S’abonner au mag
  • Angleterre
  • Premier League
  • Manchester City

Quelle destination pour Mario Balotelli ?

Par Swann Borsellino
Quelle destination pour Mario Balotelli ?

Le match de trop. Incontrôlable ce week-end lors de la défaite de Manchester City sur la pelouse d’Arsenal (1-0), Mario Balotelli a certainement disputé sa dernière rencontre sous les couleurs de Manchester City. Puni par Roberto Mancini, Super Mario, qui ne jouera plus de la saison, voit plusieurs options s’offrir à lui.

Attention, ces scénarios sont fictifs et toute ressemblance avec des faits réels à venir serait purement fortuite.

Au Milan AC
Mars 2010 sur les ondes de Canale 5. Invité de marque de l’improbable émission italienne Striscia la notizia, Mario Balotelli, alors sous contrat avec l’Inter Milan, se pointe sur le plateau le torse bombé, vêtu d’un maillot du Milan AC. C’est la première « Balotellade » d’une longue série – toujours en cours – qui précipite un peu plus le divorce entre le joueur et les nerazzurri. Deux ans plus tard, chagriné par le triste épilogue de la romance entre l’attaquant italien et Manchester City, Silvio Berlusconi, un homme d’amour, décide de dégainer le chéquier après une vaine tentative de perversion des mœurs solides du cheikh Mansour. Nous sommes en juin 2012 et Silvio vient de réaliser la plus belle œuvre de son épatante carrière : réunir Mario Balotelli et Zlatan Ibrahimovic sous le même maillot. Privé d’Euro 2012, Super Mario troque le code de l’éthique de Cesare Prandelli contre celui de son président. Et en soirée bunga-bunga, Balotelli n’est plus un incompris, mais un véritable patron.

Au FC Barcelone

Mini-Mario n’a que quinze ans lorsqu’il découvre les vertes prairies de la Masia. Pris en test par le FC Barcelone, Balotelli, enfant précoce, cartonne. Huit buts en trois matchs, une domination sans partage sur le front de l’attaque, mais déjà, des problèmes. En l’occurrence, un agent un peu trop gourmand qui fait capoter l’arrivée du joueur de Lumezzane. A la recherche d’une pointe pour son attaque après que David Villa, toujours convalescent, a décidé de se lancer définitivement dans sa carrière de sosie de Jean-Pascal, Pep Guardiola, amoureux de l’Italie, décide de faire entrer le loup dans la bergerie. Etonnamment, la mayonnaise prend. Tout le monde comprend alors qu’un unijambiste en pointe du Barça mettrait 30 buts par saison. Mario lui, en met 45, dont un triplé en C1 face à Manchester City. Match lors duquel il révèle sous son maillot, un t-shirt « Por qué siempre yo ? » . Après quelques mois de joie, passés à fréquenter le meilleur joueur du monde, Mario pète son câble et la jambe de Messi avec. Fin de carrière pour celui que Mario juge comme « le seul qui lui est supérieur » . Le roi est mort, vive Mario.

A l’Inter Milan

Parce que vous croyez que Super Mario a débarqué en pleine conférence de presse d’Andrea Stramaccioni comme ça, vous ? Présent à Appiano Gentile à la fin du mois de mars pour saluer ses anciens partenaires, ainsi que le nouveau coach de l’Inter Milan, Mario Balotelli a le mal du pays. Conscient des difficultés actuelles de son ancien club, l’Italien, touché, prend rendez-vous avec Massimo Moratti. En désaccord sur le montant du salaire mensuel de l’ancien mancunien, le président nerazzurro et le joueur décident de jouer cela lors d’une partie de fléchettes. Battu à plate couture par son ainé, qui s’est révélé être un grand amateur des quelques pubs irlandais de Milan, Mario s’en sort finalement avec un SMIC. Après l’échec de ses négociations avec Chelsea, José Mourinho, vainqueur de la C1 avec le Real Madrid, décide finalement de revenir à l’Inter. Et ce que le Mou veut, le Mou a. Stramaccioni dégage et le Portugais fait enfin de Balotelli le joueur qu’il aurait du être. Un joueur aussi arrogant qu’intelligent.

Au Paris Saint-Germain

Higuain parti à la Juve, Cavani à Chelsea, Van Persie à Manchester City, Suarez en prison, le Paris Saint-Germain se retrouve sans grand attaquant à la veille de la clôture du mercato estival. Tevezifié du côté de Manchester City, Mario Balotelli, en soirée à Paris, sans Raffaella Fico, reçoit un coup de fil de Leonardo. 31 août 2012, Mario Balotelli est officiellement l’attaquant du club de la capitale. Le début de la fin. A Paris, Mario fait n’importe quoi mais est l’idole du Parc des Princes. Finalement recadré par Carlo Ancelotti, Super Mario devient un membre important de l’effectif parisien. Double buteur lors du classico qui permet aux Parisiens de remporter le titre et d’envoyer l’OM d’Umut Bulut en Ligue 2, l’Italien devient une star de la mode parisienne avec son t-shirt « pourquoi toujours moi ? » , en collaboration avec Lagerfeld. Après cette saison réussie, Mario stoppe le football et rejoint la Sexion d’Assaut. T’es bête ou quoi.

En hôpital psychiatrique

Suspendu par la FA suite à ses agressions multiples face à Arsenal, Mario Balotelli est vivement invité à consulter un psychiatre. Le verdict est sans appel, l’attaquant est complètement fou. Malade, Super Mario est interné dans un drôle d’asile façon Milos Forman, et se la joue Randle McMurphy dans « Vol au-dessus d’un nid de coucou ». Après des années d’entraînement, à couper les ponts avec le vil monde du football, il devient champion de fléchettes en 2023 avant de rejoindre les ordres. En 2045, Mario Balotelli, mieux connu sous le nom de Pie XV, devient le premier pape noir de l’histoire du Vatican.

A Hollywood

La MLS, très peu pour lui. A à peine 22 ans, Mario Balotelli a compris que le monde du football n’était pas fait pour lui. Accueilli à bras ouvert par le monde du cinéma, l’Italien ne tarde pas à faire son trou en Californie. Et si c’est pour son biopic que Hollywood Boulevard lui a offert une étoile, c’est bel et bien dans le remake de « Rush Hour », en compagnie de Yuto Nagatomo, qui apparaît comme le véritable tremplin de sa carrière outre-Atlantique. En contact permanents avec le producteur Aurélio De Laurentiis, il travaille, dès l’été 2014, sur sa version de « Taxi Driver ». Pendant ce temps, Robert Pirès découvre les plaisirs de Bollywood.

Par Swann Borsellino

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine