Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Coupe d'Ukraine
  4. // Dynamo Kiev/Shakhtar Donetsk

Quand Mbokani a été exclu « à vie » de la RDC

Arrogant, sûr de lui, Dieumerci Mbokani peut montrer certaines faces noires de sa personnalité. Et s'il ne jouera pas la finale de Coupe d'Ukraine ce soir avec le Dynamo Kiev, son exclusion « à vie » de l'équipe nationale congolaise en 2011 est un élément explicatif.

Modififié
Dieumerci Mbokani ne jouera pas la finale de la Coupe d'Ukraine. Ce jeudi soir, le choc Dynamo KievShakhtar Donetsk se jouera sans lui. Pourquoi ? Parce que début mai, le Congolais est parvenu à se friter avec son entraîneur, Serhij Rebrov. Parce que ce dernier en avait marre de voir la nonchalance de son attaquant aux entraînements. Parce que malgré son faible rendement - 3 buts en 13 matchs toutes compétitions confondues –, le Congolais se prenait pour Dieu et estimait qu'il devait toujours jouer. En deux mots : parce qu'il énerve beaucoup de gens en Ukraine. Malgré un talent indéniable, Mbokani s'est souvent fait remarquer par son caractère ingérable. Et s'il est resté « correct » en club, ça n'a pas toujours été le cas avec sa sélection.

21 buts à 19 ans


31 janvier 2015, aux alentours de 18h50, Dieumerci Mbokani affiche son plus grand sourire : c'est lui le héros national, lui qui vient de qualifier la République démocratique du Congo pour la demi-finale de la CAN 2015 en s'offrant un doublé contre le… Congo (2-4). Alors que son pays était mené 2-0, il sonne la révolte avant, dans les arrêts de jeu, d'assurer la victoire et la première présence des Congolais dans le dernier carré du tournoi depuis 1974. Et pourtant, l'ancien Monégasque n'aurait jamais dû se retrouver là, acclamé comme un héros.

Repéré à 19 ans par Claude Leroy alors qu'il enquille les buts – 21 en 27 matchs - sous les couleurs de New Bel'Or SC (D2), Mbokani honore sa première sélection nationale en 2004. S'il n'est pas sélectionné pour la CAN 2006, il devient de plus en plus indiscutable dans une sélection qui ne parvient néanmoins pas à se montrer efficace sur la scène internationale, étant éliminée dès le premier tour de la CAN 2008 tout en loupant chaque qualification pour la Coupe du monde. Mbokani reste longtemps une des stars de l'équipe jusqu'à ce que le Français Robert Nouzaret prenne les commandes des Léopards, en 2010. Pour dénoncer le manque d'organisation de sa sélection, Mbokani refuse tout d'abord une convocation face à l'Égypte en août. Un mois plus tard, il revient contre le Sénégal avant d'être de nouveau écarté en octobre pour des raisons disciplinaires. Alors qu'il est en pleine galère du côté de Monaco, Dieumerci annonce qu'il ne fera son retour en sélection que lorsque Nouzaret sera parti. Mais, sentant qu'il a fait une erreur, le joueur s'excuse et est rappelé en mars 2011 pour une rencontre qualificative pour la CAN 2012 contre l'île Maurice. Et là, la folie va prendre le dessus.

La rébellion sous Nouzaret


Probablement certain d'être accueilli en véritable sauveur par le peuple, ses coéquipiers et son entraîneur, Mbokani ne se fait sûrement pas de bile quant à sa titularisation contre les pauvres Mauriciens qui ne prendront pas un seul point au final. Alors quand Robert Nouzaret annonce qu'il prendra place sur le banc et sera remplacé sur le terrain par Lomana LuaLua (Omonia Nicosie) et Yves Diba Ilunga (Najran), le sang du Monégasque ne fait qu'un tour. Frustré, humilié, Mbokani simule une blessure pour pouvoir déguerpir sans devoir se taper cette rencontre à partir du banc. Alerté, Nouzaret renvoie donc son attaquant qui pète littéralement un câble. Il enlève son maillot, le jette au sol et quitte le terrain du centre d'entraînement.


La sentence tombe quelques jours plus tard : Nouzaret ne voudra pas de Dieumerci Mbokani dans son équipe tant qu'il sera sélectionneur de la RDC. Pire : certains médias annoncent même le renvoi à vie de Mbokani de sa sélection sur ordre de la Fédération. Deux mois plus tard, il se confie au groupe de presse belge Sud Presse. « J'ai eu des problèmes avec le coach, pas la Fédération. Il a dit que j'avais jeté le maillot de l'équipe nationale à terre, mais c'est faux. Il a menti ! (…) J'adore mon pays. (...) Ce coach est spécial, il arrive au terrain avec des slaches (belgicisme signifiant des sandales un peu pourlingues, ndlr) et c'est l'entraîneur des gardiens qui fait la séance. Moi, j'ai envie de bosser avec des pros. Si un nouveau sélectionneur arrive et qu'il veut me sélectionner, je dirai direct oui ! »

Retour en grâce avant la retombée


Peut-être entendu par les cieux, Mbokani voit Nouzaret dégager quelque temps plus tard, lui qui démissionne à quatre jours d'un match crucial face au Sénégal parce qu'il n'a pas « les meilleures conditions de travail » comme il l'expliquera à Okapi, la radio sénégalaise. Quoi qu'il en soit, la chance continue de sourire à Dieumerci qui voit son mentor Claude Leroy revenir à la tête des Léopards et le rappeler presque immédiatement en sélection. Cela n'empêchera pas Mbokani de faire la forte tête et de refuser pendant quelques mois de porter la tunique nationale – invoquant des problèmes relationnels avec… la Fédération - avant de faire son retour en grande pompe. Mais le caractère de (l'ex ?) attaquant de Kiev n'a absolument pas changé : ses suspensions à Anderlecht pour mauvais gestes et insultes à l'arbitre auraient dû alerter les dirigeants ukrainiens avant d'engager Mbokani qui, après une première saison plutôt réussie, est retombé dans les méandres de sa personnalité. Tout profit pour Artem Kravets, 15 fois buteur cette saison et probablement un des plus grands dangers pour le Shakhtar ce jeudi soir…

Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25