Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Lyon-Lille (2-2)

Le destin choisit l'OL

Bousculés dans le jeu en première période par un bon LOSC, les Lyonnais sont ensuite revenus sans totalement briller, mais se sont fait rattraper dans le temps additionnel par un penalty de Loïc Rémy. Pas de problème, les hommes de Garcia ont finalement forcé le destin au bout d'une séance de tirs au but. L'OL se qualifie pour la sixième finale de Coupe de la Ligue de son histoire.

Modififié

Lyon 2-2 Lille

Buts : Dembélé (19e) et Aouar (85e) pour l'OL // Sanches (13e) et Rémy (90e+3, s.p.) pour le LOSC

Pour l'histoire et pour Richard Cocciante, il fallait que ça se termine comme ça. Par un coup de soleil, un coup de chaud, un coup de je t'aime lancé à la gueule de la Coupe de la Ligue, qui vit cette saison ses dernières heures. Ce Lyon-Lille aura offert un peu de tout : du déchet technique, du suspense, un scénario un poil dingue et donc, au bout, une séance de tirs au but angoissante, remportée par un OL qui n'aura pas tout maîtrisé mardi soir, mais qui sort vainqueur d'un duel âpre. Pourtant, rien n'a été rose.

Le coup de Renato, le miracle Dembélé


Une image et une seule : celle d’un Rudi Garcia paniqué dans son trench, s’agitant comme un contrôleur aérien dans sa zone technique et convoquant une réunion express auprès de ses adjoints, Claude Fichaux et Gérald Baticle. Bouffé dans les duels et gêné à la relance par un LOSC parfaitement coordonné dans son pressing, l’OL du Patrick Swayze de Nemours ne sait pas vraiment où il va et a déjà perdu, en trente minutes à peine, ses micro-certitudes glanées lors d’un début d’année 2020 parfait (quatre victoires en quatre matchs disputés, seize buts marqués). Alors, Garcia hurle : « Allongez, allez !! » Mardi soir, rien n’a été simple pour des Lyonnais bousculés par un Lille débarqué sans complexe dans un Groupama Stadium où les Nordistes n’ont jamais connu la défaite. Pire : alerté par une première frappe d’Ikoné parfaitement captée par Tătăruşanu (6e), l’OL a craqué sept minutes plus tard sur une frappe du gauche limpide de Renato Sanches (0-1, 13e). Par miracle, Rudi Garcia a vu ses hommes, sauf un Aouar longtemps invisible au milieu, revenir rapidement dans la partie grâce à un penalty offert par Gabriel et transformé par Moussa Dembélé, buteur pour la seizième fois de la saison toutes compétitions confondues (1-1, 19e), mais cela n’a rien changé au fond : la première partie de cette demi-finale, assez pauvre techniquement, a été tactiquement maîtrisée par le LOSC. Et ni le ciseau balancé à côté par Bertrand Traoré (38e), ni la banderole sortie par les supporters du Virage Nord ( « M. Paul, personne n’enlèvera une seule de vos étoiles du cœur des Lyonnais » ) ne font sourire les locaux. Alors, quoi ?

Le slalom d'Aouar, les regrets nordistes


Alors, probablement pas le premier mouvement de la seconde période, qui voit Jonathan Ikoné, très en jambes, foirer sa frappe, mais surtout la défense lyonnaise boire une nouvelle fois la tasse. Agacé, Rudi Garcia décide de sortir rapidement le jeune Caqueret pour faire entrer Tousart pendant que Traoré s’en va caresser le petit filet extérieur gauche de Jardim (55e). Lille, de son côté, continue de tenir son plan, tout en lâchant un peu plus de lest au pressing et en se montrant incapable de réellement mettre le feu sur le but de Tătăruşanu, si ce n’est sur une énorme opportunité pour Osimhen sauvée par Marçal (69e). Seul réel danger offensif côté OL, Dembélé tente de placer une tête sur corner à un quart d’heure de la fin, mais tombe plutôt à la renverse, comme un symbole d’une rencontre où les deux contenders en quête d’un ticket pour la dernière finale de Coupe de la Ligue de l’histoire ne réussissent plus grand-chose. Puis, l’éclair : à la suite d’un ballon récupéré par Dembélé devant Fonte, Houssem Aouar s’offre un slalom à la Clément Noël et s’en va tromper magnifiquement Jardim (2-1, 85e). Le Groupama Stadium souffle, Galtier pousse Araujo sur la piste, on se dit que le LOSC a laissé filer sa chance... Quand, tout à coup, Rafael couche Bamba dans sa surface et offre un penalty à Loïc Rémy au bout du temps additionnel, qui trompe Tătăruşanu d’un joli piqué (2-2, 90e+3). Résultat, alors qu'elles essayaient de fuir leur destin, ce dernier avait déjà tout prévu : Rafael peut fracasser une poubelle, les deux équipes doivent passer par une séance de tirs au but pour se départager. Verdict ? Tătăruşanu sort la première tentative de Bamba, les Lyonnais effectuent un sans-faute, et Renato Sanches envoie la dernière cartouche nordiste à côté du but local. L'OL s'impose à l'arrache et disputera, le 4 avril prochain, sa première finale depuis six ans.

Résumé de OL - LOSC (2-2, 4 tab à 3)


OL (4-3-3) : Tătăruşanu - Rafael, Marcelo, Denayer, Marçal - Caqueret (Tousart, 53e), Mendes, Aouar (Andersen, 90e) - Traoré (Terrier, 68e), Dembélé, Cornet. Entraîneur : Rudi Garcia.

LOSC (4-2-3-1) : Jardim - Pied (Djaló, 71e), Fonte, Gabriel, Reinildo - Soumaré (Araujo, 87e), André - Sanches, Ikoné (Rémy, 78e), Bamba - Osimhen. Entraîneur : Christophe Galtier.


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE

Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 09:53 Viens mater OL – Juve lors d’une projection So Foot de tous les exploits 1 Hier à 09:30 25 ans de suspension pour avoir frappé un arbitre 21