S’abonner au mag
  • C1
  • 8es
  • Barcelone-Lyon (5-1)

Lyon : pour 15 minutes de plaisir

Par Mathieu Rollinger, au Camp Nou
Lyon : pour 15 minutes de plaisir

Arrivés à Barcelone avec la certitude d'avoir un coup à jouer, les Lyonnais se sont vite fait rattraper par une réalité bien plus crue... avant de se rendre compte, le temps de quinze bonnes minutes, qu'il pouvait y avoir une petite place pour eux au paradis. Ce n'était malheureusement pas suffisant pour que Messi accepte de les laisser y entrer.

33 minutes se sont égrenées sur le tableau d’affichage, et Anthony Lopes écrase ses larmes dans son maillot. Il faut dire que cela fait alors 13 minutes qu’il cherche à retrouver ses esprits, après avoir été séché par Philippe Coutinho sur une sortie désespérée. À la suite du choc, le Lyonnais a passé cinq minutes allongé sur le tapis du Camp Nou, au pied d’une civière. Il s’est ensuite relevé, groggy, se dépatouillant comme il pouvait avec les passes en retrait de partenaires ne sachant comment faire pour aller de l’avant. Mais au moment d’enlacer Mathieu Gorgelin, son remplaçant, ce n’était finalement pas lui le plus sonné sur le terrain. Car le Portugais avait été jusque alors le seul à s’être montré à la hauteur de l’événement.

Virevoltant pour enlever une frappe brossée de Lionel Messi de la lucarne, bondissant dans les airs, vigilant sur les départs catalans dans la profondeur — comme lorsqu’il est allé chiper le ballon sous la semelle de l’Argentin —, le gardien était le seul garant d’un hypothétique espoir lyonnais. La Panenka pleine de sang-froid du prophète barcelonais et le pion de Coutinho, dans une cage évacuée pour tenter de colmater les errances de la défense, avaient alors réduit en miettes les gesticulations d’Antho. Non, ceux qui tanguaient le plus sévèrement dès la demi-heure de jeu étaient les dix bonhommes en orange qui étaient face à lui.

L’espoir avait du retard

Timorés, étouffés, bousculés, tétanisés… Quelle que soit la manière dont sera diagnostiqué leur état, les Lyonnais ont subi la loi des Blaugrana, ne sachant se mettre au diapason de leur dernier rempart. « On a été trop timides en début de match, avouait Lucas Tousart. Face à une équipe comme ça, il faut monopoliser le ballon. Au lieu de ça, on a couru derrière et on a été moins lucides. » Une mi-temps et un peu plus à filer les clés de leur destin aux Culés, et à les regarder jouer avec. « On n’a as su répondre à la pression du Barça » , soufflait Bruno Genesio. Memphis Depay invisible, Nabil Fekir pris en tenaille, Tanguy Ndombele solide, mais coupé de sa ligne d’attaque, c’est tout le système nerveux des Lyonnais qui a été bousillé par le Barça. Le genre d’attitude loin de coller aux promesses d’avant-match. Celles qui permettaient aux 5000 supporters présents de guetter la moindre étincelle.

Depuis les gradins, ceux-là ont soufflé sur les braises de leur feu-OL. Mais c’est quand la bourrasque Messi a été repoussée par Marçal sur sa ligne (48e) que les Gones se sont ravivés. Comme par magie, ou plutôt juste la réception tardive d’une rébellion exigée dans les vestiaires. « On est allés les chercher plus haut, on a pu poser notre jeu, analysait Genesio. En revenant à 2-1, on a senti qu’ils doutaient. » La banderille de Tousart, au pic du temps fort rhodanien, a enfin permis aux joueurs de l’OL de se rappeler pourquoi ils étaient là : pour faire frissonner ce peuple pour qui le terme d’épopée n’existe que dans les livres d’histoire. Et à un but du hold-up, Lyon s’est offert dix minutes de kif. Jouer tel un marionnettiste avec un bourreau devenu pantin, à le regarder se prendre les pieds dans la pelouse, à subir la bronca du public… Bref, le rôle qu’il s’était imaginé dès le début sans en avoir les ressources.

Le quart d’heure américain

Et finalement, c’est quand il a commencé à vraiment y croire que le FC Barcelone a coupé ça d’un grand coup de ciseaux. Ferland Mendy fauché et blessé, Genesio pensait avoir l’opportunité de jouer la carte offensive. Exit le bloc à cinq défenseurs, le coach lance Maxwel Cornet dans l’arène au bon souvenir de Manchester. Un pari qui se voulait audacieux, mais qui a, au lieu de ça, mis à terre le château de carte lyonnais. « Il ne restait qu’une quinzaine de minutes à jouer, se défendait Genesio, encore gêné. On savait que passer à 4 derrière, c’était permettre un allant offensif supplémentaire. Mais malheureusement, le troisième but du Barça a scellé notre sort. Ça nous a déséquilibrés et leur a redonné confiance. » Le reste ne sera que regrets, et difficile de capitaliser sur le seul exploit d’avoir fait douter le Barça un gros quart d’heure. Le FC Metz de 1984 reste donc le seul club français à avoir triomphé au Camp Nou, laissant ses compatriotes d’aujourd’hui quitter la tête basse la Ligue des champions.

Dans cet article :
Lyon-La Duchère rétrogradé en National 3
Dans cet article :

Par Mathieu Rollinger, au Camp Nou

Allez, débriefons ce Barça-Lyon...
Articles en tendances
00
Revivez France-Canada (0-0)
  • Amical
  • France-Canada
Revivez France-Canada (0-0)

Revivez France-Canada (0-0)

Revivez France-Canada (0-0)
Mohamed BOUHAFSI, journalist prior the French Cup match between Havre Athletic Club and Stade Malherbe Caen at Stade Oceane on January 7, 2024 in Le Havre, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Mohamed BOUHAFSI, journalist prior the French Cup match between Havre Athletic Club and Stade Malherbe Caen at Stade Oceane on January 7, 2024 in Le Havre, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • France
  • Médias
Mohamed Bouhafsi : « Sur le racisme, on est dans la politique du pas de vague »

Mohamed Bouhafsi : « Sur le racisme, on est dans la politique du pas de vague »

Mohamed Bouhafsi : « Sur le racisme, on est dans la politique du pas de vague »

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

C'est le moment de créer une équipe de So Foot Ligue pour tenter de gagner plein de cadeaux
C'est le moment de créer une équipe de So Foot Ligue pour tenter de gagner plein de cadeaux

C'est le moment de créer une équipe de So Foot Ligue pour tenter de gagner plein de cadeaux

C'est le moment de créer une équipe de So Foot Ligue pour tenter de gagner plein de cadeaux

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Lyon Duchère

Lucas Tousart

Logo de l'équipe Hertha BSC
20 May 2023, Berlin: Soccer: Bundesliga, Hertha BSC - VfL Bochum, Matchday 33, Olympiastadion, Hertha's Stevan Jovetic kneels on the pitch during the game. Photo: Soeren Stache/dpa - IMPORTANT NOTE: In accordance with the requirements of the DFL Deutsche Fu   - Photo by Icon sport
20 May 2023, Berlin: Soccer: Bundesliga, Hertha BSC - VfL Bochum, Matchday 33, Olympiastadion, Hertha's Stevan Jovetic kneels on the pitch during the game. Photo: Soeren Stache/dpa - IMPORTANT NOTE: In accordance with the requirements of the DFL Deutsche Fu - Photo by Icon sport
Hertha Berlin : De « Big City Club » à « Big City Circus »

Hertha Berlin : De « Big City Club » à « Big City Circus »

Hertha Berlin : De « Big City Club » à « Big City Circus »

Actus LDC