Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Ligue des nations
  2. // Demies
  3. // Italie-Espagne (1-2)

L'Espagne surclasse l'Italie et fonce en finale

Dominée techniquement par une Espagne tout en maîtrise, l'Italie a coulé peu avant la pause, à la suite de l'expulsion de Leonardo Bonucci. Techniquement brillante, la Roja a mis fin à la série de 37 matchs sans défaite des Azzurri et pointe désormais en finale de la Ligue des nations.

Modififié

Italie 1-2 Espagne

Buts : Pellegrini (83e) pour l'Italie // Torres (17e, 45e+1) pour l'Espagne

La dernière fois que les deux nations s'étaient croisées, c'était en demi-finales de l'Euro. Mais le remake est toujours un art difficile. Quand on devine la fin d'un thriller après 40 minutes de pellicule, on a souvent tendance à vouloir écourter la séance. Celle de Leonardo Bonucci, expulsé à la 41e minute de jeu, n'aura même pas duré une mi-temps. L'Italie, déjà menée, n'a pas su inventer un twist final pour relancer le suspense. La faute à une Roja impériale de bout en bout, qui met fin à la série de 37 matchs sans défaite des Azzurri et file en finale de la Ligue des nations.

Faux neuf, vrai spectacle


Privée de Belotti et Immobile, l'Italie compose sans avant-centre de métier, dans un système qui fait miroir à celui de la Roja, habituée à se priver d'attaquant de pointe pour apporter le surnombre au milieu. C'est dans l'entrejeu, justement, que ce match va se délier, alors que les deux formations multiplient les combinaisons. Hyper relevé techniquement, le début de rencontre fait dans le très haut de gamme, dans la lignée d'une Italie pilotée par les sorties de balle millimétrées de Jorginho et les courses énervées de Chiesa.

L'Espagne n'est pas en reste, alors qu'Alonso et Oyarzabal enfoncent la tête sous l'eau à Di Lorenzo sur son côté droit. Trop souvent largué, le Napolitain ne peut pas empêcher Oyarzabal de centrer pour Ferran Torres, qui conclut d'une volée intérieur du pied parfaitement placée. De quoi encore hausser d'un cran l'intensité du match, alors que les deux équipes se bouffent respectivement le nez, en dégainant un pressing de tous les instants. Servi par Emerson, Insigne a tout le loisir d'égaliser au point de penalty, mais banane complètement son tir en première intention.

L'Italie au tapis


Une énorme foirade, qui en appelle malheureusement une autre. Peu avant la pause, Bonucci joue maladroitement du coude avec Busquets, et se chope un second jaune synonyme de rouge. La Nazionale ne s'en remettra pas. À la conclusion d'une sublime action collective, Ferran Torres aligne une seconde fois Donnarumma, d'un coup de casque ajusté. Déjà dominatrice, l'Espagne peut dès lors monopoliser le cuir, alors que le second acte vire à une démonstration impressionnante de possession. À la suite d'une grossière erreur de la défense ibérique, Chiesa a tout de même l'occasion de mettre les gaz en contre puis de servir Pellegrini, qui finit le boulot de près. Un pion pour l'honneur seulement : c'est bien l'Espagne qui décroche sa place pour la finale. Forcément alléchant : hégémonique ce mercredi, la Roja a démontré qu'elle avait clairement les armes pour remporter cette seconde édition de la Ligue des nations.



Italie (4-3-3) : Donnarumma - Di Lorenzo, Bonucci, Bastoni, Emerson - Barella (Calabria, 72e), Jorginho (Pellegrini, 64e), Verratti (Locatelli, 58e) - Chiesa, Bernardeschi (Chiellini, 46e), Insigne (Kean, 58e). Entraîneur : Roberto Mancini.

Espagne (4-3-3) : Unai Simon - Azpilicueta, Laporte, Pau Torres, Marcos Alonso - Koke (Merino, 75e), Busquets, Gavi - Oyarzabal, Ferran Torres (Pino, 49e), Sarabia (Bryan Gil, 75e). Entraîneur : Luis Enrique.


Les notes d'Italie-Espagne


Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ligue des nations - Demies - Italie-Espagne (1-2)






Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 16:18 En Jupiler Pro League, un gardien visé par des jets de briquets 38
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
À lire ensuite
Les notes d'Italie-Espagne