1. //
  2. // 1/2 finale aller
  3. // R.Madrid/Bayern Munich (1-0)

Petit avantage pour un grand Real

Bien en place en première mi-temps, le Real a surpris par son aisance face à la mécanique huilée du Bayern en seconde. Grâce à l'unique but de Benzema, les Merengues s'avancent confiants pour le retour à Munich. Sans pour autant avoir fait une différence irrévocable.

Modififié
9 204

R. Madrid - B. Munich
(1-0)
K. Benzema (18') pour Real Madrid


Le temps d'une nuit, les eurosceptiques madrilènes ne sont plus. Étouffés par l'austérité de Merkel, emmerdés par la politique de la BCE de Francfort, les hommes de la capitale espagnole ont bouffé du Bavarois. Sur la plus petite des marges, certes, mais pour un avantage qui vaut toutes les rancœurs nationales. D'abord attentif et réaliste en première mi-temps, le Real Madrid s'est même montré maître du jeu après le pause. En soi, une victoire de l'adaptation d'Ancelotti sur la pensée unique de Guardiola. Surtout, c'est le football qui sort grandi de cette demie suite à la purge qui s'est déroulée il y a de ça 24 heures à quelques kilomètres du Bernabéu. Sans temps mort, sans mauvais geste, mais avec de la tension, de l'intensité et de la qualité technique, ce premier acte promet un retour bouillant à Munich.

Coentrão s'amuse de Rafinha

Le Santiago-Bernabéu ne vit et respire que pour elles. Ces Grandes Oreilles, posées sur son trône, squattent la pelouse de leur antre depuis la fin d'après-midi. De fait, l'ancien Chamartin se bonde avant même la fin des échauffements. Une exception qui rappelle que le cœur merengue ne bat que pour la Ligue des champions. Les socios merengues troquent leur habituelle passivité par une hargne qui les transcende. Les yeux rouges, la bave (presque) aux lèvres, ils transpirent à grosses gouttes et meuglent à s'en déchirer la gorge. À 20h45, Howard Webb met fin à cette attente insupportable et envoie 22 étalons chevaucher une pelouse fraîchement arrosée. Sans surprise, la bande à Guardiola confisque le ballon. Redoublements de passes, transversales millimétrées et autres jeux en triangle n'offrent que de simples corners. Sur le quatrième, le Real envoie son premier contre supersonique. Ronaldo trouve Coentrão dans le dos d'un Rafinha à la ramasse. Le Portugais, percutant offensivement et solide face au remuant Robben, centre au cordeau pour Benzema. Un plat du pied sécurité plus tard, le Real prend les commandes, émeut son Bernabéu et conforte les plans de son entraîneur. Compacts en défense, les Merengues bloquent toutes les velléités bavaroises. Les combinaisons entre Ribéry et Alaba créent des décalages, mais le grand Mandžukić ne se sort de la tenaille Pepe-Ramos. Sur deux contres, Ronaldo (26e) et Di María (41e) vendangent les caviars de Di María et Isco. Le Santiago restant le Bernabéu, injures, sifflets et quolibets descendent de ses tribunes. L'exigence jusqu'au bout.

San Iker, sans trembler

Bien dans sa demie, le Real ne se limite pas à faire déjouer le Bayern. Pendant que Pep s'excite sur son banc, Pepe aimante tout derrière. Mieux, il réussit ses relances et s'offre une ovation méritée du Bernabéu. À l'heure de jeu, la physionomie prend une autre tournure. Modrić et Xabi Alonso touchent plus de ballons et la possession s'équilibre. Ronaldo, déjà en action dès la reprise (47e), oblige une nouvelle fois Neuer à la parade (68e). Sa dernière tentative avant une sortie précipitée. À court de forme, le Portugais ouvre le bal des remplacements. Alors que Bale prend sa place, des «  Pepe, Pepe » descendent des gradins. Touchée, la bête lusitanienne est obligée de céder sa place à Varane. Mais ces hommes frais ne vont rien changer. Le Real à la baguette bouge toujours autant le Bayern et verrait d'un bon œil un deuxième but. Ses aficionados, eux, quittent leurs strapontins et restent debout, gorges déployées, jusqu'au coup de sifflet final. Les derniers assauts sont pourtant allemands. Müller, sur une frappe contrée, puis Götze, en plein de cœur de la surface, s'y mettent. San Iker veille au grain et offre à sa cathédrale le droit de rêver. D'aller au paradis ?

Par Robin Delorme, au Santiago Bernabéu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Govou for President Niveau : District
WengWeng c'est bien tu es preum's !
Luis75
Quelqu'un peut vraiment honnêtement me dire qu'il préfère le Bayern de Guardiola à celui de Heynckes?

Je vais peut être me faire haïr mais je n'aime pas le style de Pep. Même pas capable de jouer les contres à fond, toujours du jeu placé.. Pour moi ça manque de cou*lles tout ça. Après je comprend que l'on aime pas de soucis il en faut pour tout les goûts.

Benzema est en grande forme ça sent bon.
Gareth Root Bale Niveau : Loisir
Mieux qu'hier, mais c'est pas encore ça au niveau du spectacle attendu d'une demie de Champion's ...

Les grands joueurs c'est aussi une question d'image, pas que de grands matchs :

http://izismile.com/op.php?url=http://i … stid=84342
motherfucker Niveau : CFA
Note : 5
bah ouais mais bon à tortiller du fion pendant mille ans pour approcher de la surface, on repart avec un but en contre.
RadamelFalcao Niveau : Loisir
L'affrontement de deux philosophies de jeu.

Celle de Carlo Ancelotti en est sortit grande gagnante.


Ce match calmera peut etre tous ceux qui nous bassinent avec les chiffres de possession du ballon ou du nombre de passes. On est dans une période où l'on veut nous faire gober que les chiffres de possessions défininissent les grandes équipes et que si on adopte un autre style de jeu c'est forcément qu'on est naze ou qu'on ne respecte pas le football ou tout ce genre de conneries

Pourtant les chiffres de la MT prouvent l'inverse de la realité du terrain :

Possession à la mt : 78/22 en faveur du Bayern, 400 passes à 100. La realité du terrain, c'est que le Real a dominé, a eu les meilleures occasions, et avec + d'efficacité pour Ronaldo ou Di Maria, ça faisait au moins 2-0 à la pause.

De l'autre coté, ça touche le ballon, ça fait tourner le ballon, mais ça ne tire au final que 3 fois de + que le Real en 1ere mt ( alors qu'ils ont fait 300 passes de + !!! ) . Casillas a eu juste 1 arrêt à faire dans ce match

Le Real a fait, avec 300 passes de moins, tout ce que n'a pas su faire le Bayern. Avec moins de 35% du temps le ballon, ils ont + mis en danger le Bayern que l'inverse. Bizarre, on nous dit pourtant que les équipes qui tiennent autant le ballon ne sont pas en danger...

Et dire qu'il manquait Gareth Bale en +.


Bref, tactiquement, Ancelotti a été génial, même si c'est sur qu'avec les fusées qu'il a en attaque, ça aide aussi.

Et puis, Modric est un vrai petit génie. Le Real, comme d’autres équipes, a montré qu’on peut très bien défendre sans avoir un gros bourrin sans technique au milieu qui court partout et qui sait pas relancer correctement un ballon. L’intelligence de placement d’un Modric et d’un Xabi Alonso suffisent, en + de leurs qualités de relance exceptionnelles. Les entraineurs français feraient bien d'en prendre de la graine

Quand je pense que la presse française a dezingué Ancelotti et encense Laurent Blanc... on a le football qu'on mérite
floyd pink Niveau : CFA
Guardiola Bashing TOP c'est parti !
JaphetN'Doram Niveau : CFA
Après les quarts de finale sur Pat' Evra, j'espérais assister à un p'tit coup de pression et un coup du pectoral gauche de Francky sur Karim...

Rien, suis déçu
#HalaMadrid
Allez bonne nuit (LE SMILE !!!!!!!)

Que n'ai je pas lu depuis ce matin !!!
Note : 5
Oh la la quelle orgie footbalistique ce soir, j'ai pris mon pied, c'était bien mieux qu'hier....

Bof pas vraiment en fait.

(Sacré parade d'Iker malgré tout)
Opposition de styles certes, mais quitte à faire le rageux, autant le Bayern de Jupp était magnifique que celui de Guardiola est immonde. Le mec n'est pas bête et au bout d'un moment décidé quand même d'abandonner ses idées pour enfin se créer des occaz... Premier arrêt de saint Iker sur la frappe de Gotze après plus de 80 minutes! Si un jour je pars à la guerre je pars avec Pepe! Modric pfiouuuu, coeur avec les doigts et comme dirait l'autre je "surlike". Vivement le retour, 1-0 ça reste ouvert...
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
1-0 c'est gentil, si Ronaldo et Di Maria avaient pas tiré au pigeon sur leurs occasions qui avaient le poids d'un but, et Müller m'a bien fait rire quand il a magnifique foiré sa reprise à faire un immense scandale, j'avais l'impression de revoir Vidal, par contre Modric est un magicien, cette classe qu'il dégage à chaque passe c'est impressionnant.
floyd pink Niveau : CFA
Margotton : "Boateng est loin d'être le defenseur le plus lent de l'histoire"
Je pense que c'etait quand même le joueur le plus lent sur la pelouse ce soir hein Greg...
motherfucker Niveau : CFA
Note : 2
et sinon benzema est tellement bon en ce moment que je commence à avoir l'angoisse qu'il se pète avant la cdm

là ça serait vraiment con
MODRIC MODRIC MODRIC MODRIC MODRIC

Tout ce que j'ai à dire
Note : 14
Ah donc jouer en contre quant on s'appel le Real c'est SUPERBE ??
JaphetN'Doram Niveau : CFA
Radamel, t'es ridicule avec tes fichiers Word préparé pendant le match

Postule à SoFoot, ou à Footmercato
Isco m'impressionne vraiment ! Pour ceux qui le connaissaient à malaga et Valence , il avait l'habitude de jouer aussi bas ? enfin d'occuper un rôle de relayeur ? Il me fait penser à Seedorf !
Quel match de porc de modric ! Il arrive encore à m'impressionner. Ce mec ne perd jamais le ballon, hallucinant.
Quel match de porc de modric ! Il arrive encore à m'impressionner. Ce mec ne perd jamais le ballon, hallucinant.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
9 204