Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Liga Nos
  2. // Sporting Portugal

Sporting Portugal, le lion rugit encore

Emmené par Rui Jorge, Rui Bento, Beto, Jardel, João Pinto et le jeune Ricardo Quaresma, le Sporting Portugal remportait le championnat portugais lors de la saison 2001-2002. Depuis ? Plus rien... jusqu'à cette incroyable saison 2020-2021 qui a vu les Lions écrabouiller le championnat. Depuis mardi et sa victoire face à Boavista (1-0), le Sporting, invaincu à deux journées de la fin, est le nouveau champion du Portugal.

Modififié
Et tout d’un coup, la Covid a disparu. Ou du moins, tout le monde l’a oubliée le temps de quelques heures. Que ce soit les joueurs qui se font des câlins, s’embrassent et soulèvent leur coach Rúben Amorim dans le ciel d’un Estádio José Alvalade vide. Ou bien les supporters du Sporting qui se sont amassés aux alentours de l’enceinte durant la rencontre face à Boavista pour apporter leur soutien à leurs héros et envoyer quelques feux d’artifice. Mais aussi les téléspectateurs qui ont pris un immense plaisir à revoir la vie d’avant - et la vie future - avec le bus à impériale des Leões qui traverse les rues de Lisbonne escorté par des milliers de supporters tout de vert vêtu avant d’arriver sur la fameuse Praça Marquês de Pombal, colorée en vert pour l’occasion, là encore noire de monde vêtu aux couleurs du gang de Grove Street dans GTA San Andreas. Même si le Portugal sort peu à peu de la crise sanitaire - le couvre-feu est levé, les restaurants et les cinémas sont rouverts -, les autorités avaient pourtant demandé de ne pas se rassembler en grands groupes, ou du moins d’essayer de respecter les distanciations sociales. Sauf que ce mardi 11 mai, ceci était impossible pour le Sporting Portugal qui a attendu 19 ans avant de reconquérir la Liga Nos.

Souviens-toi l'été 2018


Parmi ces supporters heureux, certains étaient pourtant présents il y a 3 ans quasiment jour pour jour lorsque le Sporting Portugal vivait l’une des pires journées de ses 115 ans d'existence. Après une énième défaite sur la pelouse de Maritimo, une cinquantaine de « supporters » s'étaient alors rendus au centre d’entraînement des Leões et avaient frappé certains joueurs. Des joueurs qui étaient déjà au bord de l’explosion et en guerre avec leur président Bruno de Carvalho qui les taclait publiquement sur les réseaux sociaux après chaque contre-performance. Une situation intenable qui a mené au départ de l’entraîneur Jorge Jesus, qui avait pourtant permis au club de croire au titre en 2016 en terminant à 2 petits points du leader Benfica, mais aussi des cadres du vestiaire (Rui Patrício, William Carvalho, Gelson Martins, Bas Dost), puis surtout à la destitution de Bruno de Carvalho.

Cinq coachs en un an


Élu président par les sócios, Frederico Varandas s'est alors retrouvé devant un chantier. Novice, jeune - il a alors 39 ans -, le médecin tâtonne logiquement à ses débuts. D’autant plus que la mission est difficile, puisque l’argent se fait rare, les plus grandes valeurs marchandes ayant rompu leur contrat unilatéralement après les sombres évènements au centre d’entraînement. Et c’est ainsi qu’en un an, cinq entraîneurs vont se succéder sur le banc du Sporting Portugal, dont deux en intérim. Jusqu’en mars 2020 où Frederico Varandas profite de la rentrée d’argent du départ à Manchester United de Bruno Fernandes pour casser la tirelire sur Rúben Amorim. Dix millions d’euros pour l’arracher de Braga et en faire le troisième coach le plus cher de l'histoire derrière André Villas-Boas et Brendan Rodgers. Pourtant, l’ancien international portugais, et ancien joueur de Benfica, n’a pas fait la moindre saison pleine sur un banc et n’a disputé que 13 matchs avec Braga. Mais son bilan de 10 victoires - dont une contre les 3 gros - et son style de jeu bien défini ont suffi pour séduire.



Un doux mélange de jeunes et de vieux


Un an après ce transfert, personne ne regrette ce choix du côté du Sporting Portugal. Logique, chez les Leões, Rúben Amorim a posé les bases en fin de saison dernière, avant de dérouler son jeu cette année. Un jeu qui se déroule en 3-4-3 - ou 5-2-3 en phase défensive - avec des pistons qui cavalent et enchaînent les allers-retours, deux milieux solides à l’aise avec la relance et un triangle offensif porté vers l’intérieur. Une tactique millimétrée qui fonctionne, puisque le Sporting n’a encaissé que 15 buts en 32 journées de championnat. Mieux, les Leões sont toujours invaincus à deux journées de la fin et visent le record de points en championnat. Pour égaler la performance de 88 points de Benfica et de Porto, le Sporting Portugal va devoir remporter ses deux dernières rencontres dont la prochaine... sur la pelouse du Benfica.


Si tout le monde est d’accord pour saluer le travail de Rúben Amorim, il est coutume de dire que ce sont les joueurs sur la pelouse qui gagnent un match. Et par manque d’argent, le Sporting Portugal - qui s’est offert une seule petite folie à l’hiver avec les 15 millions injectés sur l’attaquant de Braga Paulinho, qui a inscrit le but du titre - s’est alors tourné vers son centre de formation qui a historiquement toujours fait des merveilles. Et c’est ainsi que les jeunes pousses Nuno Mendes, João Palhinha, Tiago Tomás, Gonçalo Inácio, Daniel Bragança, ajouté à d’autres bambins recrutés à bas coût - Pedro Gonçalves, Matheus Nunes, Pedro Porro - ont permis au Sporting de retrouver les sommets. Pour accompagner le tout, Rúben Amorim s’est appuyé sur des joueurs plus expérimentés comme João Mário - prêté par l’Inter dans son club formateur -, Antonio Adán, Zouhair Feddal, Luis Neto ou encore Sebastián Coates, rare rescapé de 2018, capitaine et pilier défensif du Sporting. Sans compter les darons João Pereira et Vitorino Antunes débarqués pour contrôler le vestiaire. Un joli melting pot qui permet au Sporting de remporter son 19e championnat du Portugal avant un été qui s’annonce palpitant. Si Rúben Amorim a annoncé qu’il sera encore là, l’an prochain, quid des jeunes pépites qui ont attiré le regard de tous les clubs européens ? Et surtout, quel poste pour Cristiano Ronaldo dans ce système en 3-4-3 ?

Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 1 heure Football Manager intégrera bientôt le foot féminin 17
il y a 3 heures Libertadores : l'Olimpia Asunción sort l'Internacional aux tirs au but 4 Hier à 19:04 Les joueurs de Premier League obligés d'être vaccinés pour jouer ? 166
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom
Hier à 16:30 Auditionné par l'Assemblée nationale, Didier Quillot revient sur l'affaire Mediapro 44