1. //
  2. // 20e journée
  3. // Résumé

Troyes règne sur la Ligue 2

Troyes est plus que jamais leader de la Ligue 2. Faciles vainqueurs de Tours (0-2), les hommes de Jean-Marc Furlan possèdent six points d'avance sur leur dauphin, Dijon, défait à Laval (1-0). En bas de tableau, Arles-Avignon n'a rien pu faire face à Angers (1-3). Quant à Châteauroux, les hommes de la Berrichonne accrochent le match nul face à Créteil (2-2).

Modififié
6 0
À quelques jours des seizièmes de finale de la Coupe de France, la vingtième journée de Ligue 2 ne proposait aucune affiche. Avant les matchs entre Sochaux et l'AC Ajaccio, puis entre Nancy et Orléans, ce week-end, les huit confrontations de ce vendredi n'ont pas marqué les esprits. Stades vides, pelouses indignes, boulettes et Ketkeophomphone : bienvenue en Ligue 2.

  • Troyes plus que jamais leader, Brest rate le coche


    Troyes a conforté sa place de leader en l'emportant facilement (0-2) face à une équipe de Tours pourtant entreprenante. Les Tourangeaux ont donc laissé filer la première occasion qu'ils avaient de sortir de la zone de relégation depuis la huitième journée. Largement dominés en première mi-temps, les hommes de Jean-Marc Furlan ont tout de même marqué sur penalty juste avant la pause après une belle faute du gardien de 18 ans, Bingourou Kamara, sur Chaouki Ben Saada. Le même Ben Saada a ensuite doublé la mise après le repos, encore sur une erreur de la défense tourangelle. On n'est pas relégables pour rien. Dommage pour Bergougnoux et ses coéquipiers qui avaient à cœur de « faire plaisir au public » . Enfin au public… aux 4 000 personnes assises dans le stade de la vallée du Cher quoi.

    Sur le papier, ce Laval-Dijon était sans doute la plus belle affiche de ce vendredi soir en Ligue 2. Laval, septième, recevait donc Dijon, deuxième, dans un stade Francis-Le Basser presque pas vide. Les Bourguignons, pas franchement à l'aise à l'extérieur cette saison (trois victoires, trois matchs nuls et quatre défaites), ont fait le jeu en première mi-temps, motivés par la place de leader qui leur tendait les bras en cas de défaite de Troyes. Oui mais voilà, les hommes de Denis Zanko restaient sur quatre matchs sans défaite et ne comptaient pas s'arrêter là. Au retour des vestiaires, Wesley Saïd a profité d'une grosse bourde de la défense dijonnaise pour ouvrir la marque. En seconde période, les Bourguignons sont venus se casser les dents sur un véritable mur orange. Occasions en pagaille, frappe sur la barre… Quand ça veut pas, ça veut pas.

    Pour Brest, troisième, la réception des Chamois niortais, dix-septièmes, devait être une promenade de santé. D'autant qu'à Francis-Le Blé, les Brestois n'avaient jamais perdu cette saison (sept victoires et deux matchs nuls). Pas impressionnés par ces statistiques, les Niortais ont dominé la première demi-heure de ce match. Abdama Ba aurait même pu ouvrir le score, mais a préféré nous offrir un immanquable à mettre dans les zappings. Dommage pour celui qui revenait d'une suspension de trois matchs. À la mi-temps, Nicolas et Pimprenelle sont venus saupoudrer les vestiaires d'un petit somnifère dont eux seuls ont le secret. Bonne nuit les petits.

  • Arles-Avignon bon dernier, Créteil neutralise la Berrichonne


    Pas de miracle pour Arles-Avignon, qui en aurait bien besoin pour éviter la relégation en fin de saison. Bons derniers avec onze petits points, les hommes de Victor Zvunka restaient sur sept matchs sans victoire (dont six défaites, quand même). Au Parc des sports, Gaël Givet et ses copains ont pourtant largement dominé la première période face à une équipe d'Angers très frileuse. Seulement, pour gagner, il faut marquer. Et cette année, ça ne semble pas être le fort de Mamadou Niang, auteur de deux buts depuis son arrivée au club. Romain Thomas, lui, a marqué à la 56e minute pour Angers... Avant de marquer à nouveau pour Arles-Avignon d'une magnifique tête plongeante. Van Persie a du souci à se faire. Sans aucun doute le CSC du week-end. Heureusement pour Angers, le meilleur buteur de la Ligue 2, Kodjia, est venu planter un douzième pion en fin de match, imité par le Brésilien Pessalli dans le temps additionnel. Courage aux supporters d'Arles-Avignon, le plus gros de la saison est derrière vous.

    On a vu un beau duel de mal classés entre Châteauroux, dix-neuvième, et Créteil, seizième, au stade Gaston Petit. Roudet a lancé le multiplexe en ouvrant le score sur corner dès la deuxième minute avant que Ndoye ne lui réponde juste avant la pause. Après, tout le monde a bien cru que les joueurs n'avaient plus du tout envie de jouer au football, mais à un quart d'heure de la fin du match, Kamara a marqué pour Châteauroux avant que l'inarrêtable Frédéric Piquionne ne lui réponde à cinq minutes de la fin du match.

  • 5e match nul consécutif pour l'AJA, victoire du Gazélec et défaite du VAFC


    Avec un bilan mitigé à l'Abbé-Deschamps (trois victoires, trois nuls, trois défaites), les joueurs d'Auxerre se devaient de gagner face à Clermont. Après quatre matchs nuls de rang, l'AJA n'est pas parvenu à prendre le dessus sur les hommes de Corinne Diacre. Trop obnubilés par le maillot rose fluo dégueulasse de Clermont, les joueurs de Jean-Luc Vannuchi ont fini par craquer à la demi-heure de jeu. Adrien Hunou, prêté par le Stade rennais, a cru offrir la victoire à son équipe d'une jolie volée après un dégagement catastrophique de la défense auxerroise. Fair play, le gardien clermontois a décidé d'offrir l'égalisation à Viale juste avant le coup de sifflet final.

    Ce vendredi soir au stade Ange-Casanova, on a eu le droit au match qui faisait le plus mal aux yeux de la soirée, au sens propre comme au sens figuré. Le Gazélec et le Havre, qui avaient tous les deux décidé de jouer en bleu, ont offert aux spectateurs la vraie purge de la soirée. Comme un halo de lumière au bout d'un long tunnel d'ennui de 78 minutes, Tshibumbu a offert la victoire aux Corses.

    Enfin, jugés trop tendres sur le terrain par Bernard Casoni, les joueurs de Valenciennes n'ont pas failli à leur réputation sur la pelouse du Nîmes Olympiques. Les Crocodiles ont pu compter sur leur buteur, l'infatigable Toifilou Maoulida, pour ouvrir le score sur penalty à la 52e minute. Nouri est venu doubler la mise à dix minutes du coup de sifflet final. Histoire de faire gagner quatre places au classement à Nîmes. Côté valenciennois, Angelo Fulgini, le jeune espoir français, n'a pas pu porter ses dix coéquipiers. Le VAFC n'est plus qu'à quatre points de la zone de relégation.

    ⇒ Résultats et classement de L2

    Par Gabriel Cnudde
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Aucun commentaire sur cet article.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    Article suivant
    Nice l'emporte in extrémis
    6 0