S’abonner au mag

L1: Saint-Etienne, Verts de peur

Par
L1: Saint-Etienne, Verts de peur

La Panthère a bien fait de partir rugir dans la tanière du Lyon. Pendant que Bafé Gomis claque un doublé en Coupe d'Europe avec l'OL, son ancien club stéphanois est reparti comme en 14. Ou plutôt comme en 2008/2009 : des blessures à répétition, des défaites à gogo et un effectif étrangement amoindri. Les réceptions de Boulogne ce samedi puis de Grenoble la semaine prochaine s'annoncent déjà capitales pour Saint-Étienne.

Dans le Forez, le tube de l’été est une vieille rengaine, jouée maintes fois la saison dernière. Dès le premier match à domicile, les artistes stéphanois ont entonné à plein cœur l’entraînant refrain : « Direction, démission ! Direction, démission ! » . Pas sûr que celle-ci ait apprécié le chant de ses supporters. Pourquoi tant de haine chez les Magic Fans ou les Green Angels ? Deux matches, deux nettes défaites : 0-2 contre Nice et 3-1 contre la bande à Dédé à Toulouse.

Le public de Geoffroy-Guichard n’a pas oublié que les Verts avaient traîné comme un boulet leur départ catastrophique – trois misérables points au soir de la 5ème journée – toute la saison dernière. Aux médiocres résultats sportifs étaient venus s’ajouter le départ du mercenaire Feindouno vers le Qatar en septembre et le remplacement de Laurent Roussey par Alain Perrin en novembre. Et si Saint-Étienne redressait un peu la tête en Coupe de l’UEFA, il se faisait humilier en Championnat. Un suspense hitchcockien finalement favorable à Sainté, qui sauvait sa peau en L1 lors de l’ultime rencontre.

Des débris de verts

Les Verts s’étaient certainement vus trop beaux en 2008-2009, eux qui retrouvaient l’Europe vingt-six ans après l’avoir quittée. Apparemment, les erreurs du passé n’ont pas été retenues. En substance, le discours du staff durant toute cet intersaison ressemble à ça : « Finalement, on n’a rien à envier à des équipes comme Lille, Toulouse ou Rennes. L’objectif de cette nouvelle édition est d’accrocher une place européenne » . Difficile alors de croire qu’Alain Perrin a prolongé son contrat jusqu’en 2011…

Car les Verts ont une vieille malédiction qui leur colle au maillot. Peut être que c’est le père Aulas qui leur a jeté un sort… Les trois quarts de l’effectif sont passés par la case CHU, pour blessures musculaires, entorses et autres petits bobos. Avec des indisponibilités allant de quelques semaines à plusieurs mois. Un exemple : Loïc Perrin a été plus souvent à l’hosto que sur la pelouse. Et pour cette nouvelle saison, le staff continue de s’arracher les cheveux, tant pour le secteur défensif (Perrin, Dabo, Monsoreau, Benalouane) qu’offensif (Mirallas, Ilan).

Urgent : cherche attaquants

Pour l’instant les recrues n’ont pas, numériquement, remplacé les bannis (Matsui, Viviani, Dernis, Grax, Machado). Les Verts ont fait le pari de la jeunesse au milieu de terrain avec Sako et Gelson Fernandes. Planté a débarqué de Caen pour être la doublure du plus très bondissant Janot. N’Daw a lui été prêté par Nantes pour stabiliser l’arrière-garde stéphanoise. Pas une mince affaire quand on sait que les petits bonhommes en mousse de la défense avaient, l’an passé, pratiqué une opération « portes ouvertes » avec 56 buts encaissés.

Sainté s’est cette fois empressé d’accepter la proposition lyonnaise pour Bafé Gomis. 13 millions d’euros (plus 2 millions de bonus éventuels) ont rempli les caisses foréziennes. Mais les Verts mettent du temps pour recruter en attaque, même si Boubacar Sanogo, l’Ivoirien du Werder Brême, vient d’arriver. Perrin est donc obligé de bricoler : un gamin de 19 ans titularisé (Emmanuel Rivière) et des joueurs utilisés à contre-emploi (Payet en pointe, Hautcoeur en milieu offensif…).

Bref 2009/2010 ne s’annonce pas de tout repos pour les deux présidents Bernard Caïazzo et Roland Romeyer. Ils pourront toujours se bourrer la gueule au jus d’orange. Saint-Étienne a en effet changé de sponsor maillot : exit Konika, place aux jus de fruits Fruité. En espérant qu’ils soient bourrés de vitamines. Les Verts vont en avoir bien besoin.

Par

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine