Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour

Quelle place pour Mario Balotelli ?

Entre Dzeko, Tevez et Agüero, Mario Balotelli a du mal à trouver sa place en ce début de saison et ne se contente que de bouts de matchs. Voilà quelques suggestions pour aider Roberto Mancini.

Modififié
Seul sur le front de l’attaque

Mario est quelqu’un qui a besoin qu’on lui donne confiance. Que l’on fasse tourner l’équipe autour de lui. C’est ce qu’avait fait Cesare Prandelli lors de l’Euro 2012, et c’est d’ailleurs contre l’Allemagne, où il était positionné en terminal d’attaque avec Cassano en soutien, que Balotelli a rendu sa plus belle copie. Voilà donc une solution de choix pour Mancini : vendre Agüero 60 millions au Real Madrid, Dzeko 32 millions à la Juve, et Tevez 30 millions au PSG. Avec l’argent récolté, les Citizens pourront acheter des chaussures en or à Mario, et un super bonnet à crête de poule. Surtout, Balo pourra enfin être tranquille sur la pelouse, sans être emmerdé par le Kun ou l’Apache, des surnoms de toute façon trop ridicules pour évoluer à ses côtés. Résultat : Mario commence son festival contre Fulham, avec un doublé dont une talonnade en étant allongé par terre, puis le poursuit avec un triplé contre Sunderland, dont deux pénaltys tirés les yeux bandés. Des buts fêtés évidemment avec des positions incroyables, toujours torse nu. Conclusion : rien ne sert d’avoir plein d’attaquants, lorsque vous avez déjà Supermario.

En défense, à la place de Kompany

Mario a bien compris : il n’est plus le favori de Mancini en attaque. Les trois autres passeront toujours devant, et même lorsqu’il s’agira de les remplacer, l’entraîneur italien sortira toujours du chapeau une ruse pour ne pas titulariser l’attaquant italien. Du coup, l’ancien de l’Inter a pensé à une reconversion. Pourquoi pas ne pas redescendre de deux crans, et se placer au centre de la défense du champion d’Angleterre ? Marché conclu. Vincent Kompany, qui a joué pratiquement tous les matches la saison dernière, se prend un peu de repos, et laisse Mario prendre sa place en défense centrale. Alors oui, il y a aura peut-être un peu de boulot en plus pour Joe Hart. Car Balotelli est un esthète et s’il faut relancer le ballon après avoir fait une roulette sur un attaquant adverse, il relancera après avoir fait une roulette. Mais l’aventure en défense ne dure pas longtemps. Lors d’un match contre West Bromwich, Mario provoque un pénalty après avoir attrapé le ballon des deux mains dans sa surface. Au moment où l’attaquant adverse s’apprête à défier Joe Hart, Mario ne peut pas s’empêcher de se jeter sur le ballon et de claquer un panenka dans ses propres filets. Mancini le suspend 9 matches.


Sur le banc, comme animateur des remplaçants

Finalement, à quoi bon jouer ? Si Mario joue mais ne marque pas, il se fait démonter par la presse. A l’inverse, s’il reste sur le banc, la presse britannique critique Mancini de ne pas le faire jouer. Alors, Supermario prend une décision : il restera désormais sur le banc. Tout le temps. C’est sa place. Pratique : il sert d’animateur de colo pour tous les joueurs qui vont faire banquette pendant toute la saison : Kolo Touré, Guidetti, Nastasic et autres Barry. L’occasion d’organiser des jeux de cartes sur le banc, de faire des cache-cache dans les vestiaires ou encore d’essayer de corrompre Tevez pour qu’il refuse d’entrer en jeu. A l’instar de certains deuxièmes gardiens dans leur club, Mario devient le véritable douzième homme, celui qui crée le lien entre les joueurs sur la pelouse et le banc. Prochaine étape, la saison prochaine : devenir quatrième arbitre. Ou arbitre de surface. Comme ça, juste pour faire faire n’importe quoi à l’arbitre central.

A l’académie de fléchettes

A Manchester, Mario a développé une véritable passion pour les fléchettes. Les fameuses « darts  » , mises à l’honneur dans le chant consacré au buteur. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir Balo défier les adeptes des rades de Manchester aux fléchettes, et de payer sa tournée lorsqu’il perd. Et lorsqu’il ne peut pas les lancer sur une cible, il les balance depuis sa fenêtre sur les jeunes de Manchester City. L’idée est donc logique : plutôt que de se faire chier à lutter pour une place de titulaire, Mario s’inscrit au club de fléchettes de la ville. Déjà bien rôdé, il ne met guère longtemps à devenir l’un des éléments clefs de l’académie. Il participe aux championnats, ne montre jamais aucune émotion au moment de lancer, ce qui déstabilise pas mal ses adversaires. Après avoir gagné tous les titres possibles, Balotelli invente une nouvelle discipline : le lancer de fléchettes avec un bandeau sur les yeux, baptisé le Fléchetroulette. Une activité interrompue le jour où Mancini, venu assister à un tournoi d’exhibition, reçoit une fléchette dans la hanche. Pas fait exprès, promis.

A l’institut de tests de nouvelles boissons

C’était l’une des images improbables de l’Euro. Lors du match face à l’Angleterre, en quarts de finale, Mario est assis sur le banc de touche. On lui file une boisson énergisante, histoire de le requinquer. Oui, sauf que l’attaquant boit et recrache immédiatement. Une sacrée pub pour la boisson… Du coup, voilà qui donne des idées à l’IREB, l’institut de recherches scientifiques sur les boissons. Mario en devient l’égérie, et est appelé à tester tous les nouveaux produits. Boissons énergisantes, boissons gazeuses, bières, boissons alcoolisées, Mario teste absolument tout. Le verdict tombe à chaque fois. Si Mario avale, le prototype est validé. S’il recrache, le projet est jeté à la poubelle. Un jour, le joueur se clashe avec le PDG de Lipton, après avoir assuré que son nouveau thé à la pêche était « autant réussi que les implants de Rooney » . Salaud.


Dans l’avion pour Milan

A force d’être uniquement titularisé en League Cup (et de perdre, en plus), Balotelli commence à se demander si son cycle à Manchester City n’est pas déjà terminé. Il regarde autour de lui si des courtisans pointent le bout de leur nez. Il voit son ex, Massimo Moratti, et son amant secret, Adriano Galliani. Qu’à cela ne tienne, il saute dans le premier avion pour Milan, puisque son avenir, de toute façon, se passe là-bas. S’ensuivent des déplacements en avion qui rappellent clairement l’affaire Berbatov. Balotelli fait une première escale à Appiano Gentile, mais reçoit un coup de fil des Milanais qui lui promettent une surprise. Retour dans son jet, direction Milanello, où Berlusconi l’attend pour une visite du Milan Lab. Avec éventuellement des tests de boissons. Pas franchement convaincu, Balo retourne au centre d’entraînement de l’Inter. Mais Moratti n’a plus un rond. Blasé mais pas résigné, l’attaquant s’engage finalement avec Brescia, club de sa ville natale. Emballés, Roberto Baggio et Pep Guardiola en deviennent les deux entraîneurs. Il ne manque plus que Pirlo…

Au club de culturisme

L’image a fait le tour du monde. Mario Balotelli qui claque son deuxième but contre l’Allemagne, qui enlève son maillot bleu, et qui prend la pose en serrant les muscles et les pectoraux. Un geste parodié, détourné et même imité sur certaines pelouses de football. Mais là où Balo a fait des adeptes, c’est dans les clubs de culturisme. La « pose-Balotelli » est devenue une figure classique. A tel point que le joueur est invité à venir participer à une représentation. A cette occasion, il se dit que, ouais, le culturisme, c’est un truc qui le botte. Dès le lendemain, il se met à se gaver de glucides et se tape des milkshakes protéinés, dans le but de « permettre au corps de recevoir suffisamment d'énergie pour supporter les rigueurs de l'entraînement et pour favoriser le repos » . En 2014, pendant que la Squadra Azzurra se hisse en finale de la Coupe du Monde avec le trio Insigne-Immobile-Verratti, Balotelli remporte le sacre ultime de Mister Univers. On ne va pas se mentir, ce titre lui va si bien.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 42 minutes Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 2
il y a 2 heures Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 8 il y a 2 heures La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 46 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3