S’abonner au mag

Vincenzo Montella, fini de planer

Par
Vincenzo Montella, fini de planer

Fallait bien que ça arrive un jour, alors autant que ce soit hier : Vincenzo a dit basta. Fin de l'aventure pour l'ancien expert en haute voltige de la Sampdoria et de la Roma, auteur de buts aussi élégants que lui, talent gâché par les blessures et une pincée de pas de bol.

L’histoire de Vincezo commence chez lui, à Empoli, en Toscane et en Série C. Nous sommes en 1990. Dans le club où passeront plus tard Luca Toni, Zoumana Camara ou encore Sebastian Giovinco. Les matchs, les buts, les assiettes d’antipasti et 5 années passent, Vincezo rejoint le Genoa. Puis la Sampdoria, donc la série A, l’année suivante. Et là, Vincenzo commence à faire l’avion, pour célébrer ses buts, de plus en plus nombreux. 22 pour 28 matchs, le meilleur score jamais réalisé par un rookie. Belote et rebelote, Vince enchaîne, et fait l’avion à 20 reprises ; ça plane pour lui. Nous sommes en 1998, et il fallait bien que ça se complique un peu. L’aeroplanino se blesse, manque une grosse partie de la saison, revient, décolle 12 fois en 22 rencontres mais ne peut empêcher la Samp d’être reléguée.

Et voilà maintenant Vincenzo à l’AS Roma. Une bonne saison pour lui, 18 buts, moyenne pour le club, qui décide recruter un certain Gabriel Batistuta. Merde. Vincenzo se retrouve joker de luxe, plante tout de même 13 buts, dont un plein d’opportunisme lors du « match de la peur » contre Parme, qui permet à la Rome d’être sacrée championne d’Italie. Oui, pour la Roma, le match décisif pour le titre s’appelle « match de la peur » , question de standing.

Le 10 mars 2002, Vincenzo rentre à jamais dans l’histoire de la Roma, et dans le lard d’Alessandro Nesta : quadruplé face à la Lazio, soit la meilleure performance jamais réalisée lors d’un derby romain. 2002, définitivement une bonne année pour lui. Le 27 mars, il rentre à la 67è contre l’Angleterre, claque un doublé et permet aux siens de l’emporter 2-1 et de participer à la Coupe du Monde. Durant laquelle, lors du troisième match de poule, il permet à Del Piero, d’un centre aussi immédiat qu’inspiré, d’égaliser contre le Mexique. Vincenzo Montella, peut-être le meilleur joueur d’un tournoi qui n’a jamais existé pour son pays.

La suite de son histoire est une longue descente avant l’atterrissage, mais tout en douceur. Vincenzo fait de moins en moins souvent l’avion, en claque tout de même 24 en 2004/05, rentre en cours de match, se la coule douce sur le banc de la Roma, rentre de moins en moins. Alors, pour le style, en janvier 2007, il fait une petite escale, en prêt à Fulham. Malgré de bons débuts – un doublé célébré par une reprise de la chanson « volare » par les supporters anglais – Vincenzo souffre du jet lag, et préfère rentrer au pays. Et même aux sources, à la Samp pour la saison 2007/08. Les fans sont ravis de retrouver leur idole. Lui aussi. Premier match, reprise du droit, premier décollage ; Vincenzo semble reparti comme en 40. Passes déc’, jolis buts, grands sourires, coups de classe et coup du sort. Son genou le lâche en novembre, il ne revient qu’en avril, histoire de planter un but à la Vieille Dame. Puis, pour sa dernière saison, Vincenzo retourne à la Roma, accepte de voir son salaire autant réduit que son rôle, s’assoit au premier rang pour voir la Roma foutre son football en l’air et De Rossi mettre des taquets, vanne Jérémy Ménez à l’occasion, rentre en Champion’s histoire de transformer son tir au but contre Arsenal. Mais ne fera pas l’avion pour le célébrer.

Par

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine