in der WWK-Arena Augsburg, Trainer Xabi Alonso (Leverkusen) lächelt. DFL and DFB regulations prohibit any use of photographs as image sequences and/or quasi-video. - Photo by Icon Sport
13.01.2024, Fussball 1. Bundesliga 2023/2024, 17.Spieltag, FC Augsburg - Bayer Leverkusen, in der WWK-Arena Augsburg, Trainer Xabi Alonso (Leverkusen) lächelt. DFL and DFB regulations prohibit any use of photographs as image sequences and/or quasi-video. - Photo by Icon Sport
Plus de 300€ à gagner avec Leverkusen & Liverpool (+100€ DIRECT de bonus)

Plus de 300€ à gagner avec Leverkusen & Liverpool (+100€ DIRECT de bonus)

Plus de 300€ à gagner avec Leverkusen & Liverpool (+100€ DIRECT de bonus)
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Argentine