Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 36 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Monaco

Nice-Monaco, sans larme ni haine

À moins d'un scénario catastrophe, l'AS Monaco devrait valider son maintien chez ses voisins niçois lors de la 38e et dernière journée du championnat de France. Pour le soulagement des uns, et la déception toute relative des autres.

C'était, depuis plusieurs semaines, la grande crainte des Monégasques : devoir jouer leur survie en terre hostile, à l'ultime journée. Une hypothèse qui égayait forcément un peu la fin de saison des supporters niçois, logiquement plus intéressés par les intrigues concernant l'éventuel rachat de leur club que par le spectacle un brin décevant offert par leur équipe. Solidement ancré dans le top 10 malgré son statut de deuxième pire attaque de Ligue 1, l'OGC Nice devrait finalement se contenter d'un simple derby pour l'honneur, son voisin ayant retrouvé laborieusement le sien le week-end dernier. Une bataille fraternelle, plutôt qu'une guerre fratricide ? Une issue presque cohérente pour ce qui demeure le plus vrai – géographiquement parlant – des derbys de l'élite, mais aussi l'un des plus apaisés.

Quenelles de voisinage


« Si ça devait se faire, on était content que ça se fasse chez nous, que Nice puisse donner le coup de grâce. Mais même chez les supporters qui avaient envie de voir Monaco descendre, la déception sera minime » , explique Cédric Bertugli, ancien membre de la BSN et impliqué depuis une dizaine d'années dans la préformation niçoise. Mais pourquoi si peu de haine ? Si l'image, réelle ou fantasmée, renvoyée par les deux clubs a nourri le dédain éprouvé par chaque camp, elle les a aussi préservés d'une véritable détestation conflictuelle. « L'air de rien, je pense que beaucoup ont un regard non pas bienveillant, mais tolérant envers Monaco  » , observe Cédric.


À Nice l'ancrage local et l'identité populaire, à Monaco l'extension du territoire par l'aura sportive et princière. Les deux clubs ne se ressemblent pas assez pour se sentir en réelle concurrence, mais leurs supporters se côtoient évidemment trop pour ne pas s'asticoter : « Moi-même, j'ai travaillé à Monaco dans la fonction publique, au gouvernement, poursuit Cédric. Même chez les policiers, il y a beaucoup de Niçois. Une fois, au stade Louis-II, devant notre parcage, un policier a ouvert la veste de son uniforme. Il avait un maillot de Nice en dessous ! » Le genre d'anecdote qui aurait pu mal tourner ailleurs, mais qui ne dépasse pas le stade du chambrage grisant dans l'antre du Rocher.

Se quitter en bons ennemis


Derrière l'attraction-répulsion qui se cache parfois dans les regards échangés entre voisins – chacun pouvant légitimement envier et mépriser l'autre selon l'angle choisi –, le besoin de repères et de rituels tempère aussi le désir d'enfoncer le rival. Le fameux cortège de scooters pour avaler les vingt kilomètres séparant les deux villes en est un : « Des gars les ont même faits à pied par le sentier du Littoral » , précise le dirigeant des U13 de l'OGC Nice. Privé de beaucoup de ses ennemis historiques tels que Bastia, Cannes ou Toulon, le club azuréen a besoin d'entretenir et de transmettre les petites rivalités dont il raffole, fussent-elles moins tendues, en même temps qu'il réenclenche sa croissance sportive.


« J'ai vu une évolution de la rivalité avec Monaco ces dernières années chez les petits, dans les deux clubs, note Cédric. Avant, c'était réservé aux équipes premières, réserves, U19, U17. Maintenant, ça se ressent dès la préformation et chez les filles aussi. Sans être méchants, on ne se fait pas de cadeaux. On essaie d'avoir une entente cordiale, mais si on peut les battre... » Ce vendredi soir, l'ASM, balayée 4-0 lors de ses deux derniers déplacements à l'Allianz Riviera, devra juste se battre pour ne pas transformer un derby pour l'honneur en derby de la peur. Et ainsi ne pas décevoir les siens, ni rompre les liens : « Monaco, c'est comme un mec qui vous gonfle un peu. S'il n'est pas là et que vous ne pouvez pas l'envoyer chier de temps en temps, il va vous manquer ! »

Par Chris Diamantaire
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom