Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 96 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Nasri, l'épilogue du Petit Prince

Après 17 années d'espoirs, de chutes, de frissons et de gâchis, Samir Nasri jette l'éponge à 34 ans et tire sa révérence, alors que sa carrière était déjà en sourdine depuis plusieurs saisons. Une surprise pour personne, mais forcément un crève-cœur.

Modififié
Ce n'était peut-être pas un match des légendes à Marseille en plein cœur du mois d'octobre, à combiner au milieu de terrain avec JuL et faire face à Pierre Gasly, Tony Parker ou Matt Pokora, que l'on s'imaginait pour symboliser la fin de carrière de Samir Nasri. Le minot de la Gavotte-Peyret, à Septèmes-les-Vallons, avait certainement rêvé de tirer le rideau au Vélodrome, là où tout a commencé, mais sans doute pas de cette manière. Pourtant, d'ici deux semaines, dans le premier jardin de son parcours professionnel, c'est dans la peau d'un retraité que le milieu offensif participera à ce match de charité au profit des enfants de Côte d’Ivoire. Tous ceux qui ont vu son sourire rayonner sur la Ligue 1 et la Premier League pendant près de dix ans avaient tiré un trait sur l'idée de revoir le Petit Prince les faire frissonner : il y a bien longtemps que Nasri s'était éloigné du football, ou plutôt que le football s'était éloigné de lui.

Vitamines et romantisme


Depuis sa pige - étincelante, mais sans lendemain - au Séville FC en 2016-2017, alors que Manchester City ne voulait déjà plus de lui, c'est un déclin interminable qu'a connu le Marseillais, d'Antalyaspor (8 apparitions en 2017-2018) à Anderlecht (8 apparitions avec l'équipe fanion en 2019-2020) avec un vif retour en Angleterre à West Ham entretemps (6 apparitions, 2 passes décisives, en 2018-2019). La faute à des blessures, évidemment, mais aussi à cette ubuesque suspension pour dopage, survenue en février 2018. « Un épisode m'a fait très mal et a changé ma relation au foot : ma suspension, détaille-t-il dans le JDD. J'ai trouvé ça plus qu'injuste, je n'avais pris aucun produit dopant. C'était juste une injection de vitamines parce que j'étais malade. Ça m'a coupé dans mon élan. » Du gâchis, quand on sait ce qu'avait pu apporter Nasri en Andalousie, sous les ordres du désormais Marseillais Jorge Sampaoli.



« Je suis revenu à West Ham, à Londres, avec un entraîneur que je connaissais (Manuel Pellegrini) : c’était parfait, continue-t-il. Mais je me suis blessé trois fois d’affilée. Là, Vincent Kompany m’a appelé pour venir à Anderlecht. Comme j’aimerais entraîner, je m’étais dit que j’apprendrais avec lui. Ça ne s’est pas passé comme prévu. Puis le championnat a été arrêté à cause de la Covid. Après, je n’avais plus forcément envie. Et je ne me voyais pas revenir en France si ce n’était pas l’OM. » On en oublierait presque ce qu'était Samir Nasri, au tournant des années 2000-2010 : une posture unique avec une sphère entre les pieds, une élégance rare et irrationnelle, une trogne à qui l'on aurait envie de tout pardonner, un romantisme à sa manière et, forcément, beaucoup d'attentes. Enfant de l'OM et idole légitime du Vélodrome au milieu de la période de disette du club (une dizaine d'offrandes en L1 pour sa dernière saison sur la Canebière en 2007-2008), frisson de l'Emirates pendant trois superbes années à un moment où Arsenal et ses Frenchies avaient encore la cote, artisan de la naissance de la machine Manchester City avec les deux titres de champion (neuf assists en 2011-2012, un but lors du match du titre en 2014), Nasri aura tout de même réalisé plusieurs accomplissements, connu des équipes de rêve, inscrit quelques buts d'anthologie et brillé avec certains des meilleurs coachs de la planète - d'Arsène Wenger à Pep Guardiola -, lui qui s'est toujours dit amoureux du jeu.

Le premier sacrifié de la génération 1987


Au-delà de ça, il y a malheureusement aussi eu des sorties de route, ainsi qu'un comportement qui, pour beaucoup de gens l'ayant croisé (de Thierry Henry à William Gallas), lui a toujours porté préjudice. « La perception que les gens peuvent avoir, c'est à travers les médias. Ils ne me connaissent pas au quotidien. Forcément, je peux passer pour un petit con » , pestait-il dans Téléfoot en 2013. En attendant, celui qui avait l'Inter, Chelsea, le PSG, la Juve et le Manchester United de Sir Alex Ferguson à ses pieds au moment de quitter Arsenal après le meilleur exercice de sa carrière en 2010-2011 a commencé à décliner à partir de 28 ans, et gardera pour beaucoup une image très contrastée. Ainsi, sa trace laissée dans les mémoires collectives sera moins prégnante que ce que l'on aurait pu imaginer. Le volet équipe de France - commencé en 2007 à 19 ans face à l'Autriche avec une passe décisive pour Karim Benzema qui faisait lui aussi ses débuts - s'est d'ailleurs refermé très tôt, précisément en novembre 2013 lors d'un match cauchemardesque en Ukraine. Sa dernière apparition sous le maillot tricolore, Nasri restant sur le banc quatre jours plus tard lors du barrage retour mémorable au Stade de France.




Apparu 41 fois chez les A, capitaine au Luxembourg (0-2) le 25 mars 2011, buteur face à l'Angleterre au premier tour d'un Euro 2012 qu'il aura surtout marqué extrasportivement et snobé lors de toutes les coupes du monde avant sa retraite internationale en 2014, l'actuel consultant restera comme un immense talent gâché en sélection, à l'image de sa relation tumultueuse avec Didier Deschamps ou de son bilan de seulement deux championnats d'Europe disputés. Pire : même sans avoir participé à Knysna, il symbolisera aussi cette époque où l'équipe de France était un sujet qui fâchait tout un pays. Des Quatre Fantastiques de la génération 1987 championne d'Europe des moins de 17 ans en 2004, Nasri est le premier à dire stop (Hatem Ben Arfa et Jérémy Ménez n'en sont plus très loin non plus), l'année où KB9, revenu chez les Bleus, n'a lui jamais semblé aussi fort : le contraste est saisissant. Mais les rêves de Samir Nasri ne se sont pas tous envolés, et le Français s'imagine maintenant enfiler la casquette d'entraîneur. Pour, pourquoi pas, s'asseoir un jour sur un banc boulevard Michelet.

Par Jérémie Baron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 15:15 La Ligue anglaise autorise cinq changements en Carabao Cup 2 Hier à 14:45 Le Steaua Bucarest décimé par la Covid-19 15
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:02 Entraîneur-joueur depuis dix jours, Nuri Şahin raccroche les crampons 3
Hier à 10:29 Une étude autrichienne chiffre l'impact de la Covid sur les joueurs 6
À lire ensuite
Arsenal écrase Tottenham