Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // LIgue des nations
  2. // J6
  3. // Angleterre-Croatie (2-1)

L’Angleterre, la gagne ou rien

Emportée par une énorme ambiance en fin de match à Wembley, l’Angleterre est parvenue à vaincre ses démons contre son cauchemar croate (2-1). Un succès révélateur de la nouvelle vague initiée par les Three Lions, où le culte de la défaite apparaît désormais lointain.

Modififié
Tout avait pourtant commencé par un grand classique : une glissade immonde de Fabian Delph au moment de passer un ballon en retrait dès la deuxième minute de jeu, la sortie en catastrophe de Jordan Pickford, incapable de saisir le ballon, puis un sacrifice de kamikaze pour s’opposer à l’adversaire. La suite, c’est un ballon qui file au-dessus du but anglais et une menace transformée en simple avertissement pour les hommes de Gareth Southgate, désireux de prendre une revanche sur sa bête noire croate depuis maintenant onze ans. Car avant d’être éliminée par les Vatreni en demi-finale du dernier Mondial, l’Angleterre s’était déjà cassé les dents lors des éliminatoires de l’Euro 2008 dans ce même stade de Wembley (2-3). Mais cette fois-ci, elle s’est décidée à bousculer l’évidence d’un destin tragique. Et c’est tant mieux.

Chilwell : « Ne jamais rien lâcher »


À l’image de ce désir d’aller de l’avant, l’Angleterre est progressivement apparue souveraine dans cette rencontre à l’aide d’une pression constante sur le but gardé par Lovre Kalinić, d’abord héroïque avant de craquer dans le dernier quart d’heure du match. Impassable, le remplaçant de Daniel Subašić est le grand bonhomme d’un premier acte où les locaux peuvent se mordre les doigts de ne pas mener au score à la suite des tentatives de Raheem Sterling, Harry Kane ou encore Ben Chilwell, symbole du renouveau britannique avec ses cinq sélections. « Cette victoire est méritée, avouait le latéral gauche de Leicester City après la rencontre. Nous avons fait le jeu en première période, puis un peu plus laissé la balle à la Croatie en seconde. Mais je crois que malgré le fait d’avoir été mené au score, nos deux buts sont mérités et démontrent notre volonté de ne jamais rien lâcher. »


C’est dans ce domaine que l’Angleterre, paradoxalement si jeune en âge, semble avoir pris le plus de bouteille. Le 15 octobre dernier, elle faisait fi de sa défaite à domicile contre l’Espagne pour aller s’imposer au match retour à Séville avec la manière et une avance de trois buts à la pause (3-2). Chahutée, mais jamais vaincue, l’Angleterre rentrait d’Andalousie avec un concept de jeu validé par une défense compacte, la vitesse supersonique du duo Sterling-Rashford sur les ailes et le point d’appui Harry Kane. Ce dimanche, cette équipe s’est montrée dominatrice dans le jeu, mais peu efficace au moment de conclure ses temps forts. De quoi baisser la tête et rendre les armes ? Pas du tout. Malgré l’ouverture du score du poison Kramarić (57e, 0-1), Gareth Southgate a mis les bouchées doubles pour envoyer Jesse Lingard et Jadon Sancho sur le pré pour exorciser le mauvais esprit. Bingo : cinq minutes après son entrée en jeu, le premier nommé égalise sur un but réalisé à l’envie (1-1, 78e).

Kane, la rage au ventre


Passeur décisif, Harry Kane ne souhaite pourtant pas en rester là. Brassard au bras, le buteur incite ses coéquipiers à revenir à la charge afin d'arracher le précieux sésame pour le Portugal l’été prochain. Il n’y a pas de petites compétitions à gagner, surtout lorsque l’on court après un titre international depuis 1966. Résultat : la culture de la défaite s’évapore et laisse place à celle de la furie londonienne. Au bout, cette victoire anglaise est à l’image du vingtième but inscrit par Kane en sélection nationale : un tacle glissé plein de détermination pour dévier la balle dans le but et communier avec ses fans, dans le stade qui l’acclame habituellement sous le maillot de Tottenham. « C’était un match intense, résume le capitaine avant d’aller prendre une douche bien méritée. Après la première période, nous aurions dû mener au score d’un ou deux buts, mais ce n’était pas le cas. Ensuite, la Croatie a marqué, mais elle nous a laissé des opportunités, et nous avons su en profiter. » Grâce à une grosse dalle et rien dans le bide.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom