Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Coupe du monde 2022

« J'aimerais savoir ce que Jean-Michel Blanquer pense du Mondial au Qatar »

Dans 600 jours, le Qatar donnera le coup d'envoi de la prochaine Coupe du monde. La première édition à se tenir dans un pays du Moyen-Orient. Mais l'histoire n'oubliera pas les conditions dans lesquelles la compétition a été préparée. Alors que les critiques redoublent, l'idée du boycott a refait son apparition sous l'impulsion de la Norvège. En France, le député Régis Juanico et le maire de Bourg-en-Bresse Jean-François Debat avaient rédigé une tribune demandant un boycott en octobre 2019. L'appel n'avait pas vraiment été entendu, au grand dam de l'édile, qui le réitère.

Modififié
Jean-François Debat, pourquoi avoir lancé cet appel en 2019 ?
Parce que les conditions de préparation de la Coupe du monde au Qatar renforcent toutes les craintes que l’on pouvait avoir au moment où la décision a été prise. Tout le monde s’est demandé pourquoi on allait au Qatar, et plus les jours passent, plus on se demande effectivement pourquoi les équipes iraient jouer cette Coupe du monde. D’abord, je cite quand même les forts soupçons de corruption de la FIFA au moment où le Mondial a été attribué. Le moins que l’on puisse dire est que ça n’a pas été extrêmement transparent. Deuxièmement, cela fait des années, et ça s’accélère, que les ONG dénoncent les conditions d’esclavage des ouvriers qui travaillent à la construction de ces stades. Ce sont des dizaines de milliers de travailleurs venant de la Corne de l’Afrique, du Sahel ou de pays pauvres à proximité, comme le Bangladesh, qui travaillent douze heures par jour, sans protection effective, par une chaleur caniculaire. Ils sont à peine payés, les entreprises leur ont souvent retiré leur passeport pour qu’ils ne puissent pas rentrer chez eux. Nous sommes dans des conditions d’esclavage du XXIe siècle. Aujourd’hui, les évaluations parlent de plus de 6500 morts. Bien qu’hyper riche, le Qatar exploite ces travailleurs qui, pour partie, ne peuvent même pas quitter le pays alors qu’ils le souhaiteraient. Il y a aussi des raisons climatiques. Au moment où on signe les Accords de Paris et où on doit aller vers la sobriété énergétique, on va climatiser des stades ? Ces raisons suffisent amplement à se poser la question du boycott de cette compétition.

Jean-François Debat en pleine discussion tactique


« Considère-t-on réellement que ce qui est en train de se passer au Qatar est acceptable du point de vue des droits de l’Homme et des enjeux climatiques ? Je ne pense pas du tout. »

Vous aviez déclaré vouloir « susciter le débat » . Y-a-t-il eu des réactions ?
Pas à l’époque, ou quasiment pas. Didier Deschamps avait été interrogé et il avait répondu, ce que je comprends, que ce n’est pas une décision qui doit être prise à son niveau. Il a parfaitement raison, ce n’est pas aux sportifs de décider, même si certains d’entre eux peuvent se positionner. En revanche, le gouvernement s’est-il positionné ? A-t-il répondu ? Non. On entend aujourd’hui de nouvelles voix, et je m’en félicite. Franchement, la France s’honorerait à poser la question. La France s’honorerait à ce que ça devienne un débat. Je fais partie des gens qui aiment le sport. Ce n’est pas le principe des grands événements sportifs que nous pointons. Considère-t-on réellement que ce qui est en train de se passer au Qatar est acceptable du point de vue des droits de l’Homme et des enjeux climatiques ? Je ne pense pas du tout.

Pourquoi un tel silence sur le sujet en France ?
Probablement parce que personne n’a envie de poser la question. Mais ce n’est pas parce que les autorités de l’État n'ont pas envie de poser la question que la société n’a pas le droit de le faire.

Il y a un manque de courage politique et d’honnêteté vis-à-vis de nos valeurs ?
Il y a une grande gêne surtout. Ce que je vous dis, tout le monde le sait. Nos gouvernants le savent. Les footballeurs le savent. Les fédérations le savent. Et aujourd’hui, ce qui me révolte, c’est que tout le monde préfère fermer les yeux.

La France et le Qatar ont noué des relations importantes, à l'image du PSG et des contrats signés par Emmanuel Macron avec l’émirat en 2017. Cela joue ?
Poser la question, c’est déjà y répondre...



« Je refuse de pointer du doigt les sportifs, même si évidemment leur prise de parole serait importante, alors que la classe politique ne se saisit pas du sujet. »

Noël Le Graët s’est exprimé début mars en déclarant que le Qatar avait été désigné « depuis longtemps par des gens responsables » et que la France sera présente si elle se qualifie. Que pensez-vous de ce discours ?
Le président de la fédération tient le discours convenu, celui d’une fédération. Ce que j’aimerais bien, c’est que la ministre des Sports et Jean-Michel Blanquer nous disent ce qu’ils pensent de ce sujet. Noël Le Graët défend les intérêts de l’équipe de France et de la fédération. Je refuse de pointer du doigt les sportifs, même si évidemment leur prise de parole serait importante, alors que la classe politique ne se saisit pas du sujet. Pour moi, c’est une décision politique. Que pense Jean-Michel Blanquer de ce sujet ? Que pense-t-il des 6500 morts et des conditions de travail indignes pour construire ces stades dans lesquels nous allons jouer ? Que pense-t-il des stades climatisés ? Est-ce qu’on donne l’exemple sur les droits de l'Homme et sur les enjeux climatiques en acceptant une Coupe du monde dans ces conditions ?

Vous attendez que le gouvernement mette clairement le débat sur la table ?

Oui, il faut arrêter de se cacher. Pourquoi le gouvernement ne s’exprime-t-il jamais sur ce sujet ? J’aimerais savoir ce que pense Jean-Michel Blanquer.

J’imagine que si on lui pose la question, il dira que la priorité doit être donnée à la gestion de la crise sanitaire...
(Rires.) Oui, mais s’il répond cela, c’est botter en touche. La question des conditions de la construction de ces stades ne peut pas être balayée juste d’un revers de main au motif de la crise sanitaire actuelle.



« Ne pas se poser la question, c’est fermer les yeux devant quelque chose qui n’est pas acceptable. »

Vous aimeriez donc qu'il y ait un vrai débat comme en Norvège ?
Ce n’est pas la première fois que les pays scandinaves acceptent de regarder la vérité en face, alors que nos pays plus latins préfèrent éviter ce type de sujets. J’ai vu ce débat en Norvège, et je pense qu’il est sain. Je ne demande pas la pureté, on sait qu’il y a des relations diplomatiques avec des États et des dirigeants peu fréquentables. Mais pour autant, peut-on fermer les yeux sur tout ? Régis Juanico et moi-même sommes des fans de sport, nous aimons le football et nous acceptons aussi qu’il nécessite de l’argent. Ce n’est pas une position de gens qui seraient contre la présence d’argent dans le sport. Mais très franchement, ne pas se poser la question, c’est fermer les yeux devant quelque chose qui n’est pas acceptable. Si on ne le fait pas, cela signifie que jamais on ne se posera la question des conditions minimales à remplir pour aller décemment faire du sport dans un pays ou un autre.

En tant que fan de foot, vous regarderez cette Coupe du monde ?
Je n’ai pas envie. J’attends le championnat d’Europe avec intérêt, mais je ne peux pas dire que je me réjouis à la perspective d’assister dans un peu plus d’un an et demi à une Coupe du monde dans ces conditions.

Propos recueillis par Quentin Ballue
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 22:07 Revivez le quiz spécial « Classico PSG-OM » avec Édouard Cissé 1
Hier à 16:37 L'Italie pourrait autoriser le retour du public avant la fin de saison 9
Hier à 16:30 La Premier League va repousser la 37e journée pour accueillir plus de supporters 8 Hier à 16:12 Viens défier Édouard Cissé ce soir 20h sur un quiz spécial "PSG-OM" ! 4 Hier à 15:03 La FIFPRO et la PFA demandent la mise en place de changements temporaires pour le protocole commotion 11
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi