Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. // En partenariat avec Braun

Top 10 : Ces joueurs qui auraient besoin d’un bon rasoir

Les barbes, moustaches, boucs et autres initiatives pileuses prolifèrent sur le terrain de foot. Mais certains feraient mieux de s'en passer, pour leur bien ou celui de leurs coéquipiers.

Modififié

#10: Mile Jedinak

Il y a quelques années de cela, l’Australien arborait de superbes bouclettes qui lui donnaient l’air d’un surfeur du dimanche. Mais depuis la fin 2014, le milieu d'Aston Villa a dit adieu à son deux-lames pour devenir la caricature du hipster : un dégradé bien soigné qui détonne avec cette barbe hirsute. Un bûcheron qui a donné le premier coup de hache aux Bleus lors du dernier Mondial, marquant lors du match d'ouverture sur penalty face à Lloris et son duvet de trois jours.



#9: Damien Da Silva

En quatre saisons à Caen, Damien Da Silva s'était contenté d'arborer une délicate et discrète moustache, soulignée d'un petit duvet sous le menton. Mais depuis que le défenseur a signé cet été à Rennes, le voilà pris d'un sévère laisser-aller. Et pour ne pas dénoter avec les étudiants en arts du cirque de la capitale bretonne, c'est désormais un bouc épais et volumineux qui encombre son visage.



#8: Davide Moscardelli

« J'ai laissé pousser ma barbe, rien de plus, et depuis je suis devenu un mythe. » C’est la méthode choisie par le "Battigol" de Serie B et actuel attaquant de Pise, ne pouvant rivaliser avec les grands bombers italiens sur le terrain, pour gratter son cliché avec Francesco Totti. Ce que beaucoup qualifieront de cache-misère.




#7: Adil Rami

Seul champion du monde à ne pas avoir foulé les pelouses de Russie, le défenseur a eu le temps de se tourner les pouces et de se triturer les bacchantes. Et c’est pendant ces longs moments d’attente sur le banc qu’il a enfin trouvé un sens à sa présence : et si cette moustache devenait le porte-bonheur des Bleus ? Après tout, on n'appelle pas ça des « glorieuses » pour rien. Mais le retour à la routine marseillaise laisse penser qu’il serait grand temps de passer à autre chose.



#6: Vincent Thill

Être le premier joueur né dans le troisième millénaire à participer à un match de Ligue 1 ne fait pas tout. Le prodige luxembourgeois n’a pas encore su s’imposer au FC Metz et évolue actuellement en prêt à Pau en National. Une année où l’imberbe devrait en profiter pour se raser plusieurs fois par jour et rentrer en Lorraine avec une grosse be-bar. Rien de tel pour prendre un petit peu plus d'épaisseur.



#5: Cyrille Merville

Les soirées d’automne peuvent être particulièrement rudes pour un deuxième gardien. Surtout quand celui-ci joue pour Valenciennes, club n’ayant pas forcément l’habitude de longues épopées en coupes nationales. Et pour se parer contre le froid, Cyrille Merville n’a pas trouvé mieux que se couvrir le menton. Aujourd’hui libre, il peut laisser cette lubie derrière lui.



#4: Nabil Fekir

Oui, ça peut arriver à n'importe qui d'avoir des trous dans sa barbe. Le tout est de savoir les camoufler le plus efficacement possible. Le capitaine lyonnais a lui une impériale presque parfaite, à un souci d'implantation près sur le bas de la joue gauche. Et plutôt que de prendre le risque d'un déséquilibre, autant égaliser en taillant au plus près de l'autre côté.



#3: Román Torres

On peut deviner la réussite du Panama rien qu’en se référant au volume capillaire de son capitaine. Quand sa sélection a manqué la qualification pour le Mondial 2014, ses dreads ont subi un coup de ciseaux. C’est donc tout naturellement que l’auteur du but qualifiant les siens pour sa première Coupe du monde s’est présenté en Russie avec une belle tignasse sur la tête et sous le menton. Et comme le Panama rééditera difficilement un nouvel exploit, il est donc conseillé au capitaine de s’armer d’un tout nouveau rasoir.



#2: Wesley Moustache

Jeune latéral du FC Nantes, ayant signé son premier contrat pro en février dernier, Wesley Moustache attend encore son heure pour faire ses débuts avec l'équipe fanion. Silence, ça pousse.



#1: Marco Sailer

À mesure qu’il s’enfonçait dans les divisions inférieures allemandes, l’ancien de Darmstadt laissait pousser une énorme barbe. Attaquant sans grande réussite devant le but, il évolue aujourd’hui en D5 avec la réserve de Nordhausen. Et si c’était le moment de se délester un peu de cette masse drue pour redorer son CV ?

Voici une sélection de rasoirs pour aider ces 10 joueurs à se refaire une petite beauté...



Par Benoît Gélin

Dans cet article