Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Naples

Pourquoi Osimhen va tout casser cette saison en Serie A

Plus gros transfert de l'histoire du Napoli, Victor Osimhen, 21 ans, a une belle pression sur les épaules. Convaincant face à Parme, lors de son entrée en jeu à l'occasion de la reprise de la Serie A, tout semble réuni pour que l'international nigérian fasse trembler régulièrement les filets et surtout plus d'une défense cette saison. Voici pourquoi.

  • Parce que c’est la suite logique de sa progression


    Victor Osimhen n’est pas encore un grand bourlingueur, mais avec son arrivée à Naples cet été, il connaît déjà son quatrième pays en tant que footballeur professionnel. Si à Wolfsburg, en Allemagne, ça n’a pas trop fonctionné, la Belgique et la France n’oublieront pas tout de suite leurs douze mois respectifs passés en compagnie de l’international nigérian. En 2018-2019, à Charleroi, Osimhen a planté 20 pions et délivré quatre caviars en trente-six sorties. La saison suivante, à Lille, il a joué deux matchs supplémentaires pour des statistiques quasi similaires (18 buts et 6 passes décisives). Aucun doute là-dessus : sauf blessure grave, Osimhen passera allègrement la barre des 15 réalisations toutes compétitions confondues avec les Partenopei.


  • Parce qu’il a fait une préparation de feu


    Arrivé le 31 juillet en Campanie pour la rondelette somme de 81,3 millions d’euros, Osimhen n’a pas mis beaucoup de temps avant de montrer l’étendue de sa palette. Face à l’Aquila, une formation de Serie D (quatrième division) en match amical, il a inscrit un triplé en huit minutes et ne s’est pas gêné pour délivrer deux caviars. Rebelote une semaine plus tard, face à Teramo (Serie C), où Victor a de nouveau inscrit un triplé lors de la victoire (un peu moins) probante (4-0) de la bande de Gattuso. Particulièrement en jambe, il n’y a, à ce jour, aucune raison qui indique qu’Osimhen ne va pas continuer sur sa lancée en Serie A.



  • Parce que c’est le profil offensif qu’il fallait au Napoli


    L’arrivée d’Osimhen est une bénédiction pour Gattuso. Le profil du Super Eagle, fait pour attaquer la profondeur, mais qui peut aussi se muer en pivot, permet à l’ancien chien de garde du Milan de travailler sur au moins deux systèmes avec lui : le fameux 4-3-3 où Osimhen occuperait la pointe avec Lorenzo Insigne à sa gauche et Matteo Politano à sa droite. Et puis, surtout, un 4-2-3-1 où l’ancien Lillois pourrait se retrouver avec une ligne de trois offensifs (Insigne, Dries Mertens, Hirving Lozano, Politano...) derrière lui. Un cas de figure aperçu lors de son entrée face à Parma lors de la première journée. À l’heure de jeu, lorsqu'il remplace Diego Demme, le Napoli passe du 4-3-3 au 4-2-3-1 et, très vite, la relation technique avec les autres éléments offensifs napolitains s’est avérée évidente. Deux minutes après son entrée, c’est sa présence dans la surface qui pousse la défense parmesane à la faute et qui permet l’ouverture du score de Mertens. Il sera aussi l’auteur de deux une-deux quasi gagnants, d’une déviation de la tête dangereuse et d’un appel qui amène le second pion d’Insigne. Oui, c’est déjà très encourageant.


  • Parce que Gattuso et ses coéquipiers sont déjà sous le charme


    Au sortir de cette première entrée satisfaisante à Parme, les premières louanges pour Osimhen n’ont pas tardé à arriver. Avec, en tête de liste, Gennaro Gattuso : « Victor nous a donné de la profondeur et de la vivacité. La chose qui m'a frappé immédiatement quand je l'ai vu pour la première fois il y a trois mois chez moi, c'est l'homme. C'est un garçon qui a vécu sans parents parce qu'ils sont décédés, il a des valeurs et il n'a pas oublié ses origines. Il est jeune, mais il a la mentalité d'un adulte. Je sais qu'il gardera les pieds sur terre et continuera à travailler. Il est jeune, a du charisme, de la personnalité et est très intelligent : il a été très bon pour s'intégrer. » Lorenzo Insigne, lui non plus, n’a pas pu s’empêcher de poser un petit pouce bleu : « Osimhen a impressionné tout le groupe, lorsqu'il attaque la profondeur, il est dévastateur. Il me rappelle Edinson Cavani avec ses déplacements. Il va nous aider, car il apporte quelque chose d’autre par rapport à Dries et à moi. (...) Depuis le premier jour où il est arrivé, cela se voit que c’est un bon garçon. » C’est ce qui s’appelle être validé.



  • Parce qu’il a refusé des grosses écuries européennes pour Naples


    Victor Osimhen ne s’est pas retrouvé à Naples par hasard, c’est avant tout son choix. Il a refusé quelques écuries européennes de haut vol, à commencer par Manchester United. C'est en tout cas ce qu'avance son grand frère, Andrew Osimhen, pour Complete Sports : « Il est très vrai que Manchester United voulait Victor, mais il m'a dit quelque chose comme le fait qu'il avait trop de respect pour Odion Ighalo pour être en concurrence avec son aîné. » Difficile de croire que ce soit la seule raison, mais quand même. Pour Roberto Calenda, un proche du joueur, le FC Barcelone aurait même pensé à lui pour remplacer Luis Suárez plus tôt cet été. Mais alors, pourquoi avoir décidé de rallier Naples ? La réponse d’Osimhen, en conférence de presse lors de sa présentation, est claire : « Mes rapports avec De Laurentiis et Gattuso sont optimaux. Ils me font me sentir comme chez moi. (...) Être ici est un rêve qui devient réel. Je suis prêt à jouer, j’ai des coéquipiers fantastiques. Je suis fier d’être ici. » Cela tombe bien, car le 4 octobre prochain, Naples ira déjà défier la Juve à Turin et aura besoin d’un grand Osimhen pour en repartir avec le sourire. Et pourquoi pas trois points, tiens.

    Par Andrea Chazy
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

  • Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

    Hier à 17:37 Un journal espagnol condamné à payer 7000 euros à Lionel Messi 19 Hier à 16:48 Billie Jean King et Lindsey Vonn parmi les investisseurs de l'équipe de Natalie Portman 42
    Hier à 16:16 Javier Tebas se mêle de l'affaire Mediapro-LFP 36 Hier à 15:27 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 6
    Hier à 14:47 Marcello Lippi prend sa retraite 26 Hier à 14:32 Des croix en bois et une tête de cochon installées sur la pelouse de Livourne 17 Hier à 13:43 Subašić s'engage en Croatie en tant que joueur de champ 29
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom