Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue Europa – 16e de finale aller – Guingamp/Dynamo Kiev (2-1)

Guingamp se donne le droit de rêver

Face à des Ukrainiens réduits à 9 avant la pause, Guingamp a beaucoup essayé et a finalement fait craquer son adversaire du soir (2-1). Grâce notamment à Beauvue, les hommes de Gourvennec s'imposent contre Kiev et sont en ballottage favorable pour une qualification inédite en huitième de finale européen.

Modififié

Guingamp - Dynamo Kiev
(2-1)

C. Beauvue (72'), M. Diallo (75') pour Guingamp , M. Veloso (19') pour Dynamo Kiev.


Kiev a vu rouge. Et plutôt deux fois qu'une. En 7 minutes, le Dynamo a déraillé. Yarmolenko d'abord, Belhanda ensuite, les deux milieux offensifs des visiteurs ont été directement exclus par l'arbitre de la rencontre avant la mi-temps, laissant 9 Ukrainiens face à 11 Guingampais déchaînés. Deux gestes d'humeur plutôt étonnant de la part d'une formation habituée aux joutes européennes. Surtout deux gestes qui plombent une équipe pourtant bien en place jusque-là, et qui menait même 1-0 grâce à une réalisation de son Portugais Miguel Veloso. Ajoutez à ces deux exclusions les sorties sur blessure de Lens et Syrdochuk, et vous obtenez un Dynamo Kiev sacrément bancal, qui ne s'attendait sûrement pas à un tel scénario. Loin de pouvoir imposer leur football, les Ukrainiens se sont recroquevillés en défense et ont longtemps crû pouvoir tenir. Guingamp a finalement réussi à profiter de son avantage pour trouver la faille, par deux fois, et se donne le droit de rêver à un retentissant exploit pour le match retour.

Le Dynamo pète un câble


Quand Kiev entre sur la pelouse du Roudourou, c'est une équipe talentueuse et expérimentée que va devoir faire plier Guingamp. Alors quand Lens sort sur blessure au bout de 5 minutes, les Bretons sont un peu plus rassurés et commencent à avancer vers les cages des Blancs. Pourtant, ce sont bien les Ukrainiens qui ouvrent le score après 20 minutes de jeu. Esseulé dans la surface, Miguel Veloso ne se fait pas prier pour aligner Lössl. On se dit alors que la mission déjà difficile devient impossible pour les irréductibles Gaulois. Mais impossible n'est pas français, et encore moins breton. Dans une rencontre de plus en plus hachée, les Ukrainiens s'énervent, et les contacts se multiplient. Viennent alors les minutes les plus folles de la rencontre. Sur deux coups de sang, chacun pour un coup de pied volontaire, la star Yarmolenko et le tout juste entré en jeu Belhanda sont logiquement exclus par Slavko Vinčić, l'arbitre slovène de la rencontre. Malgré leur tout petit bagage européen, les joueurs de Gourvennec prennent l'ascendant à l'expérience. Car si les Guingampais rentrent aux vestiaires avec un but de retard, ils comptent surtout deux joueurs d'avance, de quoi reprendre la main en deuxième période.

Les chevaliers du ciel


Comme prévu, Kiev fait le dos rond. En même temps, à neuf, on imagine mal les Ukrainiens prendre le jeu à leur compte. Gourvennec le sait et fait entrer Marveaux, puis Giresse, pour mettre le pied sur le ballon et dynamiter cette défense. Mais même si Guingamp tente bien de manœuvrer son adversaire et de passer sur les côtés, les petits gabarits bretons s'imposent difficilement au milieu des géants venus de l'Est. Pied tente bien de forcer le destin, mais ses deux frappes ne trouvent pas le cadre (60e, 69e). On craint alors que jamais le Dynamo ne cède. Heureusement, c'est l'homme providentiel de Guingamp, Air Beauvue, qui relance ses coéquipiers. De la tête, comme souvent, l'Astérix local trompe enfin un Shovkovskiy impeccable jusqu'ici (71e). Un but qui délivre des Bretons combatifs et pleins d'envie, qui parviennent à doubler la mise. Diallo, à peine entré en jeu, place lui aussi un coup de boulard imparable pour permettre à Gourvennec et aux siens de prendre l'avantage (75e). Le coach français et les siens continuent à pousser, mais ne parviennent pas à briser une muraille bien fissurée. Avec une telle supériorité numérique, on ne peut que regretter que Guingamp ne se soit pas plus largement imposé. Mais avec beaucoup d'absents côté ukrainien pour le match retour, tous les espoirs sont permis, pour réaliser l'exploit le plus incroyable que le football breton ait jamais connu.


Par Pierre-Valentin Lefort
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall