En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Lille/PSG (1-2)

Ibrahimovic prend les trois points

Qui d'autre ? Grâce à un doublé de Zlatan Ibrahimović, le PSG s'impose à Lille. Le LOSC n'a pas démérité, mais a manqué de précision et d'originalité pour bouger le bloc parisien.

Modififié
LOSC - PSG : 1-2

Buts : Chedjou pour Lille. Ibrahimović (x2) pour Paris.


Il avait raison, Zlatan. Il ne connaissait pas la Ligue 1, mais la Ligue 1 savait qu'il fallait se méfier de lui. Alors, même s'ils ont essayé de batailler avec leurs moyens, les défenseurs lillois et Mickael Landreau n'ont pu que constater la supériorité de l'attaquant suédois ce soir. Résultats : deux buts à la clé pour Ibrahimović. Ce qui en fait déjà quatre. En quatre matchs. Bon.

Tout pour Zlatan

Fallait pas rester bloqué dans les embouteillages. 20 secondes de jeu, ça tricote sur l’aile gauche parisienne : une-deux entre Maxwell et Ménez, et ce dernier offre un caviar à Zlatan. Légèrement excentré, l’attaquant suédois s’avance et ajuste Landreau (0-1, 28 secondes de jeu). Voilà, ça, c'est fait. Zlatan est déjà indispensable. Une fois passé cet éclair sur le Grand Stade, place au jeu. Et dans le jeu, c’est bien Lille qui va faire l’essentiel du boulot. Parce qu’après leur but, les Parisiens baissent un peu le pied, et se contentent de gérer l'activité des Lillois. Comme par exemple, sur un enchaînement contrôle-retourné du plus bel effet de Nolan Roux dans la surface (9e). Les Dogues dominent, et sont peu inquiétés à la construction dans l’entrejeu (seul Ménez se la donne vraiment au pressing, en fait). Une domination qui ne restera pas stérile bien longtemps. Sur un corner lillois, Chedjou se débarrasse de Sakho et devance… Zlatan, pour aller mettre un gros coup de boule au premier poteau (1-1, 11e).

On sent les hommes de Rudi Garcia supérieurs dans le jeu, mais malgré tout, le match est équilibré. Pour ainsi dire, ça va d’un but à l’autre. Alors ok, les imprécisions techniques sont nombreuses, mais peu importe. Sur la seule passe réussie par Pastore, Ibrahimović file dans la profondeur et bat Landreau sur un nouveau face-à-face (1-2, 21e). Un Zlatan qui, outre ses deux buts, se charge de toutes les occasions parisiennes (une tête à la 29e, un coup franc à la 35e). Alors franchement, sans ce diable d’Ibra, c'est peu dire que le PSG n’aurait pas dominé cette première période. Manque de bol pour les Dogues, il est bien là, le géant suédois.


Plus rien ne bouge

Après deux passes ratées de Zlatan, oui, oui, le rythme de la rencontre retrouve ses bases. A savoir un Lille patient dans la construction et un PSG qui cherche la contre-attaque. Mais dans les deux cas, c’est imprécis. En vrai, il y a bien plus de déchets en seconde période. Du coup, on voit peu d'occasions... Avant la frappe de Kalou repoussée des deux mains par Sirigu (72e), on s’est presque emmerdé. Zlatan (encore) tente bien une petite tête, histoire de clore une prestation plus qu’aboutie (82e). Mais Landreau sort la parade. Pour résumer un peu la seconde période, les deux clubs se partagent une domination, tour à tour, sans que le score ne bouge.

Alors ça y est, le tout-puissant PSG a remporté son premier match de Ligue 1. Pas n’importe quelle rencontre, puisqu'il s'agit tout de même de trois points gagnés sur le difficile terrain lillois. Malgré le score favorable aux Parisiens, on constatera que niveau tactique, il y a encore fort à faire. Le changement perpétuel de dispositif (ici un 4-3-1-2 fluctuant) n’est pas vraiment bénéfique à l’épanouissement de certains. Mais bon, Zlatan a fait oublier le bordel tactique. Faudra bien trouver autre chose, à un moment donné.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9