1. // Coupe France
  2. // 16ème de finale

Lyon sobre mais toujours efficace

Lyon fait le minimum syndical face à Luçon (0-2) mais à l'arrivée le club rhodanien est encore qualifié dans les quatre compétitions. Pendant ce temps, Valenciennes fait respecter l'ordre face à Bastia (3-1) et le Gazélec lui poursuit l'exploit.

Modififié
2 0
Il est la nouvelle star de la Corse

Colloredo. Le plus américain des natifs de Lyon a encore crée une avalanche de bonheur sur l’Ile de Beauté. Déjà buteur lors de l’exploit du Gazélec face à Toulouse au tour précédent, Mickaël Colloredo est devenu officiellement un héros en corse cet après-midi. Buteur à l’heure de jeu lors de la réception de Troyes, pensionnaire de Ligue 2, l’attaquant ajacéen a permis aux siens de se qualifier pour un historique huitième de finale de la Coupe de France. Seule équipe corse encore engagée après les éliminations des deux « gros » , l’AC Ajaccio et Bastia, le GFCO pourra compter sur son buteur maison pour faire trembler un nouveau favori.

Ils ont râmé, mais ils s’en foutent

Bafé Gomis, Lisandro Lopez, 75ème et 90ème minute. Rien de fou, mais ça suffit. Pas vraiment dominateurs à la Beaujoire, face à la modeste équipe de Luçon, les joueurs de Rémi Garde n’ont pas fait dans le spectacle cet après-midi. Longtemps tenus en échec par les pensionnaires de CFA, qui ont même touché le poteau par l’intermédiaire de Messiba, les Rhodaniens ont fait dans la sobriété, sur le terrain comme en salle de presse. Conscients de leur triste performance, les joueurs de l’OL, encore en course sur tous les tableaux, ont souligné l’importance de la qualification. Le pire, c’est qu’en plus de ne pas avoir tord, ils ont fait comme tout le monde. Ou presque. Lille, Bordeaux et Rennes s’étant qualifiés aux forceps. Quid de l’OM, ce soir ?

Ils ont crée la surprise

Et un représentant de moins pour la Corse. Et pas vraiment celui que l’on attendait. Seule équipe de l’Ile de Beauté à partir favori de son seizième de finale, l’AC Ajaccio a eu une très mauvaise surprise lors de son déplacement dans l’Ain. Opposés à une équipe de Bourg-Péronnas assez joueuse, les pensionnaires de Ligue 1 ont pourtant cru avoir fait le plus dur lorsque Socrier ouvre la marque dès le retour des vestiaires. C’était sans compter sur l’ami Benchaïb, auteur d’un doublé en six minutes, qui permet aux siens d’attaquer les dix dernières minutes de la rencontre avec la qualification en tête. Impliqués jusqu’aux derniers instants de la rencontre, les Corses s’offrent les prolongations in extremis, sur un but de Mostefa à la 94ème minute de jeu. Pas sonnés pour un sou, les locaux profitent de la prolongation pour planter le but de la victoire par l’intermédiaire de Tavares. Un beau vendredi soir en perspective pour cette belle équipe de CFA.

Ils ont battu un plus gros qu’eux, mais franchement, on s’y attendait

Ce qui est bien, avec la Coupe de France, c’est que chaque année apporte son lot de « Petits Poucets » , qui disparaitront à nouveau dans la nature une fois le clap de fin arrivé. Pas emmerdés par l’effet de redondance, les joueurs de Quevilly se hissent une nouvelle fois en huitième de finale de la Coupe de France, à la faveur d’une victoire courte mais suffisante (1-0), sur leur pelouse face à Angers. De leur côté, les joueurs de Châteauroux ont profité du départ d’Alain Traoré à la CAN pour venir à bout d’un Auxerre morose. Deux buts de Bourgeois contre un de Dudka, en fin de match, ont suffit aux visiteurs pour repartir victorieux de l’Abbé-Deschamps. Pas le genre d’exploit qui fera la une de L’Equipe demain.

Ils ont de bonnes chances de tomber contre le PSG au prochain tour

L’archétype parfait de l’équipe de coupe. Renversants au tour précédent face au RC Strasbourg, les joueurs de Drancy ont assuré dans le duel de petits face à Limoges. Légèrement favoris lors de leur déplacement chez les pensionnaires de CFA2, les Franciliens ont attendu la fin de la rencontre pour valider leur billet pour les huitièmes de finale. Double buteur, Bolongo a propulsé les siens vers le tour suivant. Petit poucet, équipe de l’Ile de France. Pas de doute, ils ont le profil pour choper le Paris Saint-Germain au tirage au sort.

Ils ont eu chaud, mais quand même, faut pas déconner

Gianni Bruno. Un nom bien connu des fans du LOSC et de Football Manager, qui a enlevé une belle épine du pied de Rudi Garcia. Entré en jeu à la place du fantôme de Jelen, qui a définitivement chassé l’ancien joueur de l’AJ Auxerre, le jeune Belge, buteur à la 114ème minute de jeu, a permis aux Lillois d’accrocher la qualification et surtout, de s’éviter une belle crise de début d’année. Costauds, les joueurs de Compiègne n’auront pas démérité. D’ailleurs, ils auraient même pu bénéficier d’un pénalty, si l’arbitre de la rencontre avait un minimum de sympathie pour l’esprit de la coupe. A quelques kilomètres au sud, à Créteil, plus précisément, les Girondins de Bordeaux se sont fait peur. Mis dans de bonnes dispositions par Ciani, buteur à l’heure de jeu, les hommes de Francis Gillot ont été rejoints au score à dix minutes de la fin du temps réglementaire, après un but d’Essombé. Double buteur, le Cristolien, a également permis aux siens de se faufiler jusqu’à la séance de tirs au but. Un pile ou face remporté 4-3 par les pensionnaires de Ligue 1, qui auront l’occasion de souffler sur le chemin du retour.

Ils nous ont fait croire que c’était le choc de la soirée, mais en fait, c’était nul

Et boum, la grande affiche, le choc des titans. Bref, le match que vous attendiez tous, vous, qui ne savez pas quoi faire de votre samedi soir. Dommage, le seul duel entre équipes de l’élite, qui opposait Nice à Rennes, a accouché d’une souris. D’ailleurs, l’accouchement a été plutôt long, car même après 120 minutes de lutte acharnée, toujours pas l’ombre du moindre but. Sympas, Rennais et Niçois ont pensé aux quelques âmes perdues devant Eurosport et ont prolongé la soirée jusqu’à la séance de tirs au but. Résultat, aucun raté côté rennais, tandis qu’Anthony Mounier et sa tristesse de coupe de cheveux manque la dernière tentative niçoise. Fin du match, le sourire de Frédéric Antonetti en dit long sur la satisfaction bretonne. Prochain rendez-vous, face à Marseille, dans une semaine.

Par Maxence Brochant
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 0