Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 22 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Ligue des nations
  2. // Demies
  3. // Belgique-France (2-3)

Second poteau Theo !

Menée 2-0 à la mi-temps, l'équipe de France a finalement retourné la Belgique (2-3) jeudi soir, à Turin, et a arraché son billet pour la finale de la deuxième Ligue des nations de l'histoire grâce à un missile envoyé par Theo Hernández au bout de la nuit. Si les Bleus n'ont pas tout réussi, ils ont au moins prouvé que leur feu intérieur était intact.

Modififié

Belgique 2-3 France

Buts : Carrasco (37e) et Lukaku (41e) pour les Diables // Benzema (62e), Mbappé (69e, SP) et T. Hernández (90e) pour les Bleus

Ce devait être une nuit pour jauger l'état de deux nations brisées en plein élan au cours de l'été, mais aussi un soir pour faire exploser les pétards au milieu de ce qui s'annonce comme la seule réelle semaine d'électricité pour les Bleus sur la route du Qatar. Didier Deschamps rêvait d'une « parenthèse enchantée » , le sélectionneur français aura finalement vu ses hommes se saborder d'abord, puis profiter du recul d'une Belgique qui avait son destin entre les doigts avant de confirmer son statut de génération maudite. Menée 2-0, l'équipe de France a ainsi retourné son voisin comme une crêpe à Turin (2-3) grâce à un missile envoyé par Theo Hernández dans le petit filet de Courtois au bout du bout d'une rencontre qui ne pouvait se contenter de l'ordinaire.

La leçon de belge


Il n’aura fallu que 186 secondes pour voir les Diables rouges, drapés d’un costume tactique qu’ils portent avec autorité depuis la nuit des temps, donner les premiers coups de matraque à des Bleus en quête de repères dans un système qui ne peut devenir magique qu’avec un paquet de répétitions. Bande-annonce de la première mi-temps qui allait suivre, Romelu Lukaku a alors mangé une première fois Raphaël Varane le long de la ligne avant de centrer et voir Jules Koundé se planter devant un De Bruyne qui n’en demandait pas tant. Répit pour l’équipe de France, Hugo Lloris a sorti sur le moment un arrêt réflexe miracle (3e). La suite ? Une respiration, d’abord, Didier Deschamps voyant Kylian Mbappé tenter ses premiers slaloms et Benjamin Pavard cadrer une première tentative au bout d’un centre de l’attaquant du PSG (8e), mais aussi ses hommes offrir un nouveau bloc défensif trop étiré à plusieurs reprises, ce qui a souvent laissé Youri Tielemans se régaler la chique entre les lignes. Un problème souvent synonyme de grand danger face à cette Belgique. La preuve : devant le milieu de Leicester, De Bruyne, Hazard et Lukaku ont eu le loisir de se connecter à leur guise, Lukaku a transformé Varane en fauteuil, et les Diables sont définitivement sortis de leur boîte. Le dernier quart d’heure du premier acte a alors été un calvaire pour les Bleus (80% de possession pour la Belgique sur la période) et on a vu Carrasco ouvrir le score sur la première séquence de un-contre-un qu’il a eu à négocier avec Pavard (37e, 1-0), puis Romelu Lukaku transpercer Lloris côté fermé après avoir mystifié Lucas Hernández (41e, 2-0). Juste avant la pause, le gardien tricolore a empêché Hazard de tuer définitivement la rencontre, avec un espoir : que les citrons ravivent le feu intérieur tricolore.

Sur un air de 2018


Alors ? Alors, la Belgique a décidé de ranger les briquets et de ressortir son masque vu face au Portugal lors de l’Euro. Grossière erreur face à une équipe de France capable de faire un gâteau avec des miettes. Résultat, si Lukaku a eu une micro-occasion de 3-0 devant Lloris (51e), les Bleus ont refait surface, Griezmann coupant d’abord mal un centre de Mbappé (58e) avant que Karim Benzema ne vienne construire la réduction du score avec l’un de ses numéros préférés (2-1, 62e). Mieux : cinq minutes plus tard, après un tacle mal maîtrisé de Youri Tielemans, Kylian Mbappé s’est retrouvé au point de penalty et a pour de bon remis la troupe tricolore dans sa demi-finale (2-2, 69e). Le foot a parfois ses raisons que la raison ignore, mais un fait est là : malgré un nouveau miracle de Lloris devant De Bruyne (73e), la seconde période de l’équipe de France a été bien plus consistante, avec notamment plusieurs phases de pressing plus cohérentes et une nouvelle grosse entrée en jeu de Tchouaméni, tout proche d’un coup de canon décisif (77e). Cerise sur le gâteau, c'est sur un air de 2018 que ce Belgique-France aura basculé : un centre de Pavard, au second poteau, pour Theo Hernández (2-3, 90e). Les Bleus peuvent grimper dans le bus pour Milan. Prochaine station : l'Espagne.



Belgique (3-4-2-1) : Courtois - Alderweireld, Denayer, Vertonghen - Castagne (Bastshuayi, 90e), Tielemans (Vanaken, 70e), Witsel, Carrasco - De Bruyne, Hazard (Trosard, 74e) - Lukaku. Sélectionneur : Roberto Martínez.

France (3-4-1-2) : Lloris - Koundé, Varane, L. Hernández - Pavard (Dubois, 90e), Pogba, Rabiot (Tchouaméni, 75e), T. Hernández - Griezmann - Benzema (Veretout, 90e), Mbappé. Sélectionneur : Didier Deschamps.

Les notes des Bleus


Par Maxime Brigand, à l'Allianz Stadium
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 15:01 Passe une tête ce dimanche à notre brocante "So Foot Nostalgie" ! 1 Hier à 12:56 Le gardien du Hertha Berlin révèle avoir été en fauteuil roulant après la Covid 4