Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tottenham-FC Barcelone

Pochettino, le commandant anti-Barça

Dos au mur après cette première journée de Ligue des champions, Mauricio Pochettino va affronter le FC Barcelone à Wembley. Une équipe très loin d’acquérir une place de choix dans son cœur espanyolista.

Modififié

Au moment d’évoquer des rumeurs de transfert, présidents, entraîneurs, joueurs ou agents possèdent deux manières d’aborder la chose : soit ruser et entretenir le mystère, soit user de la franchise afin de poser cartes sur table. En réponse à la question d’une éventuelle possibilité d’entraîner le Barça avant d’affronter le Real Madrid en phase de poules de C1 2017-2018, Mauricio Pochettino opte pour le deuxième plan. « Les valeurs de l’Espanyol ne sont ni meilleures ni pires que celles du Barça, elles sont différentes, explique l’Argentin en conférence de presse. Je serai toujours espanyolista, et entraîner le Barça serait une forme de trahison personnelle, car il a toujours été mon rival. » Voilà comment Pochettino, passé par l’Espanyol Barcelone en tant que joueur et entraîneur à succès, se prépare à accueillir un Barça dans le doute à Londres. Sans filtre.

« Mauricio ne manque pas de respect au Barça, bien au contraire »


À vrai dire, l’actuel entraîneur de Tottenham s’est rapidement distingué comme une personnalité capable de prendre en main, modéliser puis fortifier un groupe. Coéquipier de Pochettino durant deux ans au Paris Saint-Germain puis deux ans à l’Espanyol, Didier Domi connaît bien la méthode du technicien des Spurs, déjà effective à l’époque où il chaussait des crampons et plaçait un élastique sur le front pour fixer sa tignasse. « Sur le terrain, j’avais une proximité avec Mauricio, explique Domi. J’étais arrière gauche, il était défenseur axial gauche. Mauricio, c’est une personne avec une autorité naturelle. Tout au long de sa carrière, il s’est fait respecter à travers la parole, l’usage des mots justes. En fait, tu sais qu’il va chercher à t’apprendre une chose quand il s’adresse à toi. »


Manager d’une cylindrée anglaise qualifiée pour la C1 pour la quatrième fois consécutive, Pochettino s’est inséré en 2013 dans le bazar concurrentiel de la Premier League à la manière d’un poisson dans l’eau, et cela n’est sans doute pas anecdotique. « Lors des derbys contre le Barça, sa voix devenait plus forte et assumée que d’habitude, se souvient Domi, également passé par Newcastle et Leeds dans sa carrière. Dans le vestiaire, il nous transmettait sa soif de vaincre, car il savait qu’on affrontait l’une des meilleures équipes du monde. C’est une mentalité très anglaise, à rentrer dans son adversaire, mais avec respect. Mauricio ne manque pas de respect au Barça, bien au contraire : il tient ce Barça en grande estime. Et je pense que c’est cette estime qui le rendait capable de se dépasser sur le terrain, que ce soit physiquement ou tactiquement. »

Un 4-2-3-1 dans la peau


Dès lors, les éloges de Pochettino en direction de son compatriote Lionel Messi lors de la conférence d’avant-match ne surprennent plus. « Je ne vais pas chercher à trouver une solution pour contrer Messi, car je crois que cela est impossible. Ce qu’il nous faut par-dessus tout, c’est profiter de l’instant. Plutôt que de nous inquiéter, cela doit nous exciter. » À la manière d’un architecte qui dresse ses plans, Pochettino œuvre dans la construction et s’évite toute forme de destruction virulente, sauf en cas de dépassement de fonction d’un de ses homologues. C’était le cas en début de saison 2017-2018, lors d’une prise de parole déplacée de Pep Guardiola, ancien du Barça, parlant de Tottenham comme « l’équipe de Harry Kane » dépendante de la réussite de son attaquant. « C'est irrespectueux pour plein de gens, répondait Pochettino. Il faisait partie de l'équipe de Barcelone qui a connu tant de succès grâce à un Messi à son meilleur niveau, mais je n'ai jamais parlé de l'équipe de Messi. » Une manière courtoise de mettre un coup d’épaule à son adversaire direct, en somme.



Réconciliés par une poignée de main visible lors de leur duel suivant, Guardiola et Pochettino montrent en réalité une chose : celle d’une confrontation entre deux cerveaux tactiques. « Je l’avais eu au téléphone l’an dernier, car il était venu voir la clinique Aspetar à Doha, avec laquelle Tottenham a un accord, explique Domi, désormais basé au Qatar. Je le sentais heureux de faire son travail. Voir Mauricio réussir ne me surprend pas, mais c’est d’atteindre un tel niveau qui m’interpelle. À l’époque, je le voyais plus en tant que directeur sportif, voire président de club. Il est arrivé à installer Tottenham dans le Big Four de manière durable. Avec un schéma très intense en 4-2-3-1 et de tels résultats, il entre dans le cercle tactique des très grands entraîneurs aux côtés d’Ancelotti, Guardiola ou Sarri. À ton échelle, tu contemples ce travail. » Sur le banc de touche adverse, Ernesto Valverde doit quant à lui travailler sa matière grise. Vu sa forme hésitante du moment, Lionel Messi en aurait sans doute bien besoin.

Par Antoine Donnarieix Propos de Didier Domi recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 13:51 Papus Camara : « S'attendre à ce qu'ils montrent un autre visage » 17 Hier à 12:06 Un quintuple sauvetage fou en FA Trophy 13
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 11:22 La gendarmerie saisit 500g de résine de cannabis à l'effigie de CR7 36