1. //
  2. // 26e journée

Paris reprend sa place

Légèrement bousculé par l'AC Ajaccio, le PSG a pu compter sur sa force offensive pour faire plier le promu en fin de match. Avec un nouveau but d'Hoarau, au grand dam de Gameiro.

Modififié
0 1
PSG - Ajaccio : 4-1

Buts : Pastore, Menez, Hoarau et Nenê pour le PSG. Poulard pour Ajaccio

Ce Paris Saint-Germain est à l’image de son joueur phare. Comme Javier Pastore, le PSG est capable, dès qu’il se sort le doigt des fesses, de rouler sur n’importe quelle autre équipe de Ligue 1. Seul problème, les joueurs de Carlo Ancelotti semblent avoir fait de la fainéantise un hobby. Pas vraiment emmerdés lorsqu’il s’agit de faire la différence, les hommes de la capitale parviennent, après un début de match tranquille, à ouvrir le score par l’intermédiaire de Javier Pastore, suite à un une-deux de l’Argentin avec Blaise Matuidi. Deux minutes plus tard, Jérémy Ménez, qui a calmé ses pulsions capillaires, envoie un missile sous la barre d’Ochoa. 2-0, propre, les supporteurs du Parc des Princes se voient bien assister à une déculottée en règle. Sauf que si devant, les éclairs de génie suffisent, derrière, c’est toujours un peu fébrile. A son avantage depuis la prise de pouvoir d’Ancelotti, Christophe Jallet, peut-être perturbé par ses futurs impôts, a bien ramé face aux Corses. Pas sereins en défense, les Parisiens concèdent la réduction du score de Poulard, une nouvelle fois sur coup de pied arrêté. Mi-temps. Le retour des vestiaires est le moment choisi par les hommes d’Olivier Pantaloni pour mettre la pression aux Parisiens. Cela dure une dizaine de minute, et c’est Tiberi, en bon ancien de la marie de Paris, qui se procure la plus belle occasion, de la tête. Les minutes passent, Nenê touche la barre sur coup-franc, quand soudain, Kevin Gameiro fait un cauchemar. A cinq minutes de la fin, Nenê lance Hoarau en profondeur. La tige trompe Ochoa et inscrit son quatrième but en trois matchs. Passeur, le Brésilien s’offre un but dans le temps additionnel. Logiquement, le PSG retrouve sa place. Et pourrait bien ne plus la perdre…

Caen - Brest : 0-0

Si, certaines personnes en France, ont passé un mauvais dimanche après-midi, la majeure partie d’entre elles se trouvait à Michel d’Ornano, pour assister à la purge entre Caen et Brest. Sans surprise, les deux équipes se sont quittées sur un résultat nul, le quatorzième cette saison pour les Bretons, au terme d’un match où l’ennui a été roi. Au final, juste une frappe de Grougi et quelques percées de Hamouma à se mettre sous la dent, jusqu’au feu d’artifice de la rencontre, l’exclusion de Jonathan Zebina, suite à un bel enchaînement coup de coude – gifle sur Nabab. Maintenant, place au Celtico.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

bebebullterrier Niveau : District
je confirme la purge à D'Ornano. Comment Brest et Caen ont ils pu battre l'OM et Lyon récemment ... quand on aura une réponse, ce sport aura perdu de sa saveur
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La Lazio fait le doublé
0 1