1. //
  2. // Demies
  3. // Real/City

Pellegrini : « Le Real Madrid est un club politique »

Modififié
6 7
Manuel Pellegrini ne gardera pas un souvenir impérissable de son passage au Real.

L'entraîneur de Manchester City et ancien entraîneur du Real Madrid en 2009-2010, a accordé un entretien à El Mundo et est revenu sur son année passée à la Casa Blanca.

« Quand vous êtes au Real, il faut accepter que ce n'est pas un club seulement sportif, mais surtout politique. Vous devez accepter que des personnes interviennent dans votre boulot. Des personnes qui, selon moi, n'ont pas les connaissances suffisantes au niveau sportif pour le faire. Mais si vous vous laissez influencer par ces personnes ou par des critiques politiques, pour moi, vous n'êtes pas prêt à entraîner le Real. »

Et toi Manuel, tu étais prêt? LU
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

il a raison...c'est meme inquietant
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : CFA2
C'est surtout de bonne guerre juste avant le match retour, hop un petit scud ni vu ni connu, si ça peut bouffer du temps et de l'énergie au Real c'est tout bonus
JalovesbigTits Niveau : Ballon d'or
C'est pour cette raison que ce club, avec ses moyens illimités, ne gagne pas plus de titres qu'il le devrait!
 //  16:44  //  Fidèle de Laval
C'est ce qui fait qu'on a à la tête de ces empires, des managers plutôt que des entraîneurs. Le poste a tellement évolué ces dernières années.
Les mecs aux manettes ne gèrent pas des joueurs mais des actifs. On leur demande de boursicoter sur la valeur marchande, qui tient bien plus à un blase qu'à une rendement pérenne d'ailleurs.
Le football est mort, vive le football.
Note : 1
C'est à ça qu'il faut mesurer la dimension d'Ancelotti, qui dans tous ces environnements, s'en sort de façon remarquable. Mais bon, Pierre Menés a dit que Blanc était meilleur.
Ce tacle subtil est destiné à Florentino Pigeon je crois :)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Quand Terry parle d'Henry
6 7