Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Marseille-Nice (2-1)

D'un Z qui veut dire Zambo

Détonnant au milieu de terrain face à Nice, André-Franck Zambo Anguissa a tout du Monsieur plus de l'OM en cette fin de saison : les épaules larges, le regard haut, et les cuisses larges comme sa zone de récupération. Besoin d'impact ? Voilà l'homme idoine.

Modififié
Pendant que tous étaient cramés comme un ordinateur Dell sous Windows Seven, lui courait encore. Zambo Aguissa. Un type dont le simple nom faisait frissonner de peur la plupart des supporters marseillais en début de saison, devenu au fil des matchs et des échanges avec Luiz Gustavo une machine lancée en mode « sans échec » . Au fil de la victoire marseillaise face à Nice ce dimanche soir (2-1), le Camerounais a fait étalage de toutes ses nouvelles options, comme une bagnole pimpée par Éric & Ramzy avec des enceintes sur la plage arrière. Sauf qu’au lieu de la douce voix d’un anonyme rappeur de Détroit, les baffles surdimensionnées ont passé quatre-vingt-dix minutes à cracher bien autre chose : ce type-là est fait pour la bataille.


Déjà, jeudi dernier contre Salzbourg, son entrée en jeu à la place de Maxime Lopez (à la 67e minute) avait fait un bien fou au milieu de terrain olympien, submergé de toutes parts par un collectif autrichien bien plus percutant. En réalité, depuis l’intronisation définitive de Luiz Gustavo en tant que défenseur central, il est le seul à apporter de l’impact au milieu de terrain, jouant des coudes comme Mark Renshaw en plein sprint à Pau pendant le Tour de France. Et derrière les stats clinquantes de Dimitri Payet, auteur ce soir de sa vingt-deuxième passe décisive de la saison toutes compétitions confondues, Anguissa pourrait bien être le monsieur plus de la fin de saison de l’OM.

Un Hummer au pays des Clio


Un coup d’œil aux autres options au poste : Maxime Lopez, que l’on imagine conduire une Smart. Morgan Sanson, excellent passe-plat, mauvais routier. Boubacar Kamara, prometteur, certes, mais dont le profil rappelle davantage une version 1.0 de Zambo, en moins physique. On l’a encore vu gratter moult ballons ce soir, glissant ici un pied entre Séri et Pléa, bousculant là Lees-Melou, s’autorisant même une accélération balle au pied sur le côté gauche en première période, avant de glisser une talonnade bien sentie pour le centre d’Amavi. Un bonhomme au profil indispensable, en somme, au coup d'envoi ce soir de son 53e match de la saison, disputé avec plus d’intensité que le premier.


Suffit d’ailleurs de prêter une oreille à son langage verbal : on parle là d’un gus qui avait déclaré récemment vouloir « exploser Lyon » comme on ouvre à dix ans un paquet de chips au paprika. Alors au moment de faire le bilan d’une possible qualification marseillaise en Ligue des champions en fin de saison, gare à ne pas oublier qu’avant que Clinton Njie n’offre le but de la victoire - et de l’équipe de France ? - à Dimitri Payet, c’est bien un petit travailleur de l’ombre qui l’avait lancé en profondeur. C’est aussi ça, le nouveau Zambo : un milieu récupérateur devenu relayeur de qualité, jouant toujours simple. Et plus personne pour dire qu’il n’est bon qu’à côté de Gustavo, le bonhomme a pris son indépendance. En espérant qu'il soit plus Éric Judor que Ramzy Bédia.

Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 4 heures Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 3 il y a 8 heures L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 31
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 11 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11