S’abonner au mag

Le Novo Brasil de Dunga

Par
Le Novo Brasil de Dunga

Depuis l'intronisation de Dunga au poste de chef d'orchestre de la sélection auriverde, le peuple brésilien assiste non sans une certaine délectation à un grand chambardement. Finis les esthètes, place aux guerriers amazoniens, tel pourrait être le dicton qui résume l'état d'esprit de l'ancien capitaine de la Seleçao... A grand renfort de sang, de sueur et de larmes, Dunga entend ressusciter la fierté du peuple brésilien.

Il s’est quasiment écoulé une année depuis la bérézina du Mondial 2006 et les chaussettes de Roberto Carlos. Un an que l’humiliation torture les âmes brésiliennes. Un an que les aficionados de ce onze génial, annoncé sans doute un peu vite comme le plus talentueux depuis plus de vingt ans, ruminent les prestations de ce Brésil versatile qui a trahi sa philosophie et ses principes élémentaires de jeu. Il s’est passé un an, mais au Brésil, c’est une éternité. A tel point que l’équipe qui affrontera ce soir l’Angleterre en match amical à Wembley n’a que peu à voir avec le Joga Bonito de 2006. Les mauvais coucheurs diraient même qu’il n’a rien à voir avec le Brésil tout court. Des chemises affreuses (dessinées par sa fille, apprenti-styliste) et une vilaine coupe à la brosse : Dunga, c’est Pedretti croisé avec Gattuso.

Depuis quelques mois, cette fâcheuse propension à la nonchalance, voire à l’arrogance, qui irritait tant les fans des Auriverde – les parties de jongle-samba dans le vestiaire, les supportrices qui viennent embrasser les joueurs entre deux reprises de vélo à l’entraînement, etc. – tend à disparaître au profit d’un culte de la gagne pas très do brasil. Le peuple brésilien a retrouvé un soupçon d’orgueil. Un homme est à l’origine de cette métamorphose. Il se nomme Dunga. On se souvient qu’il n’était en aucun cas le plus délicat des caresseurs de chique. Aboyeur sans égal, fier, valeureux, teigneux et tacticien hors pair, Dunga c’était un Allemand chez les Brésiliens. Pendant l’horrible Mondial 90, on racontait que les mères brésiliennes, affligées par le niveau de jeu de la Seleçao, menaçaient leurs enfants à l’heure du repas à coups de : « Mange ta soupe, ou je dis dans le quartier que tu es un ami de Dunga ! » Dunga le mal-aimé, « l’antijoueur brésilien par excellence. » , raillé, conspué sur le pré pour son austérité technique, tient aujourd’hui sa revanche. S’il n’est assurément pas l’homme des gestes, il est sans aucun conteste l’homme des mots. Homme lige par excellence, Dunga a toujours su canaliser les ego autour de lui et fédérer ses hommes. Le Brésil serait-il en train d’opérer doucement mais sûrement un grand tournant historique ?

Poussé par les circonstances à rajeunir son effectif (retraites de Cafu et Roberto Carlos, Adriano au fond du trou et Ronaldo blacklisté par le public malgré sa renaissance milanaise), Dunga est allé faire ses courses dans des pays où le Brésilien joue avec des moufles. En Allemagne (Gilberto, du Herta Berlin), Russie (Vagner Love, sorte d’attaquant flower power qui évolue dans la steppe moscovite et Elano, milieu de terrain du Shakhtar Donetsck) ou aux Pays-Bas (Afonso Alves, buteur prolifique d’Heerenveen, 34 buts au compteur cette saison, mais quasiment inconnu au bataillon). Reste la charnière centrale habituelle, celle qui fit un temps le bonheur du Bayer Leverkusen, Lucio-Juan (Lucio blessé, il est logiquement remplacé par Alex du PSV), Gilberto Silva au milieu, seul représentant de la Premiership en Seleçao, Robinho, l’ex-futur-ancien-prodige de la maison blanche madrilène devant, l’incandescent Daniel Alves (Séville) à droite, à la place de Cicinho, blessé pendant plus de six mois cette saison et enfin les deux stars de l’équipe Ronaldinho et Kaka, présents ce soir mais forfaits pour la Copa America. Une « démission » qui n’a pas franchement été du goût de Dunga. Qui n’a pour l’instant trouvé aucun Brésilien émigré en Sibérie ou en Pologne pour les remplacer.

BL.

Mapou Yanga-Mbiwa : « Dernièrement, on a planté des radis et des concombres »

Par

À lire aussi
Articles en tendances
Logo de l'équipe Bologna
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara
Foto Michele Nucci/LaPresse 21 Febbraio 2022, Bologna, Italia sport calcio Bologna f.c. Vs. Spezia calcio srl - Campionato di calcio Serie A TIM 2021/2022 - stadio Renato Dall'Ara Nella foto: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) Photo Michele Nucci/LaPresse February 21, 2022 Bologna, Italy sport soccer Bologna Vs. Spezia calcio srl - Italian Football Championship League A TIM 2021/2022 - Renato Dall'Ara stadium In the pic: Sinisa Mihajlovic (Bologna F.C.) - Photo by Icon sport
  • Italie
  • Bologna
Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès

Bologna a continué de verser le salaire de Mihajlović après son décès
10
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
  • Ligue 1
  • J22
  • Brest-OM
Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !

Revivez la victoire de Brest contre l'OM (1-0) !
Logo de l'équipe Nice
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
Referee Clement TURPIN , Morgan SANSON of Nice, Khephren THURAM of Nice and Gaetan LABORDE of Nice during the Ligue 1 Uber Eats match between Olympique Lyonnais and Olympique Gymnaste Club Nice at Groupama Stadium on February 16, 2024 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Lyon-Nice (1-0)
L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage

L’OGC Nice très remonté contre l’arbitrage
Logo de l'équipe Nantes
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
04 Nicolas PALLOIS (fcn) - 23 Randal KOLO MUANI (psg) during the Ligue 1 Uber Eats match between Football Club de Nantes and Paris Saint-Germain at Stade de la Beaujoire on February 17, 2024 in Nantes, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
  • Ligue 1
  • J22
  • Nantes-PSG (0-2)
Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Paris l’emporte aux forceps à Nantes

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine