Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2020
  2. // Qualifs
  3. // Gr.H
  4. // Turquie-France (2-0)

Les Bleus perdent la boule en Turquie

Rien. Nada. Le vide. L'équipe de France s'est fait surprendre par la Turquie (2-0) dans le match au sommet de son groupe d'éliminatoires à l'Euro 2020, et repart avec aucun point et deux buts dans la besace. Aucune excuse : les Bleus sont tout simplement passés à côté de leur match.

Modififié

Turquie 2-0 France

Buts : Ayhan (30e) et Demiral (44e) pour la Turquie.

On l’attend toujours. Qui ? Lui : le premier tir cadré de l’équipe de France. C’est probablement historique, mais l’on verra plus tard pour les statistiques et l’analyse. Tout juste peut-on modestement estimer qu’il est parfois bon de repartir d’une page blanche. À côté de ses pompes, l’équipe de France a manqué de tout pour poser le moindre problème à la Turquie. De tout, et plus encore. Les Bleus, qui n’avaient plus perdu de match en éliminatoire d’Euro depuis 2010 contre la Biélorussie, s’inclinent contre leur principal concurrent à la première place du groupe H. Comme des airs de déjà-vu, comme face à la Suède. Ce soir, c’est simple : à part Lloris, il n’y a rien à sauver.

Des hommes et des vieux


À 20h45 pourtant, on était juste heureux de retrouver des hommes. La tête au foot féminin, on avait presque oublié que oui, parfois, le début d’été coïncide avec le début des matchs qui comptent pour l’équipe de France masculine de football, le genre de ceux qui respirent l’air des Grands Chelems plutôt que des Masters 1000. Ainsi, ce soir au coup d’envoi, c’est sans N’Golo Kanté, mais avec Moussa Sissoko que Didier Deschamps lance ses troupes au filet, histoire de faire de la Turquie, deuxième du groupe H derrière les Bleus (mais avec autant de points), une aussi belle bouillasse que le pâté de Vondroušová dégusté par Ashleigh Barty sur le Chatrier à l’heure du goûter. Pourtant, ça part mal : les circuits de passes sont aussi bouchés que le milieu de terrain, mini-Istanbul en plus peuplé, et le trio offensif peine à faire la différence collectivement, Giroud préférant se cogner un genou dans la tempe.


Le jeu des Bleus est à vrai dire aussi affligeant que celui la Tchèque dans son premier set, et ceux-ci craquent d'ailleurs sur deux erreurs bêtes : un problème de marquage sur Ayhan après un coup franc à l’entrée de la surface (1-0, 30e), et un manque d’engagement aussi inquiétant que l’acné de Stan Wawrinka de la part de Varane, Pogba puis Digne sur Ünder au cours d’une action franchement anecdotique (2-0, 40e). Et encore, c’est sans mentionner les frappes ratées par Yılmaz (38e) et Demiral (44e). En plus, il n’y a même pas l’excuse du vent.

Jean-Michel apathie


Pas difficile de déterminer quand Didier Deschamps fait la gueule : il le dit. « On joue sur la pointe des pieds, que ce soit avec ou sans le ballon » , grommelle-t-il d’entrée de seconde période, remplaçant Digne, à la rue, par Mendy, puis Matuidi, invisible, par Coman. On aurait pu penser que les changements feraient autant de bien aux Bleus qu’une ondée pour Novak Djokovic, mais que nenni : la première frappe de la seconde période est pour l’héroïque Yılmaz, après une nouvelle perte de balle de Varane et Pavard (55e), avant que, dans la foulée, Lloris ne réalise un miracle devant le crâne de Karaman (56e). Ce n’est pas tant que la Turquie ait la palette de Dominic Thiem, non, simplement, ils défendent aussi bien que Rafael Nadal. La ligne de six alignée en phase défensive est imperméable, d’autant que Mbappé est abyssalement inefficace, et la France leur offre le reste.


De l’espace, par exemple, un régal quand votre pied gauche contient autant de puissance que celui de Tekdemir (encore claqué par Lloris, 70e), ou que vous avez la pointe de vitesse de Burak Yılmaz (86e). La Dèche tente d’envoyer Ben Yedder au front à la place de Giroud, mais la muraille restera tenace. Ce soir, la Turquie ne s’est pas imposée à la technique, mais au courage. À l’engagement. Une belle leçon pour la suite du parcours de l’équipe de France, qui doit aussi, et son public avec, ré-apprendre à perdre. Cela arrive moins souvent qu’avant, mais c’est toujours aussi douloureux. Le problème, c'est que la prestation du soir montre que visiblement, les Bleus doivent aussi ré-apprendre à jouer.


France (4-2-3-1) : Lloris - Pavard, Varane, Umtiti, Digne (Mendy, 45e) - Sissoko, Pogba - Matuidi (Coman, 45e), Griezmann, Mbappé - Giroud (Ben Yedder, 71e). Sélectionneur : Didier Deschamps.

Turquie (4-4-2) : Günok - Çelik, Demiral, Ayhan, Kaldırım - Ünder (Yazici, 85e), Tekdemir, Kahveci (Tufan, 79e), Toköz (Ömür, 90e) - Karaman, Yılmaz. Sélectionneur : Şenol Güneş.


Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 10:40 Joueurs, supporters : racontez-nous le jour où vous avez vaincu votre peur 6
Hier à 14:13 Stéphane Guivarc’h devient président d'un club de N3 13
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE