Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 96 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Foot & Agents

Agents contre avocats : la guerre est déclarée

Le 14 octobre prochain, un jugement sera rendu par la cour d’appel de Paris pour statuer sur les prérogatives des avocats mandataires sportifs, concurrents des agents. Une décision attendue avec impatience par les deux parties, qui se côtoient dans la représentation des joueurs depuis maintenant dix ans, sans pour autant parvenir à s’entendre.

Cela fait plus de dix ans que les poules aux œufs d’or ont commencé à leur glisser des mains. Dix ans que les avocats mandataires sportifs, en vertu de la loi du 28 mars 2011, viennent marcher sur leurs plates-bandes. Eux, ce sont les agents sportifs qui, jusque-là, s’en donnaient à cœur joie pour valoriser des joueurs sur le marché des transferts et toucher de sympathiques commissions. En 2021, la situation n’a pas totalement changé - certains agents continuent de s’en mettre plein les poches -, mais le milieu évolue. Face aux 500 agents sportifs licenciés auprès de la Fédération française de football, se dressent dorénavant plus de 300 avocats mandataires sportifs (AMS, pour simplifier) au niveau national.

Et c'est peu dire que depuis leur reconnaissance, ces professionnels du droit - dont l’activité de mandataire sportif se veut « accessoire » - bousculent les codes. De nombreux joueurs ont d’ailleurs décidé de sauter le pas : Kylian Mbappé, Antoine Griezmann, Adrien Rabiot ou encore Alban Lafont ont recours à des AMS, tout en confiant la gestion de leur carrière à des membres de leur famille. Mais une différence entre AMS et agents sportifs demeure : par définition, les avocats ne s’adressent qu’à leurs clients et ne peuvent être rémunérés que par eux, et non par les clubs. C’est là que le bât blesse. Une nouvelle disposition du règlement intérieur du barreau de Paris a élargi il y a un an les prérogatives de l’avocat mandataire sportif, qui peut désormais « exercer l’activité consistant à mettre en rapport, contre rémunération, les parties intéressées à la conclusion d’un contrat. » Autrement dit, démarcher un club et jouer le rôle d’agent sportif avec la signature d’un contrat tripartite.

La menace de la famille Adams


La levée de boucliers ne s’est pas fait attendre : la cour d’appel de Paris s’est penchée sur l’affaire et doit rendre sa décision le 14 octobre prochain. C’est autour de ce jugement que se cristallisent désormais les tensions entre mandataires sportifs et agents, qui accumulent depuis dix ans rancœur et rivalité. « La décision ne changera rien, ils démarchent déjà les clubs. Ils travaillent déjà comme nous » , soupire un agent dont un des plus gros clients l’a quitté pour se faire représenter par un avocat. Il faut dire que les AMS ont tout pour plaire, avec la capacité de faire le métier des agents en plus d’apporter une expertise juridique. Une sorte d’agent double. « Pour moi, les agents gagnent beaucoup d’argent pour rien » , expliquait d’ailleurs Jean-Philippe Mateta en mars 2020 à France Football. Le joueur de Crystal Palace a finalement choisi de se faire représenter par un avocat.

« Il y a un vrai besoin des familles, et on y répond. Un besoin de confidentialité, mais aussi et surtout de déontologie et d’éthique. On n’a pas la même déontologie que les agents. » Me Jim Michel-Gabriel, président de l'Adams

Chez les mandataires sportifs, le nom qui revient le plus est celui de Me Jim Michel-Gabriel. Président et fondateur de l’association des avocats mandataires sportifs (Adams), l’avocat est dans le game depuis dix ans. « Il y a un vrai besoin des familles, et on y répond. Un besoin de confidentialité, mais aussi et surtout de déontologie et d’éthique. On n’a pas la même déontologie que les agents, assène Me Michel-Gabriel. Eux se rapprochent plus du courtier qu’autre chose, parce qu’ils essaient de satisfaire l’offre et la demande. Alors que moi, j’aurai toujours le réflexe de privilégier l’intérêt du sportif au détriment de ma commission. »


Risque de radiation contre petits biftons


Des arguments qui sont loin de convaincre Stéphane Canard, président de l’Union des agents sportifs du football (UASF) : « Moi, je connais très bien le football, mais en quoi les avocats connaissent bien ce milieu ? » Lui y baigne depuis trente ans, et aimerait s’en tenir au duo agent-avocat, où le premier s’occupe de la carrière sportive du joueur, tandis que le second gère les questions de contrats. Mais au-delà des rôles attribués à chacun, le président de l’UASF déplore surtout « la différence de traitement entre les agents sportifs et les avocats mandataires sportifs » . « Nous, on est contrôlés tous les ans par une DNCG des agents. Alors que les mandataires sportifs ne subissent aucun contrôle de la FFF, ce qui provoque des dérives. »

« Nous les agents, on est contrôlés tous les ans par une DNCG des agents. Alors que les mandataires sportifs ne subissent aucun contrôle de la FFF, ce qui provoque des dérives. » Stéphane Canard, président de l'UASF

S’ils risquent la radiation pour mauvaise conduite de leurs affaires, certains avocats n’hésitent pas à dépasser le cadre légal par appât du gain. Mi-août, la FFF a ainsi déposé une plainte à l’encontre de Me Frédéric Baby, avocat mandataire sportif soupçonné de collaborer avec un intermédiaire non licencié auprès de la fédération. Une pratique bien trop répandue selon les agents sportifs. « Les avocats mandataires sportifs n’existent que pour une seule raison selon moi, c’est quand la famille d’un joueur veut s’en occuper, parce que ça permet de capter des commissions » , explique un agent sous couvert d’anonymat. Généralement non licencié auprès de la FFF, les membres de la famille et autres intermédiaires percevraient ainsi des rétro-commissions de la part des avocats, une pratique illégale.


« J’ai même vu un contrat entre un mandataire sportif et un joueur où il est stipulé dans un article qu’ayant conscience de sa méconnaissance du football, il obtient l’autorisation du joueur de sous-mandater un intervenant pour les problématiques liées au sport. Et cet intervenant n’est évidemment pas licencié auprès de la FFF » , déplore Stéphane Canard. Président de l’Adams, Me Michel-Gabriel se défend de toutes pratiques illégales chez les mandataires sportifs - « on ne va quand même pas prendre le risque de la radiation pour un petit billet... » - et regrette que l’arrivée de ses pairs dans le milieu n’ait pas été mieux accueillie par les agents sportifs, la FFF et la LFP.


L’écœurement des agents sportifs


Forcément, face à la perte progressive de leur monopole, les agents ressentent une forme de « mal-être, d’écœurement » , assure Stéphane Canard, qui reçoit des plaintes de ses confrères. Au milieu de tout ça, la décision du 14 octobre pourrait s’avérer déterminante pour le futur du métier. « Si demain, la licence d’agent est plus un inconvénient qu’un avantage, je me poserai vraiment la question de la garder » , indique le président de l’UASF. Un autre agent, pessimiste sur la décision du mois prochain, est persuadé que « certains avocats sont en faveur d’un numerus clausus pour fermer la profession » .

Il ne croit pas si bien dire. Me Michel-Gabriel : « Ils auraient dû faire un numerus clausus pour ne sortir que deux agents au lieu de 200. » Si la cour d’appel de Paris valide en octobre le nouveau règlement et élargit les prérogatives des avocats mandataires sportifs, les agents perdraient encore un peu plus le contrôle d’un milieu qu’ils phagocytaient jusqu’en 2011. Au point de se questionner sur le futur du métier. Alors, pourquoi devenir agent sportif aujourd’hui ? Jusque-là si prompt à répondre aux questions, Me Michel-Gabriel marque une longue pause, avant de conclure : « Je ne saurais pas vous répondre. »

Denis Ménétrier Tous propos recueillis par DM, sauf mention.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.




Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 15:15 La Ligue anglaise autorise cinq changements en Carabao Cup 1 Hier à 14:45 Le Steaua Bucarest décimé par la Covid-19 15
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi
Hier à 11:02 Entraîneur-joueur depuis dix jours, Nuri Şahin raccroche les crampons 3
Hier à 10:29 Une étude autrichienne chiffre l'impact de la Covid sur les joueurs 6 Hier à 09:58 Viens mater PSG – Leipzig lors d’une projection So Foot ! Hier à 09:37 Mondial tous les deux ans : Infantino défend le « droit de rêver » des petits pays 107