Paris s'est fait bouger

Sérieusement bousculé par Locminé, le PSG a attendu les dernières secondes du temps additionnel et une tête de Lugano pour arracher une victoire 2-1 et la qualification.

Modififié
0 6
Le "gros" match

Carlo Ancelotti doit saigner de l'intérieur. Après une carrière faite
de succès, de strass et de paillettes, le technicien a vécu un
dépucelage en douleur pour sa première sortie officielle - après le match amical face à Milan - sur le banc de touche du Paris Saint-Germain. Inexistants en première période, où
les joueurs de Locminé ont notamment touché la barre tranversale, les joueurs de
la Capitale ont fait parler le physique pour l'emporter au bout du
suspense. Invisible en première mi-temps, Javier Pastore a ouvert le
score peu de temps après le retour des vestiaires avant que Maïga, sur
pénalty, n'égalise à un quart d'heure du terme. Dominateurs en fin de
match, les Bretons se procurent quelques occasions de but mais
craquent à la 93ème minute, sur une tête de Diego Lugano, pourtant
auteur d'une prestation plus digne d'un chef de rayon à Carrefour que
d'un footballeur professionnel. Légitimement déçus, les locaux, parmi
lesquels le numéro 2 roux et l'habile numéro dix qui ne sont pas passés inaperçus, profitent tout de même de la fin de match pour s'offrir un beau maillot pour leur collection.
Celui d'un PSG au visage inquiétant mais leader de Ligue 1, il ne faudrait pas l'oublier.

La belle histoire du jour

Après l'AC Ajaccio et Bastia, c'est au tour du petit poucet corse de
se qualifier pour les seizième de finale de la Coupe de France.
Colloredo, buteur au retour des vestiaires pour le GFCO Ajaccio,
a permis à l'autre club de la ville corse d'éliminer de bien tristes
toulousains, septième équipe de l'élite à sauter de la compétition.

Duels de "petits": les grands gagnants

Vainqueurs sur la pelouse de Mulhouse (1-3), les joueurs de
Créteil--Lusitanos participent à la belle journée des clubs
franciliens. En effet, même menés trois buts à deux en toute fin de
match par Strasbourg, les hommes de Drancy ont trouvé le moyen
d'égaliser puis de tenir à 9 contre 11, pour décrocher une belle
qualification au terme de la séance de tirs a but. Tranquilles
vainqueurs de Thiers (1-4), les joueurs d'Istres avancent également au
tour suivant.

Ils ont fait respecter la logique

Une bien belle prolongation. C'est ce qu'ont offert les joueurs de
Metz et d'Evian aux supporteurs de Saint-Symphorien. Après 90 minutes
sans le moindre but, Messins et Haut-Savoyards se sont rendus coup
pour coup lors des trente minutes supplémentaires. Résultat, deux buts
de chaque côté et une qualification des pensionnaires de Ligue 1 à
l'issue de la séance de tirs au but. Sans pitié avec le football
amateur et sans véritable conscience de la solidarité régionale,
Lisandro Lopez a décidé d'étriller Lyon La Duchère. Auteur d"un triplé
en un peu plus d'une demi-heure, l'Argentin a permis aux siens
d'accéder aux seizièmes.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
Risible...

Bravo aux Bretons tout de même.
le paris saint germain gagne encore une fois. le résultat n'a aucune importance. hoarau et erding un aller simple pour blackburn s'il vous plait.
Comme d'hab ces dernières années Metz a craqué sur la fin... Enfin allez Metz quand mm...
@kukrapok
C'est pas sympa pour Blackburn...
@camouf57
Sans blague, toujours la guigne ces grenats. Mais finalement l'époque des Isaias, Vladan Lukic, Nenad Jestrovic était pas si mal, pourtant ils se faisaient bien siffler. Je me rappelle encore des sacoches d'Isaias, un monstre.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Sans Foy ni loi
0 6