Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Valence-Atalanta

Plaisir Iličić

Josip Iličić a la tronche d'un méchant de James Bond période Roger Moore, des bras interminables qu'il promène comme deux encombrants tentacules et passe une bonne partie de ses matchs les mains sur les hanches. Une dégaine disgracieuse, qui contraste avec le jeu du bonhomme : quand le Slovène touche le ballon, il y a souvent quelque chose de sensuel qui se passe.

Modififié

Éric Cantona l'avait dit et professé il y a des années : « Le ballon, c'est comme une femme, il aime les caresses. » Nul ne sait si Josip Iličić a potassé les maximes du King, mais une chose est sûre, l'icône mancunienne n'est pas le seul capable de provoquer des frissons charnels balle au pied. Bien sûr, il y a les artistes absolus, Zidane, Totti et tutti quanti, qui jouent systématiquement le port altier, torse bombé, foulées décontractées et regard d'acier en prime. Et puis, il y a ceux qui ne ressemblent à rien de prime abord, créateurs de l'ombre, petits épicuriens du football appréciés dans les clubs où ils daignent se pointer, mais plus ou moins ignorés ailleurs. Josip Iličić fut longtemps de ceux-là.

The Artist


À 32 piges consommées, on loue enfin son blase en dehors d'Italie, lui qui évolue pourtant en Serie A depuis le début de la décennie. Pourquoi maintenant ? De l'autre côté des Alpes, Iličić fait pourtant parler de lui depuis son arrivée à Palerme, en 2010. L'histoire retiendra qu'il a inscrit ses deux premiers buts italiens contre l'Inter et la Juve. Jolie carte de visite. Trois années en Sicile, puis une signature à la Fiorentina, où, dès son arrivée en 2013, il s'impose comme l'un des joueurs frisson de la formation toscane, alors pilotée par Vincenzo Montella. L'un des plus irréguliers, aussi, ses 11 buts en 46 matchs de Serie A lors des exercices 2013 et 2014 laissant circonspect sur le plan statistique. C'est seulement à la suite de l'arrivée de Paulo Sousa à la tête de la Fiorentina en 2015 que le Slovène semble véritablement passer un cap : celui qui évoluait prioritairement sur l'aile est replacé comme attaquant de soutien, dans une formation en 3-5-2.

Il peut alors exprimer plus volontiers ses qualités naturelles, dans un rôle de trequartista, qui colle parfaitement à son profil hybride et créatif. Et si la sauce monte à Florence, elle prendra réellement toute sa saveur après la signature d'Iličić à l'Atalanta, à l'été 2017. Aligné à son poste de prédilection, en retrait de l'attaquant (d'abord Andrea Petagna, puis Duvan Zapata), Iličić décolle avec la Dea, en plantant respectivement 11 et 12 pions en championnat, lors de ses deux premiers exercices bergamasques. Cette saison, il en compte déjà 15 et incarne à lui seul le football décomplexé, inventif et presque anticonformiste de l'Atalanta, qui impose son identité stylistique à une Italie du football où la manière reste anecdotique au regard du résultat.

Grand-mère d'enfer


Les chiffres sont flatteurs, mais Josip Iličić n'est précisément pas un joueur de statistiques. Plutôt un esthète qui n'en a pas l'air. Grande courgette d'un mètre 90 à la gestuelle nonchalante, son corps transpire une gravité bizarre, comme un type qui vit un cran au ralenti. « Ses coéquipiers l'appellent la Grand-Mère, il est toujours fatigué » , se marre son coach, Gian Piero Gasperini. Souvent vu les mains sur les hanches, le dos courbé, le visage marqué, l'attaquant bergamasque promène aussi une paire de bras interminables, qui lui donnent un air un tantinet alien sur le pré. L'illusion de son jeu n'en est que plus forte : faux lent, faux flemmard, le Slovène est un technicien de première catégorie. Sa qualité de contrôle, son jeu en une touche, ses dribbles ciselés, sa frappe de balle puissante et son sens inné du collectif en font un joueur aussi complet qu'imprévisible entre les lignes. Valence l'a appris à ses dépens, le 19 février dernier, en huitième de finale aller de C1 : l'ex-Florentin avait alors doublé la mise d'une frappe atomique, un match finalement aisément remporté par les siens.

Heureux qui comme Josip, n'a pas fait de beau voyage


La divine idylle entre Iličić et la Dea a pourtant failli s'achever l'été dernier : si le football du Slovène a quelque chose de romantique, ce dernier assume pour autant de ne pas être un grand sentimental : « Je ne pense pas encore à l'avenir, mais je n'ai jamais dit que je resterais à l'Atalanta pour la vie, confiait le bonhomme à la Gazzetta dello Sport fin janvier dernier. L'année dernière, j'étais très près de partir. Je voulais aller plus loin, jouer pour gagner le Scudetto... Je suis allé voir la direction de l'Atalanta et je leur ai dit : "Soit je peux gagner, soit je vais ailleurs." Le premier à m'appeler pour m'arrêter était Gasperini. Je ne sais pas ce qui se serait passé si j'étais parti, mais je suis heureux d’être resté. Si je n'étais pas heureux, je ne pourrais pas faire ce que je fais actuellement avec l'Atalanta. » Bien lui en a pris : ce mardi face à Valence, la Dea peut se qualifier pour le premier quart de finale de C1 de son histoire. Et permettre ainsi à Josip Iličić de continuer à jouer sur la scène continentale son drôle de football, si étrange et si raffiné à la fois.

Par Adrien Candau Tous propos issus de la Gazzetta dello Sport
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

PUTACLIC! Simão intronisé entraîneur de Mouscron 13 Hier à 16:11 Vers la création d'une Premier League européenne ? 141
Hier à 15:55 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 1 Hier à 15:43 Taye Taiwo rejoint la nouvelle franchise de Palm Beach 22
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
PUTACLIC! Thomas Deniaud meilleur que Van Basten 14
Hier à 12:33 Quand Bruno Martini comparait Guy Roux à une pièce de jeu d'échecs 5 Hier à 11:33 Pedro Martins encense Villas-Boas et félicite Valbuena 9 Hier à 11:12 La magnifique volée de Buballa avec Sankt Pauli 6 Hier à 10:45 Des précisions sur le futur format de la C1 48 Hier à 10:06 Eto'o s'en prend à France Football 26 Hier à 08:54 Une ministre brésilienne demande que Robinho soit immédiatement envoyé de suite en prison 48 Hier à 08:41 Marx Lênin débarque en D2 russe 59