S’abonner au mag
  • Un jour, un transfert
  • Épisode 57

Balotelli à l’OM : Mario au premier regard

Par Matthieu Darbas
Balotelli à l’OM : Mario au premier regard

Cet été pendant le mercato, So Foot revient chaque jour de la semaine sur un transfert ayant marqué son époque à sa manière. Pour ce 57e épisode, on s'attaque à l'arrivée de Mario Balotelli à l'OM. En 2019, alors que le club phocéen traîne des pieds avec Valère Germain et Kóstas Mítroglou, Super Mario va venir donner un sacré coup de pied dans la fourmilière. Marseille va l'aduler. Nice le haïr. Une belle histoire de banderole et de pierre-feuille-ciseau.

« Ce bâtard a enfin trouvé sa Bonne Mère. Écrasez-les ! » Ce dimanche 10 mars 2019, dès la rosée du matin, il était possible de lire ces mots doux au 187 boulevard Jean Luciano, contre la cloison du centre d’entraînement de l’OGC Nice. Interdit de déplacement au Vélodrome pour le derby de la 28e journée de Ligue 1, les ultras niçois réussissent à faire parler d’eux et s’en prennent ni plus ni moins à leur ancien joueur star, parti rejoindre la cité phocéenne quelques mois plus tôt. Ces deux phrases font beaucoup de bruit, le derby du Sud sera bouillant, et c’est d’un coup de tête rageur que Mario Balotelli permettra aux siens de se farcir ses anciens coéquipiers. Le 11 mars, la banderole a disparu. Cette fois-ci c’est bon, plus personne ne crachera sur Super Mario dans les rues de Nice. Plus à l’ouest sur la côte méditerranéenne, il est sur toutes les lèvres. L’art de diviser pour mieux régner.

Faites l’amour, pas la guerre

Pour le coup, Mario Balotelli avait pris un sacré coup. Né à Palerme de parents ghanéens, l’Italien a été victime de graves problèmes de santé et a été adopté par une famille d’accueil de la Botte, les Balotelli. Évidemment, le « Bonne Mère » sur la toile niçoise, qui faisait évidemment référence à la Vierge Marie présente sur la célèbre basilique Notre-Dame-de-la-Garde de Marseille, mais a une résonance particulière pour lui. Mais comme il l’a toujours fait dans sa carrière, Balotelli se sert de cette électricité pour véhiculer l’amour. S’il a parfois eu la mauvaise habitude de réagir avec effroi à certaines piques, l’Italien n’est jamais aussi fort que quand il garde la tête froide et qu’il répond aux critiques d’un air je-m’en-foutiste. Pas de haine. Aucune tension. Le monsieur entre sur le rectangle vert, met tout le monde d’accord, publie un tweet avec trois bisous cœurs sur les réseaux et part dormir.

Sous la tunique noir et rouge, il avait aussi mis du baume au cœur et des sourires sur les visages des supporters niçois. Avant ce début de saison 2018-2019 catastrophique où il n’a pas trouvé une seule fois le chemin des filets en dix apparitions, Balotelli avait marqué pas moins de 43 buts en 66 matchs avec le Gym. Une véritable renaissance après des passages compliqués à Liverpool et à l’AC Milan qui avait déjà attiré l’œil de l’OM et de Rudi Garcia un an plus tôt. Qualifié pour les barrages de la Ligue des champions, le président de Nice Jean-Pierre Rivère avait tout fait pour garder son attaquant et se donner toutes les chances de voir son club disputer la plus grande des compétitions européennes. Six mois plus tard, le talisman a finalement plié bagage. « Avec Mario, on s’est donné des jours de travail ensemble, mais cela n’a pas marché. C’est peut-être un garçon attachant, mais par rapport au projet que j’avais mis en place à Nice, il fallait le laisser partir en fin de saison dernière. On ne pouvait plus continuer à travailler ensemble, avait confié son ancien entraîneur Patrick Vieira sur le plateau du Canal Football Club en avril 2019. Encore une fois, humainement, c’est un bon garçon. Je le connais bien, mais sportivement, la décision de le laisser partir à Marseille était la bonne, car c’était compliqué par rapport à ce que j’attendais de lui. Par rapport à notre jeune équipe, je m’attendais à ce qu’il se comporte comme un leader, et il n’était pas capable de le faire. »

Pour le coup, Rudi Garcia a eu le droit à une tout autre version du buteur en série. Avec sept buts sur ses dix premiers matchs sous les couleurs de l’OM, Balotelli enterre tous les doutes quant à son efficacité devant les cages et fait oublier les tristes copies rendues par Clinton Njie, Valère Germain et Kóstas Mítroglou depuis le début de la saison. Contrairement à l’actuel manager de Crystal Palace, Garcia voit alors en sa nouvelle recrue un grand attaquant paré à toutes les difficultés. « Mario Balotelli change beaucoup de choses, oui, il est capable d’enchaînements d’attaquant de classe mondial, mais surtout il nous accélère le jeu par son jeu en une touche, même si c’est parfois au détriment de sa présence dans la surface. Il a pris une partie de la pression sur ses épaules depuis son arrivée », expliquait alors le tacticien français après une victoire face à Amiens (2-0).

Tout Marseille en un homme

Libre de tout contrat après avoir résilié celui de Nice à l’hiver 2019, Mario Balotelli s’était engagé pour six mois en terres phocéennes avec des modalités financières extrêmement juteuses négociées par l’infatigable Mino Raiola, parti le 30 avril dernier, mais aussi le futur équipementier de l’OM Puma, et sponsor de l’international italien. Un salaire brut de quatre millions d’euros, des primes liées à son rendement offensif comme un beau chèque de 100 000 euros s’il marque dix buts, en plus des 150 000 euros grassement offerts toutes les cinq réalisations. Peut-être pour ça qu’à la fin de la rencontre face à Nice, après sa cinquième réalisation avec l’OM, Super Mario avait autant le sourire. Mieux, il y a même eu un regard complice et une belle accolade entre Vieira et l’Italien à l’issue de la rencontre. Comme pour dire : « Le monde est mieux ainsi. » Jusqu’à cette 28e journée, Balotelli a dû composer avec les critiques de ses anciens coéquipiers niçois. Malang Sarr n’y était par exemple pas allé de main morte en pointant du doigt son cruel manque d’esprit collectif : « Quand il y a un élément comme ça, qui se met tout seul à part, qui décide de ne pas s’intégrer et ne pas être dans le projet de l’équipe, c’est gênant », avait expliqué l’actuel pensionnaire de l’AS Monaco en conférence de presse.

Finalement, rien de tout ça n’est arrivé. L’histoire se termine avec un joli bilan de huit buts en quinze rencontres, des célébrations en tout genre avec l’équipe de la Canebière comme un pierre-feuille-ciseau avec Florian Thauvin, un selfie accompagné de ses coéquipiers, ou encore le doigt pointé sur la célèbre étoile de la Ligue des champions 1993 remportée par l’OM, autant de scènes qui ont montré que la bonne entente régnait dans le vestiaire olympien. Sur le terrain, Garcia avait aussi tout fait pour mettre son joueur dans les meilleures dispositions possibles. Terminé le 4-3-3 et place au 4-4-2 permettant à Balotelli de ne plus se retrouver seul au milieu de la défense adverse. Tout a donc fonctionné. Tout, sauf la sixième place au classement final. D’un point de vue comptable, l’OM n’aura peut-être pas réussi son coup de poker, mais le bulldozer a apporté bien plus que des buts à une ligne d’attaque phocéenne alors soporifique. De passage sur le plateau du CFC après un succès face à l’AS Saint-Étienne (2-0), Balotelli avait rappelé qu’il avait toujours, en général, frappé fort partout où il était allé : « Dès que je fais quelque chose, ça fait le tour du monde. » Peut-être pas la planète entière, mais Super Mario aura bien réussi à faire trembler celle de Mars’.

L’OM n’a pas encore tout à fait échappé à la DNCG

Par Matthieu Darbas

À lire aussi
Articles en tendances
Poland's Robert Lewandowski, Jakub Kiwior and team-mates celebrate after winning the penalty shoot out during the UEFA Euro 2024 Qualifying play-off final at the Cardiff City Stadium, Wales. Picture date: Tuesday March 26, 2024.   - Photo by Icon Sport
Poland's Robert Lewandowski, Jakub Kiwior and team-mates celebrate after winning the penalty shoot out during the UEFA Euro 2024 Qualifying play-off final at the Cardiff City Stadium, Wales. Picture date: Tuesday March 26, 2024. - Photo by Icon Sport
  • Paris sportifs
Pronostic Pologne Turquie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Pologne Turquie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Pologne Turquie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus OM

Mario Balotelli

France