Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Wilshere est adoubé

Fabio Capello a passé le cap. Après Arsène Wenger à Londres, l'entraîneur italien a lui aussi confié les clés du milieu des Three Lions à Jack Wilshere, 19 ans. Les choses demandées sont différentes mais les attentes identiques et très élevées.

L'Angleterre n'a jamais été aussi proche de s'imaginer un jour, avec le sourire, sans Lampard et/ou Gerrard. Contre la France à Wembley, l'absence de Frankie et la discrétion de Stevie avaient mis en lumière les carences d'un joueur pourtant prometteur comme Jordan Henderson. Contre le Danemark, mercredi, à Copenhague, Jack Wilshere a connu sa première titularisation avec les Three Lions et a posé les bases de ce qu'on appelle dans le jargon une “intégration réussie pour une première”. Il n'y a pas si longtemps, les Anglais pensaient devoir vivre avec l'idée qu'Hargreaves allait squatter le milieu briton. Out, trop une carrière de victime. On pense alors à Gareth Barry, besogneux, bon gaucher mais tellement laborieux lorsqu'il est bousculé dans le rythme d'une rencontre. Et puis les deux n'avaient objectivement aucune classe. Chien fou contre joueur pépère.

Alors, en ces jours où l'Angleterre réclame un nouveau souffle tout en ayant peur de perdre l'une de ses plus belles générations de footeux, l'intronisation de Jack Wilshere comme chef d'orchestre du système Capello est forcément une bonne nouvelle. Le sélectionneur national, habituellement plutôt avare en comparaisons hasardeuses, ne coupait pas les cheveux en quatre en conférence de presse d'avant-match mardi : « Il me rappelle les meilleurs joueurs que j'ai entraînés : Maldini, Baresi ou Raul » . On peut difficilement faire plus charismatique. Arsène Wenger, dès les 16 ans du jeune homme, voyait de son côté en Wilshere le successeur d'un ancien esthète d'Arsenal : Dennis Bergkamp. Charisme et esthétisme, voilà ce que nous promettent ses deux plus proches observateurs.

Mais le jeune Wilshere va devoir jongler entre deux positions. En sélection, Capello le veut dans l'axe défensif, sur la ligne de Lampard, deux milieux ailiers complétant le tableau : « Lorsqu'il a débuté le foot, il préférait être milieu offensif mais il peut jouer dans un rôle plus reculé. Je peux utiliser l'exemple de Makélélé mais je me souviens aussi de Pirlo. Un joueur intelligent peut jouer n'importe où. Nous n'avons pas de joueurs en Angleterre capables de jouer dans cette position comme lui » . A Arsenal, Wilshere joue plus avancé, Alex Song soulageant considérablement les tâches défensives, notamment dans les duels. Le petit Jack se mue plutôt en relais d'accélération du jeu des Gunners.

Sa première qualité est l'anticipation du jeu, « il est intelligent tactiquement » dit de lui Wenger. Sa deuxième qualité est avant tout technique. Toujours la tête levée, le buste ouvert, Wilshere a cette faculté de se mettre sur un contrôle orienté, un mouvement de corps, dans le sens du jeu, celui qui permet de faciliter les décalages. La plupart du temps idéalement placé pour fluidifier le jeu des Gunners, Jack Wilshere est ensuite de la race des élégants dans toutes ses transmissions, toujours aux petits oignons, dans les petits comme les grands espaces. Ce type sent tout simplement le jeu et avec classe. Surclassé dans chaque catégorie de jeunes, Wilshere est en position d'incarner une nouvelle identité de jeu en sélection (à savoir, ne pas considérer l'option Carroll comme le seul salut du foot anglais). Les rencontres de prestige, à fort enjeu (au hasard, la Champions League), révéleront le véritable degré de maturité d'un type doté d'une aisance et tranquillité bluffantes à seulement 19 ans. Jusqu'aujourd'hui, le jeune milieu d'Arsenal a réussi un premier examen de passage lors d'une victoire sur Chelsea fin décembre (3-1), mais dans la colonne “garder le contrôle de ses nerfs”, Wilshere, comme une bonne partie des Gunners, a échoué à Newcastle, lors du come-back incroyable des Magpies samedi dernier (4-4). Mais qu'il se rassure, chez les Gunners, c'est aussi une marque de fabrique.


Arsenal/Wolverhampton, 16h

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 10:09 Zlatan confirme qu'il reste en MLS 16