1. //
  2. // CAN 2015
  3. // Gr. D
  4. //
  5. // Cameroun/Guinée (1-1)

La Guinée coince le Cameroun

Une première mi-temps champagne, une seconde plus terne et un résultat final attendu : 1-1. Pour la quatrième fois en autant de matchs, le groupe D de cette CAN nous a offert le même résultat. Et il y aura donc deux finales et peut-être une séance de pile ou face mercredi soir. Ça promet !

Modififié
8 4
Cameroun/Guinée : 1-1
Buts : Moukandjo (13e) pour les Lions indomptables ; Traoré (42e) pour les Guinéens

On ne joue que depuis treize petites minutes de jeu, et Benjamin Moukandjo n'a dû toucher le cuir qu'à quatre ou cinq reprises. Jusqu'ici, l'homme le plus en vue a plutôt été Florentin Pogba, pour ses maladresses défensives, ou Henri Bedimo, pour son allant offensif. Ce qui est certain, c'est que le Cameroun fait déjà plus rêver que la Guinée et que le corner de Benjamin Moukandjo s'apprête à se transformer en un gros moment frisson. Placé au premier poteau pour défendre la cage guinéenne, Ibrahima Conte a lui décidé de n'écouter que son courage pour sortir derrière Salli parti quémander le cuir. Une belle initiative néanmoins dénuée de tout sens tactique. Aux premières loges, Moukandjo assiste à l'exode et décide de punir le fautif. Son envoi est précis et finit au fond des filets guinéens. Le dernier rempart du Syli National est loin d'être irréprochable, mais l'essentiel est ailleurs. Le but de Moukandjo, c'est la récompense d'un style de jeu. Un style qui ne rapporte pas encore beaucoup de points au Cameroun total de Volker Finke, mais qui a eu moins le mérite de faire vibrer. Pendant 60 minutes au moins.

Youtube

Une histoire de préceptes


Stéphane M'Bia, Kevin Constant, Vincent Aboubakar, Pogba Junior, Nicolas Nkoulou et même l'immense Ibrahima Conte. Les étoiles du football européen s'étaient donné rendez-vous à Malabo pour ce dernier match du deuxième round de cette phase de poules. Avec pour seule consigne d'ambiancer quelque peu une CAN qui vit plus difficilement que jamais la comparaison avec un petit frère asiatique de plus en plus turbulent. La parole était donc donnée au football total. Le vrai, celui qui va vite et abuse de longs ballons. Celui qui fait l'apologie des défenses en bois, des contre favorables, des contacts virils et des frappes à l'instinct. Un football plus proche des préceptes germaniques chers à Volker Finke qu'aux prescriptions incitant d'abord à la prudence de Michel Dussuyer. Très vite, le Camerounais Henri Bedimo décide d'adhérer aux volontés de son coach et sert idéalement Vincent Aboubakar. La frappe de l'ancien Lorientais est placée, mais détournée par Yattara. Deux minutes plus tard, Florentin Pogba tente le une-deux avec son propre gardien. La maladresse est réelle, mais ne profite pas encore aux Lions indomptables. Il faudra en fait attendre le coup de génie de Benjamin Moukandjo sur corner pour faire comprendre aux Guinéens l'importance d'une arrière-garde rassurante quand on cherche d'abord à défendre.

Une histoire de conviction (ou pas)


Abandonnée par sa ligne arrière et son gardien, la Guinée n'a plus d'autre choix que de se mettre à jouer au ballon. Quitte à prendre le risque de sortir. Le point positif, c'est qu'il lui reste encore 75 minutes pour appréhender ce nouveau style de jeu et que Michel Dussuyer a dans ses rangs quelques bons manieurs de ballons : Ibrahima Traoré et Richard Soumah sur les côtés et Ibrahima Conte au milieu. Le trio s'anime, le Cameroun recule et, malgré une ou deux interventions potables, Fabrice Ondoa parvient à mettre à mal son statut de cinquième gardien du Barça. Pas plus rassurant que son opposant du camp d'en face, Ondoa est en fait le premier élément du système Finke à perdre pied. Bien aidé par un Ibrahima Traoré en feu, la Guinée parvient même à égaliser d'une frappe bondissante que ne peut capter Ondoa. Un but, puis le repli. Encore. Trop content d'être parvenu à égaliser, Michel Dussuyer ordonne de revenir à ses premiers amours : une défense en zone, et si possible le plus bas possible. L'idée se défend, mais fait le jeu du Cameroun qui s'éclate en attaque. Parce que Volker Finke, lui, ne change pas d'avis. Le problème, c'est qu'avec Vincent Aboubakar devant, le Cameroun manque encore d'un buteur. Et qu'à force de foncer tête baissée, le Cameroun s'épuise. Sans idée, mais surtout complètement vidés, les Lions indomptables de Fink finissent sur les rotules. À deux doigts de craquer en toute fin de match, le Cameroun a ce soir encore son destin en main, mais devra réfléchir à deux fois sur la stratégie à adopter contre la Côte d'Ivoire.


Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

CoreeDu_Nord Niveau : Loisir
La Guinée est l'équipe qui m'a le plus enthousiasmé depuis le début de cette CAN. Sans stars, avec un gardien pas très serein, ça reste très solide ( gros coup dur d'ailleurs la blessure de Pogba ) des joueurs solidaires et surtout, de vrais bons talents sur les cotés avec Conte, le petit qui fait 1m61 dont j'ai oublié le nom, et surtout Ibrahima Traoré, surement le meilleur joueur de la CAN jusqu'ici, qui s'éclate en Bundesliga depuis des années.

Ils viennent de tenir tête à deux cadors africains, deux matchs qu'ils auraient pu gagné avec + de réussite ( péno non sifflé à la dernière minute lors de ce match, transversale sur une frappe monstrueuse de Traoré face à la CIV )


Ils affrontent le Mali lors du dernier match, qui a bien + souffert qu'eux face à la Cote d'Ivoire. Défensivement les deux équipes sont solides mais y'a + de talent offensif coté Guinée. Pour moi ça peut être la surprise de la CAN, un peu comme le Burkina lors de la dernière édition. Des équipes dans le même style d'ailleurs, avec Traoré dans le rôle de Pitroipa en plus adroit dans le dernier geste, et surtout, pas de Bakary Koné derrière.
C'est le dixième nul en 16 matchs je crois, ça commence à bien faire...
Michel Dussuyer ressemble pas mal à James Coburn.
Apparemment Njie est tricard aux yeux de Finke, ce qui est compréhensible mais c'est bizarre quand même vu qu'il le faisait jouer cet automne alors qu'il n'avait pratiquement jamais joué en pro.
Un beau visage de la Guinee sur ces deux premieres rencontres face a des nations plus experimentees. Même si la difference de niveau est parfois flagrante, la fougue et l'envie de cette nouvelle generation guineene fait plaisir a voir (je suis peut etre pas objectif mais j'en suis conscient c'est déjà ca ;). J'ai vu certes beaucoup d'erreurs mais également du jeu.
Comme m'a dit mon oncle après le nul contre la Cote d'ivoire : " on a montre aux ivoiriens que le petit marteau peut casser des gros cailloux ".
Allez le Syli national !! Continuez a nous faire rever après cette année difficile ! (histoire que l'on cite le pays sur un autre sujet qu'ebola)
Richard Soumah, le mec que tout le monde voulait quand il jouait à Guingamp et qui s'est retrouvé sur le banc du SB29?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 4