Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Changement de logo du PSG

5 choses que les Qataris pourraient aussi changer à Paris...

Le Parisien a balancé la bombe ce matin : le Paris Saint-Germain pourrait changer de logo. Pourquoi pas ? De nombreux clubs l’ont fait et le feront encore. Seul bémol, le directeur artistique en charge du projet s’est apparemment inspiré du logo du Racing Club de Strasbourg et de l’Olympique de Marseille pour dégainer son idée. Après s’être attaqué à la fleur de lys et au berceau de Louis XIV, les Qataris pourraient bien s’attaquer à d’autres symboles de la capitale.

Modififié
Le nom du club

«  L’important, c’est Paris, bien plus que Saint-Germain. » Quand il ne traumatise pas ses stagiaires, Michel Mimram néglige l’histoire et raconte des conneries. Mais des vraies, hein, celles que l’on dégaine quand on est concentré à 130% dès huit heures du mat’. Le pavé est donc lancé, quelque part entre la mare et la gueule des habitants de Saint-Germain-en-Laye et du Stade Saint-Germain, premier pensionnaire du Camp des Loges : le nouveau PSG sera plus P que SG. Alors qu’on parle déjà d’une police plus petite pour le Saint-Germain, qui serait mis en dessous de la Tour Eiffel sur le logo et à la place du 1970, amené à disparaître, une idée de génie serait venue à Nasser Al-Khelaïfi, tout sourire devant la télé et ces prolos qui râlent après Depardieu, parti poser son gros cul en Belgique. Cette idée, la voici : pourquoi pas le Paris Saint-Germain-des-Prés ? Pan ! Après tout, ce quartier est so Paris, a une belle et longue histoire depuis 558, a inspiré des artistes comme Boris Vian ou les encyclopédistes et a même hébergé les révolutionnaires. L’hôtel particulier de 1200 mètres carrés de Depardieu racheté – sans la cave à vin, c’est haram –, c’est tranquillement posé à la brasserie Lipp que Nasser annonce la création d’un centre d’entraînement dans le quartier de la monnaie. Les Germanopratins sont nés. Et puis après tout, la rue de Rennes, ça fait un peu route de Lorient, non ?

Le nom du stade

«  On avait pensé au Parc de la Prince, mais on a été devancé par les Guignols. » La saison 2012-2013 est terminée et le Paris Saint-Germain-des-Prés, éliminé en quart de finale de la C1 par Donetsk et devancé par Lyon en championnat, a une nouvelle fois déçu. La goutte d’eau pour les dirigeants qui, après avoir viré Ancelotti pour Mourinho, cherchent à créer un nouvel électrochoc. Le logo ? Déjà fait. Le nom du club ? Aussi. Le licenciement ? Pareil. Bon, bah ce sera le nom du stade, hein. À la recherche d’un truc qui claque et qui sonne vraiment « Paris » , Nasser Al-Khelaïfi, impressionné par la performance de Tibor Kovačs, une recrue qu’il n’aura jamais, et surtout adepte du Métronome sur la table de nuit, sonde Lorànt Deutsch. « Le métro, c’est l’histoire, mon petit Nasser  » , balance l’acteur. «  Porte de Saint-Cloud, c’est un peu cheap, Michel Ange Molitor, c’est un peu loin. L’Exelmans Arena, ça te va ? » Banco. Et tant pis pour ce cauchemar qu’est la ligne 9.

Le maillot

En 1982, quand le Paris Saint-Germain avait le plus beau maillot du monde avec un RTL sur le bide, Nasser Al-Khelaïfi n’était qu’un petit môme de 9 ans qui aspirait à une carrière de tennisman. Au vrai, ses premières images du PSG rimaient plus avec Liptonic, Seat et Tourtel. Il l’aimait bien d’ailleurs, Bernard Lama, avec son pantalon. Mais au fond, tout ça, ça ne colle pas avec l’image de son Paris, celui qu’il voit quand il sort dans la rue et on ne parle pas de porte de Clignancourt, hein. La marinière, c’était pas mal, mais c’est déjà pris. Bien décidé à faire tourner l’industrie du coin et toujours avec une petite pensée pour la balle jaune, il décide que son équipe jouera en polo blanc Lacoste à manches courtes. Et tant pis si Lacoste a bougé en Suisse. Il connaît des gens, là-bas.

La ville


Maintenant qu’ils se sont débarrassés de Saint-Germain-en-Laye, les dirigeants du PSG s’attaquent à un tout autre chantier. C’est bien de mettre le paquet sur Paris, mais maintenant, il faut assumer. Et assurer. Parce qu’un Paris chic et sexy, c’est une chose, mais sorti des quelques endroits que la haute du PSG fréquente, il reste quand même pas mal de saloperies. Alors Nasser enfile le bleu de chauffe. Il change de Smalto, quoi. Premier chantier : raser le boulevard Barbes, du boulevard Rochechouart à Château Rouge. Déjà, c’est dégueu et c’est tout le temps embouteillé. Ensuite, Zlatan ne pouvait pas se balader sans qu’on lui demande s’il voulait des tresses. Et ça, c’est relou. Une fois ce premier chantier terminé, Nasser s’attaque à la rue Mouffetard et à la rue Oberkampf. Ouais, son PSG à lui, ce n’est pas un PSG qui se met des mines en faisant des « barathons » . Parce que si on boit des coups, on fait ça bien, posé, à une table, avec une olive dans le verre à Martini. Ultime challenge : déplacer la Tour Eiffel. Ouais, on a insisté dessus sur le logo, alors maintenant, il faut qu’elle se rapproche du Parc des Princes. Et ça, c’est tout benef' pour le McDo de la porte de Saint-Cloud.

La langue

Lassé qu’on leur dise qu’ils n’attachent aucune importance à l’histoire, les dirigeants du PSG frappent un grand coup. «  Nous ne sommes pas des historix » , balancent-ils en conférence de presse, avec la tête des mecs qui préparent un grand coup. La nouvelle tombe via un communiqué : « À dater de ce jour, les joueurs communiqueront uniquement en ancien français. Pour les nouveaux arrivants, enfin, pour les dix types qui arrivent à chaque mercato, l’esperanto est autorisé pour une durée de deux mois. Les habitants de Paris intra-muros sont invités à suivre cette mesure. Dans le cas contraire, ils seront interdits de Parc des Princes. » Pas mal. Sauf que les mecs ont oublié un truc : la langue d’oïl, c’est pas facile. Premier à être soulé, Jérémy Ménez quitte le club, rapidement suivi par Siaka Tiéné. «  Déjà que je rame en français nouveau, hein » , balance le latéral gauche avant de claquer la porte. Avec cette réforme, le PSG ne devient pas plus compétitif. En revanche, il devient très drôle. Et ça, quelque part, c'est déjà une victoire.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68