1. //
  2. // 6ème journée

Naples ne rate pas la dernière marche

Naples n’avait qu’à battre un Villarreal aux pâquerettes pour faire la belle à Manchester City, et il ne s’en est pas privé (2-0). Beaucoup plus surprenante, la qualification du CSKA Moscou qui passe devant Lille et Trabzonspor en allant s’imposer à San Siro dans les dernières minutes (2-1). Lyon remercie le Real et Mr De Souza.

Modififié
0 1
Naples avait la balle de match, il n’avait plus qu’à conclure. Et pas contre la terreur du circuit européen, mais contre un Villarreal en crise, 12ème de Liga, privé de Rossi, et battu à chacune de ses apparitions en Ligue des champions. Conscients de l’enjeu, les Napolitains ont mis du temps à se libérer. Un peu plus d’une heure, exactement. Le moment choisi par Inler pour ouvrir le score d’une frappe en-dehors de la surface, qui a dû détendre un Mazzarri expulsé dix minutes plus tôt pour ne pas avoir supporté la présence de Nilmar dans sa zone technique. Largement dominateur depuis le retour des vestiaires, Naples a fini par faire craquer des Espagnols pas du tout au niveau de la compétition. Hamsik s’est chargé de doubler la mise pour éviter aux siens une mauvaise surprise. Les Italiens rejoignent les huitièmes et pourrissent définitivement la soirée de Manchester.

Le Real sans pitié
Le Real, indifférent au duel Lyon-Ajax, a fait carton plein. Six matchs, six victoires, 19 buts inscrits, après les trois passés aux Hollandais ce soir (3-0). La Decima (dixième C1 du club), Mourinho en rêve. Ses joueurs, pas encore complètement remis de la tournure des événements de la saison dernière, aussi. A trois jours du Clasico, le Portugais a laissé ses cadres à la maison. Pas de Cristiano Ronaldo, ni de Casillas, ni de Sergio Ramos, ni de Pepe. Xabi Alonso, Özil et Di Maria sont eux laissés sur le banc au coup d'envoi. L’occasion d’associer Benzema et Higuain, capitaine d’un soir, et de donner du temps de jeu à Kaka, Callejon, Sahin voire Varane. Callejon en a profité pour marquer deux nouveaux buts, rappelant à son coach qu’il pouvait être autre chose que son petit cheval. Dominé, dépassé, l’Ajax a quand même de quoi avoir les boules. Mr De Souza lui a refusé deux buts valables. Tout souriait à Lyon ce soir.

Le CSKA en profite
Comme Lyon, le CSKA Moscou avait besoin d’un double miracle pour se qualifier. Comme Lyon, il s’est réalisé. D’abord parce que les Russes ont réalisé un petit exploit en s’imposant à San Siro contre l’Inter (2-1), pas au complet certes. Ensuite parce que Lille a eu la très mauvaise idée de ne pas trouver la faille contre Trabzonspor (0-0). Résultat, Moscou rejoint les huitièmes, au nez et à la barbe des Turcs, qui ont appris la nouvelle un peu tardivement, mais qui arrachent quand même l’Europa League. Les Russes s’en sont remis à leur buteur Ligue des champions, pas Vagner Love mais Doumbia, auteur de son 5ème but de la compétition. Cambiasso a égalisé dans la minute qui a suivi, mais le CSKA a poussé jusqu’au bout, et décroché la victoire grâce à un but de Berezoutski à deux minutes du final. Chapeau. Pas autant de sensations fortes pour Benfica dans le groupe C, qui en assurant le minimum contre l’Otelul Galati à la Luz (1-0) a conclu en beauté une phase de poule rondement menée. C’est Cardozo qui a inscrit le seul but du match dans les premières minutes. Trois victoires, trois nuls, invaincus et premiers, les Lisboètes ont parfaitement géré leur affaire.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Heureux qu'un club qui prône l'attaque que ce soit à domicile ou à l'extérieur soit récompensé ! Grosse perf' !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Manchester à la trappe
0 1