En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 16e journée

Paris et l'OM se suivent, Rennes s'envole

Les matchs du milieu de semaine n'ont pas eu grande incidence sur la Ligue 1. Aussi nuls l'un que l'autre, le PSG et l'OM continuent leur parcours en tête pendant que Rennes enchaîne. Sinon, Guingamp cartonne, Modesto s'embrouille et Daniel Wass s'apprête à faire oublier Juninho.

  • Paris ne veut pas de la première place

    À quoi joue le PSG ? Certainement pas à la gagne. L'état de grâce marseillais remis en question ces dernières semaines, sans que le club de la capitale n'y soit d'ailleurs étranger, Paris avait l'occasion de reprendre la tête d'un royaume qui lui est échu de droit à l'issue de cette 16e journée. Marseille tenu en échec face à Lorient (1-1) malgré une grosse domination en seconde période, Paris devait « uniquement » battre Lille pour s'arroger le diadème. Une tâche plutôt aisée en apparence, tant le LOSC brille par sa médiocrité ces derniers temps, mais que les partenaires de Lucas n'ont pas pu remplir avec brio. Hormis le Brésilien, le PSG a démontré sa faiblesse offensive du moment, tout en concédant un CSC de l'un des ses piliers, Salvatore Sirigu, auteur d'une sortie mi-molle. Moche, mais surtout étonnant pour une équipe qui, il y a un an de cela, aurait écrasé un quelconque obstacle qui la séparait de la tête. Marseille s'en contentera avec joie pendant que les supporters du Parc s'impatienteront. Sans s'abstenir de réclamer un Suédois à catogan.

  • Vous avez raté Guingamp-Caen et vous n'auriez pas dû

    Que la soirée fut longue pour Caen. En déplacement sur la pelouse de Guingamp, les hommes de Patrice Garande ont bu la tasse. Une belle, dans une eau bien salée par des Bretons plus performants dès le coup d'envoi. Avec Mandanne et Beauvue en maîtres-artificiers, l'EAG a réalisé un festival non interceltique. Surtout, les Guingampais ont su pleinement profiter de l'expulsion - sévère - de Jean-Jacques Pierre pour une main dans sa surface. Une double sanction suivie d'un penalty, donc, et de 3 autres buts. Mais un coup double également pour les Bretons qui, au classement, refont surface à la 17e place, juste devant Caen. Comme le disait l'entraîneur normand après la rencontre, les 3 heures pour rentrer ont dû être longues.

  • L'analyse définitive : Rennes va enfin faire une bonne saison

    Depuis le temps que l'on prête à Rennes des intentions de plus haut (Bonjour les What For) et que l'on assiste à un crash en milieu de tableau... Mais cette époque semble révolue. Séduisante, l'équipe bretonne n'en finit plus de gagner. 2 nuls, 5 victoires, dont la dernière face à Nice (2-1) et les hommes de Montanier s'installent à la 4e place, sans pression. Discrètement même, si Paul-Georges Ntep n'attirait pas autant l'attention. Retournant la Ligue 1 comme une crêpe, l'attaquant des Rouge et Noir poursuit sa route vers un futur transfert négocié à bon prix. L'Angleterre déjà sur le coup, PG, jambes de feu et tempérament exquis, aura à cœur de faire grimper sa cote en même temps que le Stade rennais. Bon, jouer la Coupe d'Europe sans lui l'an prochain relèvera de la mascarade, mais quand le bonheur est là, il faut savoir le saisir à pleines mains. François-Henri Pinault ne le sait que trop bien. N'est-ce pas, Salma ?

  • La polémique de la machine à café

    Dans le rôle de la victime, François Modesto. Sur le banc des accusés, Bartolomeu Varela. Entre le joueur de Bastia et l'arbitre de la rencontre face à Évian (1-2), la tension est manifestement montée d'un cran avec les accusations du défenseur. Après la rencontre, Modesto a en effet balancé sur le comportement supposé de l'homme en jaune et au verbe haut : « Après 19 ans de carrière, j'ai 36 ans, on me dit : "Ferme-la". Un arbitre qui me dit "Ferme-la" deux ou trois fois dans le match, c'est la première fois. Ça commence à me fatiguer parce que quand nous, on parle mal à un arbitre ou quand nous, on fait des gestes sur un terrain, on prend cher et c'est tout à fait logique. Et eux, ils ont droit de faire ce qu'ils ont envie. Et ça, je ne suis pas d'accord. » Acculé, Varela a répondu par l'intermédiaire de Pascal Garibian, le DTN, à cette diatribe du Bastiais : «  Il réfute formellement ces accusations. Et j'ai toute confiance en M. Varela, comme envers tous les arbitres qui connaissent mon exigence d'exemplarité dans leur management des joueurs et cela en toutes circonstances. » Côté corse, la psychose s'installe de nouveau, et le débat sur le traitement du club par la Ligue ne s'en voit qu'alimenté. Mais l'avis du « ta gueule line technology » pourrait s'avérer décisif.

  • Le top 5

    - Paul-Georges Ntep, le meilleur double prénom que Rennes ait jamais connu.
    - Paul Baysse, premier match en 571 jours avec Sainté. Et un but. Soit le meilleur ratio du monde derrière CR7, Agüero et Messi.
    - Wallace, premier match de la saison avec Monaco. Et une expulsion au but de 35 minutes. Soit le meilleur ratio du monde depuis Cyril Rool.
    - Jordan Ayew, revanchard heureux auteur d'un penalty contre l'OM.
    - Christophe Mandanne. Double impact et donc plus fort que Jean-Claude.

  • Ils ont dit

    - « Vous, vous ne voyez que ce qu'il apporte sur le terrain, mais nous, on voit tout ce qu'il apporte en dehors. Le simple fait de venir ici, au sein d'une équipe destinée à lutter pour le maintien, représente un choix très courageux. Par son immense expérience et la façon dont il nous pousse tous les jours à l'entraînement, c'est un exemple et il joue un rôle capital auprès de ses équipiers.  » Johan Carrasso à propos de Malouda, dont l'expérience a permis à Metz de louper la victoire sur un penalty manqué, disent les mauvaises langues.
    - « Je pense que je partirai en fin de saison. J'aimerais savoir si Bielsa restera. Mais je cherche un défi de haut vol. J'examinerai toutes les propositions avec attention. » Puis : « Je leur ai dit (aux journalistes de la Gazzetta dello Sport dont les premiers propos sont tirés, ndlr) qu'il fallait que les conditions soient réunies pour que je prolonge à Marseille. On n'en a pas discuté encore, donc ils se sont un peu enflammés. » André-Pierre Gignac, en pleine négo.
    - « Revenir avec un point de Saint-Symphorien est un bon résultat. » L'ambitieux Sagnol.

    - « Il y a une urgence : l'avenir d'un club qui nous est cher ! On fait tout dans l'intérêt de ce club-là. » Alain Casanova qui ne s'enflamme pas après la victoire face à Nantes (2-1). À raison.
    - « Je crois qu'il fallait qu'on retrouve notre esprit du National parce qu'on a toujours ça en nous. Il y avait Dórian, Thibault, Lionel, « Mus » , tous ces joueurs qui ont connu le club à ce moment-là. Et les nouveaux qui sont arrivés doivent se mettre au diapason là-dessus. » Gourvennec joue au petit poucet après la démo face à Caen (5-1).

  • Le geste


  • Le tweet


  • La stat

    La marque des grands.



    Par Raphael Gaftarnik
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


  • Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3