S’abonner au mag
  • Amateurs
  • Vrai Foot Day

Top 10 : Les clubs portugais de France

Par Steven Oliveira
Top 10 : Les clubs portugais de France

Présents en masse en France, les Portugais ne se sont pas priés de créer un peu partout sur le territoire des clubs communautaires. Dont deux (pour le moment) se sont inscrits au Vrai Foot Day. L’occasion de faire un petit tour des 10 meilleurs clubs portugais de France, en toute objectivité.

PORTUGAIS PLESSIS PLACY F.C.

Comment un village de Seine-et-Marne de 273 habitants au dernier recensement peut-il avoir une équipe de Portugais ? Pour comprendre ce phénomène, il faut remonter à la fin des années 70 lorsque les Portugais des alentours cherchent une ville pour accueillir leur club. Gagné, Plessis-Placy accepte et les futurs joueurs refont eux-mêmes le terrain avant de créer des vestiaire. Le succès sportif arrive puisque les Portugais Plessis Placy F.C. grimpent jusqu’en première division district en 1992. Des années plus tard, le club termine neuvième sur dix de sa poule de D3 et jouera donc en D4 la saison prochaine. La raison ? Le manque de relève d’après Joffrey Piquot : « C’est un village, c’est dur d’attirer du monde. Il y a un noyau dur de 15 à 20 joueurs mais on vieillit et footballistiquement on a du mal à suivre. Les joueurs qui viennent ne sont pas obligés d’être portugais mais c’est vrai qu’on tente de garder un esprit festif et convivial. » À l’image de cette fête de fin d’année où résonne des chants portugais. Chants qui pourront animer le derby de l’an prochain face au club de Franco Portugaise Meaux. « Même si chez eux l’identité portugaise se retrouve au niveau des dirigeants mais moins au niveau des joueurs » , replace Joffrey qui réfléchit déjà au projet du club pour le Vrai Foot Day.


A.S. PORTUGAIS NIORT

Non, les clubs de Portugais ne sont pas réservés à la région parisienne ou aux alentours de Pau. À Niort aussi un club de portugais a vu le jour. Et il n’a pas été créé pour faire de la figuration. Bien au contraire. Finalement promu en Régionale 2, l’A.S. Portugais Niort a vécu une saison bien difficile en se sauvant à la dernière journée grâce à une victoire à qui perd descend face à Thouars (1-0). Pour comprendre cette saison compliquée, il faut remonter à l’été 2018, période de départ pour plusieurs joueurs. Et notamment de la fratrie Alic : Maguiraga, Abou et Aghar. Difficile alors pour l’entraîneur Franck Herpin de réussir une bonne saison : « L’effectif a été bouleversé à soixante-dix pour cent, expliquait-il à La Nouvelle République. On a perdu beaucoup de joueurs, et non des moindres. Il a fallu compenser avec d’autres d’un niveau inférieur. De plus, comme nous sommes limités en quantité, et que nous avons déploré beaucoup de suspendus, souvent des joueurs cadres, tout est devenu très vite plus compliqué. » Alors même si les Niortais Portugais ont terminé à 25 points du leader et rival Niort St Florent UA, le maintien est dans la poche. Et c’est donc en Régionale 2 que l’A.S. Portugais Niort recevra son match du Vrai Foot Day. En revanche, ça ne se jouera pas dans leur enceinte de l’avenue de La Rochelle, puisque celle-ci va devenir la base du nouveau centre de formation des Chamois Niortais.


PORTUGAIS ULIS A.S.

Ce n’est un secret pour personne, les Portugais et l’Essonne partagent une belle histoire d’amour. Résultat, nombreux sont les clubs communautaires présents dans le 91. C’est notamment le cas des Portugais Ulis A.S. Mieux, le club de Thomas Capela et de Matias Ferreira présente la particularité d’avoir un grand nombre de ses joueurs dont la famille vient du même endroit au Portugal : la région de Viseu. Plus particulièrement les villes de Queiriga et de Fráguas. Et force est de constater que ce rapprochement fonctionne puisque les Portugais Ulis A.S. (R2) viennent de remporter la Coupe de l’Essonne chez les CDM (Championnat du Dimanche Matin) en s’imposant face à l’A.S Soisy sur Seine sur le score de 2-0. Grâce à une défense de fer articulée autour du numéro 4 Guillaume Da Silva et un doublé de Mickael Da Silva Costa. Solide.


U.S. Portugaise de Pau

Proche de la frontière espagnole, Pau est assez logiquement devenue une terre d’accueil pour les Portugais qui n’avaient pas envie de faire six heures de route en plus pour finir en région parisienne. C’est donc de manière aussi logique qu’un club communautaire est né : l’U.S. Portugaise de Pau. Un club que Edouard Figueiredo, surnommé « Guy Roux » , a coaché pendant 24 ans – en faisant passer le club du district à la R2 -, avant de quitter les lieux en 2016 pour aller entraîner le rival du FA Bourbaki. Laissant alors la place à son jeune padawan et ancien capitaine Jamel Belhoucine qui a permis au club de retrouver la R3. Au final, l’élève a dépassé le maître puisque l’U.S. Portugaise de Pau s’est offert le scalp du voisin du FA Bourbaki lors du match retour (2-1) de R3 avant de terminer trois places plus hautes au classement.


F.C. PORTO PORTUGAIS AMIENS

Pourquoi faire compliqué lorsque l’on peut faire simple ? Le F.C. Porto Portugais Amiens a clairement opté pour la seconde option au moment de créer le club en reprenant le logo, les maillots et même le nom du F.C. Porto. Sauf que lorsque l’original squatte les podiums de première division et enchaîne les saisons en Ligue des Champions, la copie, elle, termine cinquième de Régional 2 chez les séniors. Ce qui est déjà pas mal certes mais bien moins que la section féminine du club qui joue en Régional 1. Qui a dit que les Portugais n’étaient pas progressistes envers le droit des femmes ?


C.S. PORTUGAIS POITIERS

Si Charles Martel a réussi à repousser les Omeyyades lors de la fameuse bataille de Poitiers de 732, il n’a, en revanche, rien pu faire pour empêcher une partie de l’armée portugaise de s’installer aux portes du Futuroscope. Ni pour les empêcher de créer le club du C.S. Portugais Poitiers. En même temps, cela aurait été une grosse perte footballistique de se passer du sixième de la Poule C du dernier championnat de D4.


ASSOCIATION PORTUGAISE DE LA CROIX ROUGE (Chambéry)

Et non, cette association n’a pas été créée pour sauver des vies sur les montagnes de Chambéry, mais bien pour jouer au football. Enfin, c’est ce qui est dit sur leur site internet où l’on s’aperçoit que le club qui évolue en D3 dispute ses matchs en rouge. Logique. Et qu’il compte l’épicerie A Casa de Portugal parmi ses partenaires. Basique. Sinon, le nouveau président Christophe Da Costa a confirmé au Dauphiné Libéré que le but du club est aussi « de faire partager [ses] valeurs et racines portugaises ici à Chambéry » . D’où la future mise en place de cours de portugais. Pratique pour ne pas se faire comprendre des adversaires au moment d’annoncer la tactique sur coups de pieds arrêtés.


A.S. PORTUGAIS ST FRANCOIS THIONVILLE

D’après une récente étude de la STATEC (Institut national de la statistique et des études économiques du Grand-Duché de Luxembourg), les Portugais représentent 16% de la population du Luxembourg. Pas étonnant donc de voir le RM Hamm Benfica jouer en première division ou encore l’AS Luxembourg Porto disputer la troisième division. Pas étonnant non plus de voir qu’à Thionville, ville française à 20 kilomètres de la frontière luxembourgeoise, un club de portugais évolue en Régional 3 : l’A.S. Portugais St François Thionville. Probablement pour ceux qui ne peuvent pas se permettre de payer un loyer au Luxembourg.


LUSITANOS ST MAUR U.S.

De Lusitanos, l’US Créteil-Lusitanos n’en a que le nom, le président (Armand Lopes) et l’entraîneur (Carlos Secretário). Deux hommes qui sont passés par le voisin des Lusitanos St Maur U.S. avant que Armand Lopes ne quitte la présidence pour rejoindre l’US Créteil et y accoler le nom de Lusitanos en 2002. Mais le véritable club communautaire du coin est bien l’Union sportive Lusitanos Saint-Maur. Un club qui évolue aussi en National 2 et qui a terminé la saison à la seconde place, à dix points derrière….l’US Créteil-Lusitanos. Comment dit-on seum en portugais ?


Sporting Club de Paris

Quiconque a déjà vu des Portugais sur un terrain de football sait que ce qu’ils aiment le plus sont les petits ponts et les crochets. Pas étonnant donc de voir un club communautaire être créé en futsal : Sporting Club de Paris. Avec comme logo l’emblème du Sporting Portugal bien évidemment. Et il n’est pas là pour faire de la figuration puisque le club a remporté le championnat de France à quatre reprises (2011, 2012, 2013 et 2014). Siuuuuuuuuuu.

Par Steven Oliveira

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine