Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Napoli (4-3)

Et Koulibaly plomba le Napoli

La Juventus avait toutes les raisons de marcher sur son rival napolitain dès la deuxième journée de championnat, puisqu'elle menait 3-0 à l'heure de jeu. Au lieu de ça, la Vieille Dame s'est assoupie, laissant miroiter aux Napolitains une folle rimonta, pour les laisser se saborder tout seuls. Quel spectacle !

Modififié

Juventus 4-3 SSC Napoli

Buts : Danilo (16e), Higuaín (19e), Ronaldo (62e) et Koulibaly CSC (90e+3) pour la Juve // Manolas (66e), Lozano (68e) et Di Lorenzo (81e) pour Naples

Foutu tibia. Foutu karma. Foutu scénario. Voilà ce qui doit trotter à l'heure qu'il est dans la caboche de Kalidou Koulibaly, lui qui avait été le héros de son club en faisant tomber la Juventus ici-même il y a deux saisons. Lui, le roc du Napoli, a eu le temps de voir sa barque couler sous les coups de Turinois sans pitié, puis refaire surface au prix d'une incroyable abnégation, pour finalement catapulter cet ultime coup franc de Miralem Pjanić dans ses propres filets. On jouait alors la 93e, et il n'y avait donc plus la possibilité d'offrir un dernier rebondissement. Mais ce n'est pas ce qui a manqué à cette partie, qui donc tourné en faveur du champion en titre. Et si le climax de la Serie A avait été trouvé dès la seconde journée ?

Le club des 27


Quentin Tarantino ne sera pas forcément d’accord avec ça, mais les meilleures répliques ne sont pas forcément les plus longues. Au bout d’un quart d’heure, le blockbuster italien trouvait déjà son nœud scénaristique. Celui-ci tenait en une minute et six mouvements. Un, une frappe de mule d’Allan détournée d’une main ferme par Wojciech Szczęsny. Deux, Mattia De Sciglio blessé cède sa place à Danilo, pendant que les autres acteurs se placent pour jouer le corner. Trois, une frappe d’Insigne contrée par Bonucci. Quatre, un contre lancé par Danilo qui décale Douglas Costa. Cinq, l’ailier brésilien qui s’ouvre le chemin du but d’un crochet avant de remettre à son compatriote Danilo seul face au cadre (1-0, 16e). Six, un but sur son deuxième ballon et seulement 27 secondes après ses débuts sous le maillot juventini.


Avant ce coup de force de Danilo, un décor confortable avait pourtant été bien planté : Kalidou Koulibaly était là pour sortir la machine à tacles, Cristiano Ronaldo servir des chiches et Blaise Matuidi jouer le facteur X. Après ça, tout volera en éclats, notamment grâce au milieu français. Brouillant les lignes arrière des Partenopei, Blaisou glisse la gonfle à Gonzalo Huguaín, qui d’un dribble génial efface Koulibaly et expédie sa frappe dans la lucarne de Meret, fusillé pour la deuxième fois de la soirée (2-0, 19e). L’ex qui plante un couteau dans le dos (le sixième de sa carrière contre le Napoli), un classique qui marche à chaque fois lorsque la réalisation est si propre. Dans l’histoire, les Napolitains auront tout de même droit à un sursis, Sami Khedira butant successivement sur Meret puis la barre transversale. Le pressing haletant des Turinois laisse son dernier dauphin sans ressources, et une victoire face des Bianconeri se dessine alors.


Western spaghetti


Mais un bon film ne serait rien sans un revirement de situation. Carlo Ancelotti le sait et décide de modifier son casting dès l’entracte : Hirving Lozano et Mario Rui entrent en scène pour former un 4-4-2. Un coup tactique qui semble dans un premier temps vain, puisque Blaise Matuidi continue de pilonner le but napolitain et que l'inévitable CR7 pousse l'avantage à trois buts en reprenant un nouveau service de Douglas Costa (3-0, 62e). Et quand tout espoir de retour semble éteint, Kostas Manolas, docteur ès remontada, choisi d'entrer en scène en déviant le coup franc de Mario Rui (tiens, tiens) au fond des filets (3-1, 66e). Deux minutes plus tard, le miracle prend un peu plus de consistance, quand Hirving Lozano (tiens, tiens x2) met la Juve dans le doute (3-2, 68e). Voilà le premier Mexicain de l'histoire à marquer en Serie A qui relance le duel. Ça canarde dans tous les sens, et c'est du crâne que l'inattendu Di Lorenzo, profitant du marquage lâche de De Ligt, pense avoir scellé une masterpiece. Pour une équipe qui se remettait à peine d'une séance déjà folle à Florence la semaine passée (victoire 4-3) - et qui est donc ce soir meilleure attaque et pire défense d'Italie -, c'était sous-estimer la cruauté du football quand il est joué avec une telle intensité. Non, le championnat n'a pas livré son épilogue, mais le Napoli devra repasser pour goûter enfin à une happy end.



Juventus (4-3-3) : Szczęsny - De Sciglio (Danilo, 15e), Bonucci, De Ligt, Alex Sandro - Khedira (Can, 60e), Pjanić, Matuidi - Douglas Costa, Higuaín (Dybala, 75e), Ronaldo. Entraîneur : Maurizio Sarri.

Naples (4-2-3-1) : Meret - Di Lorenzo, Manolas, Koulibaly, Ghoulam (Mario Rui, 46e) - Allan (Elmas, 74e), Zieliński - Callejón, Fabián Ruiz, Insigne (Lozano, 46e) - Mertens. Entraîneur : Carlo Ancelotti.


  • Résultats et classement de Serie A

    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi

    Hier à 17:08 Euro 2020 : l’UEFA penaude après l’annulation de tickets déjà vendus 5
    Hier à 12:09 À Nantes, un club amateur pourrait disparaître à cause d’un complexe de rugby 21
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
    Hier à 10:05 Canto, Ronaldo 97, PSG... découvrez la nouvelle collection photos! 5