En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 26e journée
  3. // Nancy/Metz

Derby lorrain : un demi-parcage sans ultras

Modififié
Le derby entre le FC Metz et l’AS Nancy Lorraine, le 1er mars prochain au Stade Marcel-Picot, se tiendra sans deux des principaux groupes ultras du club grenat. Après de multiples rebondissements, la Horda Frénétik et la Génération Grenat ont appelé au boycott de la rencontre, dénonçant des conditions de déplacement inacceptables.

Cet avant-derby est pour le moins rocambolesque. En réponse aux incidents du match aller, la commission de discipline de la LFP avait d’abord décrété que le match se jouerait à huis clos. La décision a provoqué une levée de boucliers en Lorraine, le camp nancéien estimant un manque à gagner d’environ 500 000 € pour le club. Suite à la requête du club lorrain, la commission d’appel de la FFF a finalement décidé d’aller à l’encontre de ses homologues de la Ligue et d’alléger la sanction en optant pour le huis clos avec sursis. Une victoire pour l’ASNL, qui revendiquait hier 2 500 places restantes à une semaine du match.

Restait à régler la question des supporters messins, la préfecture de Meurthe-et-Moselle ayant préalablement interdit leur déplacement. Intraitable sur la non-venue des supporters havrais le 3 février dernier, les autorités ont, cette fois-ci, fait un pas en arrière en autorisant la venue de 450 Messins seulement, dans un parcage qui compte 1 030 places. Les modalités du déplacement sont drastiques : fouille avant de monter dans le bus, puis avant d’entrer dans le stade, trajet direct et entièrement escorté par la police, évacuation de tout le parcage au moindre pas de travers.

Trop pour les deux groupes ultras messins, qui annoncent, dans leur communiqué respectif, le boycott d’un derby pourtant attendu depuis six ans. Pour la Horda, les exigences des pouvoirs publics « vont à l’encontre des notions de liberté, de supporter en général et de celle d’ultra en particulier » , considérant que « tout ceci s’apparente plus à un transfert de criminels vers une enceinte pénitentiaire qu’à un déplacement de supporters vers une enceinte sportive » . Quant à elle, la GG estime ne pas pouvoir non plus « accepter ce diktat » . Elle appelle « les autres membres de la tribune Ouest à en faire de même » , avertissant que c’est « en cautionnant ce genre de pratiques lors de déplacements » qu’augmente « le risque de voir appliquer le même procédé pour tous les déplacements à venir » . L’association attend par ailleurs « la réaction du club dans la défense de ses supporters les plus fidèles » .


Sans même y assister, les ultras messins se souviendront de ce derby. GN
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 21 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 8