Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

Le dollar PSG : projet crypto bidon ou véritable révolution ?

Le Paris Saint-Germain est décidément sur tous les fronts. Après avoir commercialisé son jus de poire bio, il y a quelques semaines, le club de la capitale lance désormais sa propre monnaie virtuelle, le dollar PSG. Derrière cette appellation bling-bling se cache une petite révolution, qui permettra aux supporters d’intervenir dans certaines décisions du club.

Modififié
Le PSG est sans cesse en quête de stratégies de développement. La dernière en date est plutôt originale. Depuis mardi, les supporters parisiens peuvent s’adonner à une nouvelle aventure, celle de la cryptomonnaie. La monnaie virtuelle, en somme. En partenariat avec la startup maltaise Socios.com, le club a annoncé s’engager dans ce défi inédit en France. Les fans peuvent, dès à présent, s’approprier des « tokens » , également nommés dollar PSG ($PSG) en déboursant deux euros pièce. Il est également possible de chasser les jetons dans les rues de Paris avec son smartphone, à l’instar du jeu Pokémon Go. 20 millions de dollars PSG ont été mis sur le marché (donc 20 millions de tokens), un nombre fort ambitieux, mais le projet « money-money » du PSG veut s’inscrire dans la durée. « Ça ne veut pas dire qu’il y a 20 millions de tokens qui vont être vendus demain matin ou dans les prochaines années, tempère Alexandre Dreyfus, PDG de Socios.com. Cela signifie que, pour toujours, il y a 20 millions de dollars PSG en circulation. »


De cette manière, la plateforme souhaite engendrer un engouement autour de cette monnaie, dont le cours sera fluctuant. Il sera d'ailleurs possible de revendre ses jetons, comme pour toute cryptomonnaie. Et peu importe si les $PSG ne se vendent pas comme des petits pains dès le lendemain de leur sortie. Le patron de la start-up affirme en effet «  qu’un supporter achète d’ores et déjà sept tokens en moyenne  » . Oui, car plus un fan possède de jetons, plus sa voix est importante. Pas de panique, Paris, c’est la démocratie, et des limites ont bien évidemment été fixées : « La valeur maximum de tokens pour les votes a été fixée à 200. C’est-à-dire : si vous avez 100 tokens, votre voix comptera plus que si vous n'en avez qu'un. Si vous en avez 200, elle comptera plus que si vous en avez 100. Mais si vous en avez 1000, elle comptera autant que si vous en avez 200 » , explique Alexandre Dreyfus.

Fidéliser les « supporters 2.0 »


Ces jetons permettront aux fans d’obtenir « des récompenses uniques, des marchandises exclusives et des expériences exceptionnelles » , d’après le club parisien. Mais pas seulement, les supporters pourront, désormais, se faire entendre hors des tribunes Auteuil et Boulogne. Bon, pas d'enflammade non plus. Il ne s’agira pas de choisir la prochaine recrue parisienne ou même de virer le coach après une énième défaite en huitièmes de finale de Ligue des champions, mais, plutôt, de voter pour des décisions anecdotiques, pour le moment. Il sera question, par exemple, de choisir la couleur du bus des joueurs ou le message inscrit sur le brassard de Thiago Silva. « Ces dollars PSG ne permettront pas aux supporters de participer aux grandes décisions stratégiques du club. Ils ne vont pas participer à l’élection du président, mais l’idée c’est de faire participer, sur des sujets subsidiaires, les supporters du PSG » , confirme David Cayla, enseignant chercher en économie à l’université d’Angers.



Si, pour le moment, le poids des supporters est moindre dans les décisions du club, cela pourrait prendre une tout autre envergure à l’avenir. « Aujourd’hui, le PSG a fait un premier vote qui est assez anecdotique, mais plus les semaines vont passer, plus il y aura de fans dans la plateforme, plus le club proposera des votes intéressants » , affirme Alexandre Dreyfus. Payer deux euros pour choisir la prochaine musique diffusée dans le stade quand Icardi plantera un but ? Mouais... Pourtant, si le projet représente un véritable intérêt économique sur la durée et pourrait rapporter à terme près de 40 millions d'euros selon certains observateurs, l'objectif à court terme demeure surtout social et permet à la marque PSG de soigner son image comme son rapport aux fans. Le leader du championnat affiche une réelle volonté de se rapprocher de ses supporters, en donnant à chacun la possibilité de s’exprimer. « Les gens qui vont acheter les dollars PSG sont des gens qui s’identifient un peu au club, qui veulent être davantage présents, ils vont avoir un sentiment d’appartenance renforcé au club » , affirme David Cayla.

Un match contre les plus grands clubs hors des terrains


En faisant le choix de la monnaie virtuelle, le club parisien cherche donc prioritairement à fidéliser un maximum de supporters, mais il a également pour ambition de renforcer son image sur tous les continents. De fait, peu importe d’où ils viennent, les fans auront dorénavant une voix. En 2020, les supporters du PSG ne sont plus forcément des Parisiens pure souche ayant la possibilité de se rendre au Parc des Princes, chaque week-end, mais des personnes vivant aux quatre coins du globe. Avec le dollar PSG, le club s’adresse aussi à ses supporters étrangers vivant en Chine, en Russie ou bien en Argentine. « Il y a 50 ans, le football, c’était uniquement le stade puis la ville. Mais aujourd’hui, en 2020, grâce aux réseaux sociaux, aux célébrités, Neymar, Mbappé, et la retransmission des matchs partout dans le monde, ces clubs sont devenus des marques mondiales avec des centaines de millions de fans, confie Alexandre Dreyfus. « L’un des avantages des jetons qui se situe sur une blockchain, c’est qu’il n'y a pas de frontières, donc je peux les acheter, je peux les échanger sans le moindre problème, à n’importe quel point de la planète. Donc ça va permettre d’internationaliser un peu leur activité » , ajoute Manuel Valente, directeur analyse et recherche de Coinhouse. Ce projet de faire du PSG une marque mondiale, à l’image des plus grandes écuries de football, s’inscrit dans la lignée des nombreuses stratégies employées par les Parisiens depuis l’arrivée du Qatar en 2011.


Le Paris Saint-Germain est le second club de football à se lancer dans cette aventure. En décembre 2019, la Juventus a également fait le choix de la cryptomonnaie. Ainsi, en s’engageant dans cette voie, le PSG devance des pointures comme le Real Madrid, le FC Barcelone ou encore Manchester United. «  Il y a aussi un côté expérimentation. Vous avez l’idée de la blockchain, c’est quelque chose qui intéresse beaucoup de monde, beaucoup d’entreprises, et les clubs de football ne font pas exception à la règle. Le but pour le PSG, c’est de se positionner avant d’autres clubs, pour avoir une avance » , note Manuel Valente. Bien qu’il soit minime, il existe tout de même un avantage financier dans ce projet : « Cela peut éventuellement rapporter des fonds, puisque vous avez les tokens que les gens achètent, mais ça reste relativement mineur par rapport à d’autres sources de revenus, notamment les droits télévisés » , explique Manuel Valente. Le contrat signé avec la plateforme Socios rapportera 2,5 millions d’euros au club parisien, somme à laquelle s’ajoute l’argent issu de la vente de sa monnaie virtuelle. Un grain de sable certes, mais qui permet au Paris Saint-Germain d’accroître, encore un peu plus, son influence dans le monde du football.

Par Chloé Saunier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

il y a 1 heure Aulas envisage d'attaquer beIN Sports 34 il y a 4 heures Canto, Ronaldo 97, PSG... découvrez la nouvelle collection photos! 5
Hier à 19:00 Le récap de la #SOFOOTLIGUE Hier à 18:35 Romain Alessandrini signe en Chine 32 Hier à 16:59 En troisième division allemande, des supporters montrent l'exemple face à un cas de racisme 15
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 15:07 Inscris-toi à la 2e soirée quiz So Foot x Opta Jean 1 Hier à 14:52 Buffon se méfie de l'OL 52
Hier à 11:48 Viens mater OL – Juve lors d’une projection So Foot de tous les exploits 1