S’abonner au mag

Ulrich n’en fout plus une Ramé

Par
Ulrich n’en fout plus une Ramé

Domenech a-t-il assassiné Bordeaux en faisant jouer Gourcuff 90 minutes contre l'Argentine ? Une manœuvre machiavélique pour favoriser Lyon et couler Bordeaux, vu que le meneur de jeu bordelais tire aujourd'hui la langue ? Oui-da. Mais la vérité est ailleurs... Ulrich Ramé, grand seigneur d'Aquitaine, n'est plus ce qu'il fût (de Bordeaux).

Le constat s’impose. Ulrich Ramé marque peu. Il devrait pourtant. Déjà à Toulouse, quand les Girondins étaient menés 2-0, et avant le 3ème but de Sissoko, il aurait pu monter sur corner et placer une tête sous la barre. Au Galatarikasaray, quand les Girondins ont pris le quatrième but de Sarioglu à la 88ème (3-4), il aurait dû monter sur corner pour placer une tête sous la barre. A St-Étienne, quand Cavenaghi a égalisé 1-1 à la 90ème, il aurait dû monter sur un dernier corner et placer une tête sous la barre (c’est vrai, quoi ! Qu’avait Nagui : Taratata ?). A Marseille, quand Bordeaux était mené 1-0 contre Chamakh, il aurait pu monter sur corner et placer une tête sous la barre. Contre Lille, alors que le score était de 2-2, il aurait pu monter sur corner pour placer une tête sous la barre. En Coupe de France, quand St-Étienne est venu gagner 1-0 et éliminer Bordeaux à Chaban-Delmas, il avait eu largement le temps de monter sur corner et placer une tête sous la barre. Conclusion : Bordeaux est nul sur les corners et accessoirement, Ramé n’aura jamais le soulier d’or du meilleur buteur européen.

C’est comme ça, on n’y peut rien. Ramé marque peu et surtout, il n’est plus décisif dans ses buts. Et c’est quand même ça qu’on demande d’abord à un gardien. Parce que la vérité cosmique est là : pas loin d’être le meilleur gardien de L1 la saison passée, c’est lui qui avait grandement contribué à financer le train de vie héroïque des Girondins, qui ont fini 2èmes du championnat. Et ça, on l’avait un peu oublié. Que ceux qui en doutent puissent visionner les arrêts-réflexes incroyables qu’il a dispensés tout au long de la saison, les duels victorieux et les prises de balles aériennes kamikazes qui rassurent une défense…

Et puis, il y a eu Chelsea, en premier match de Champions League, en septembre dernier. Un 4-0 sec. Quatre buts sur lesquels il n’était pas 100 % responsable mais qui attestaient que sans un grand gardien, Bordeaux aurait du mal à rééditer les performances de la saison d’avant. Ces quatre buts allaient un peu donner le ton de la saison à venir… Jusqu’à ces trois buts encaissés à Toulouse, samedi soir. Une frappe victorieuse (certes violente) de Sirieix sur le côté, mais pas totalement inaccessible. Un tir de Gignac de près pas inarrêtable et une petite louche de Sissoko sans main ferme : ça a fait 0-3.

OK, actuellement à Bordeaux, la défense prend l’eau, le milieu ne travaille pas assez, Bordeaux part trop à l’abordage en voulant envoyer du jeu, mais le constat est là : Ramé n’est plus décisif. On avait déjà vu ça, entre autres, à Monaco : un lob sur un coup franc de Pino le long de la touche a priori anodin, Bordeaux mené 3-0 l’emportera finalement 4-3. Et puis il y a eu Galatasaray (3-4) où Ramé n’a pas fait le match qu’il fallait : quatre buts encaissés avec sa responsabilité engagée sur presque tous. Dommage pour les attaquants qui avaient quand même réussi à planter trois fois en terre ultra hostile…

Bon, on arrête là. Ulrich a 36 ans. Et forcément, ça joue un peu. Ses blessures aux adducteurs l’an passé et cette saison sont devenues récurrentes (déjà plusieurs fois en 2008-09). Sa prolongation d’un an jusqu’en 2010 et signée récemment ne trompe plus personne : c’est plus pour services rendus à la Patrie que le staff des Marine & Lolo a généreusement accordé ce rab supplémentaire. Beau geste du club pour le presque “ex-grand” de la L1…

Allez ! Même si tout n’est pas encore fini, glissons un grand hommage à Ulrich, gardien parfois exceptionnel, arrivé du National (Angers) à Bordeaux en 97. Douze saisons en portier inamovible avec des périodes fastes qui le conduiront chez les Bleus (champion d’Europe 2000, quand même) où une concurrence plus balèze l’a logiquement barré (Barthez, Lama, Coupet). Champion de France 99 plus Coupe de la Ligue 2007, il aura eu sur le tard une belle carrière. Les supporters girondins l’adorent mais aspirent légitimement au renouveau…

Rappelons qu’en mai dernier, déjà, Landreau avait été fortement pressenti pour occuper les cages girondines. Cette saison, c’est Matthieu Valverde qui a assuré l’intérim quand Ulrich était indispo. Avec plus ou moins de bonheur (excellent à Cluj, correct sans plus pour le reste). Valverde n’a que 25 ans, ça pourrait le faire. Le 3ème gardien, Kevin Olimpa (20 ans, entré contre Auxerre), est encore un peu jeunot. C’est pour ça qu’on parle avec de plus en plus d’insistance de la venue de l’excellent Manceau Yoann Pelé au Haillan (ben, ouais : Bordeaux n’est plus que 5ème). Pelé aux Girondins, ça serait d’ailleurs une bonne nouvelle, vu que ça ferait deux “Yohann” à Bordeaux. Trois, en fait, avec Micoud. Comment ça : « Y joue plus ? »

Chérif Ghemmour

PS : Une petite pensée amicale de l’équipe de So Foot aux supporters du LOSC…

Par

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine