Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // C4
  2. // Finale
  3. // Roma-Feyenoord (1-0)

Mou, moche et gagnant

Vainqueur ce mercredi de la première C4 de l’histoire aux manettes de l’AS Roma, José Mourinho a manifestement oublié comment bien faire jouer une équipe au football. Mais il sait toujours gagner des coupes d’Europe.

Modififié
Ce mercredi soir, il faudra donc bien encore parler de lui. L’AS Roma vient de remporter le premier trophée européen de son histoire depuis la Coupe des villes de foires 1961, mais les esthètes préféreront ne pas trop vouloir s’attarder sur ce qu’il s’est passé sur le pré. La Louve n’a pas franchement bouffé tout cru Feyenoord à Tirana, livrant même une seconde période foncièrement médiocre sur le plan offensif. Mais ce soir, juste ce soir, les Giallorossi ont bien le droit de s’en foutre. Et José Mourinho aussi.

Le coup du Mou


Ce succès-là, évidemment, n’a pas tenu à grand-chose. Et certainement pas à un fonds de jeu sophistiqué. Pas grave. Pas besoin. Plombée par ses insuffisances collectives en Serie A, la Roma avait fait tapis sur la conquête de la petite Europe. Un sentier de la gloire modérément accidenté : vainqueur successif du Vitesse et de Bodø/Glimt en huitièmes puis quarts de finale, la Magica a dû attendre d’éliminer Leicester en demi-finales pour se frotter à une formation qui semblait relativement plus proche de son standing. Son succès petit bras, arraché au bout d’une mi-temps d’abnégation face au Feyenoord, atteste finalement autant de ses limites que de ses qualités. Ce mercredi soir, le match de la Louve a pris un tournant décisif quand Zaniolo a ouvert le score à la demi-heure de jeu. Là, elle pouvait se donner le droit d’attendre. De balancer le fun aux oubliettes. Et surtout de souffrir, comme seule sait le faire une équipe de José Mourinho aujourd’hui. Elle n’aura de fait pas remporté sa finale de C4 à coups de passes laser et de une-deux millimétrés. Mais plutôt grâce aux tacles en bout de course de Smalling, aux interventions en catastrophe d’Ibáñez et aux sauvetages à répétition de Rui Patrício sur sa ligne.

L'éternité selon José


C’est laid. Ça ne tient définitivement pas à grand-chose. Mais ça marche parce que José Mourinho, même vieillissant, même ringardisé tactiquement, a toujours ce petit truc en plus en Coupe d’Europe. Pour transcender ses joueurs. Pour leur faire croire que c’est possible. Même quand rien ne fonctionne. Même quand on joue mal. Même quand les grands clubs ne veulent plus de vous et que vous devez entraîner ou jouer à l’étage inférieur. Parce que José Mourinho ne sait peut-être plus tout à fait comment bien jouer au football. Mais il sait toujours gagner des coupes d’Europe. Ce soir, il les aura toutes remportées sans exception, même la défunte C2, glanée quand il était entraîneur adjoint du Barça en 1997. Le football italien, lui, met fin à douze ans de disette complète sur le plan continental, le dernier succès européen d’un club transalpin remontant à la victoire de l’Inter en 2010. Avec déjà l’entraîneur portugais sur le banc. Pour ceux qui en doutaient encore, José Mourinho is and will for ever be the Special One.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 20:59 Mevlüt Erdinç signe au Racing Besançon en N2 ! 21 Hier à 15:24 Plus de 1000 euros de cadeaux à faire gagner à ton club grâce à l'UNFE !
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 11:43 La FIFA valide le hors-jeu semi-automatique en vue de la Coupe du monde 90