Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

Le cas Ocampos

Seule recrue marseillaise de ce mercato hivernal, Lucas Ocampos débarque à la Commanderie avec son lot de frissons et d'incertitudes. Capable de faire lever les supporters du Vélodrome comme d'agacer ses coachs par son manque de rigueur tactique, l'Argentin arrive comme un point d'interrogation dans un secteur offensif déjà bien pourvu.

Modififié
On ne reverra plus cette scène au Louis-II. Celle d'un père venant accrocher un drapeau argentin juste derrière la tribune de presse de l'enceinte monégasque. Cet homme, c'est le pater de Lucas Ocampos, arraché près de 15 millions d'euros (avec bonus) à River Plate en 2012. Un père qui n'hésitait pas à se faire des déplacements dans les différents stades de Ligue 1 pour voir son mouflet jouer. Un gamin promis à un brillant avenir depuis ses débuts en seconde division argentine. Ailier, deuxième attaquant, dribbleur, cavaleur, dévoreur d'espaces, Ocampos devait casser le Louis-II. Deux ans et demi plus tard, le premier gros coup financier de la présidence de Dmitry Rybolovlev quitte pourtant la Principauté par la petite porte. Abonné au banc de touche depuis un an, l'Argentin de 20 ans voulait jouer. Cela fait plusieurs semaines que l'AS Monaco propose son joueur à qui veut bien prendre en charger son salaire (100 000 euros net par mois). Ça sera donc l'OM. À Marseille, il aura la chance de (re)trouver une ambiance plus en adéquation avec ce qu'il a connu à River Plate et un entraîneur qui le désire ardemment depuis l'été dernier, Marcelo Bielsa.

Sorties de banc et lacunes tactiques


Sur le Rocher, Ocampos aura planté 15 buts en 98 matchs. La plupart de ses caramels ont été marqués en sortie de banc de touche. Parce que oui, Lucas ne s'est jamais imposé à l'AS Monaco. Jamais sur la durée en tout cas. Une saison pour apprendre en Ligue 2, une autre à découvrir le haut niveau sous Ranieri, puis six mois avec Jardim et la Ligue des champions en invitée surprise. Au final, une conclusion aussi dure qu'évidente : le gamin n'a jamais réussi à devenir un titulaire en puissance. À Monaco, ses lacunes sont évidentes, le jeune homme n'était pas du tout aguerri à la première division et à l'exigence tactique de celle-ci. Il a des circonstances atténuantes puisque l'on parle d'un môme qui a quitté son pays natal à 18 ans. Ce n'est jamais évident de laisser un océan entre sa vie et son bureau…

Vidéo

C'est simple, l'Argentin ne donnait aucune garantie tactique ni même d'assurance quand il débutait un match. Ocampos est fou, imprévisible, soliste et ingérable pour un collectif. Ranieri et Jardim en ont vite eu ras-le-bol de passer leurs matchs à replacer le joueur et de lui demander de jouer pour les autres. Au final, Yannick Ferreira Carrasco, Anthony Martial ou même Nabil Dirar auront eu l'oreille plus attentive aux conseils des coachs asémistes. C'est pourquoi les trois garçons ont progressé pendant qu'Ocampos rétrogradait dans la hiérarchie offensive monégasque. Certains regretteront le garçon, attachant, bon vivant, même si en complète infraction avec la brigade de la mode. D'autres se souviendront encore de certains de ses buts, comme ce ciseau claqué à Toulouse l'an dernier ou son caramel qui permet de braquer Leverkusen en Ligue des champions. D'aucuns vous parleront de son cœur. Ocampos est un canard, qui étale sa vie amoureuse sur Instagram. Pour être franc, le garçon fréquente des avions de chasse. Mais sur le Rocher, il se murmure que l'une de ses aventures n'est pas sans aucun lien avec sa baisse de régime. Nul doute que Bielsa trouvera les mots pour polir ce diamant brut et remettre de l'ordre dans la maison Ocampos. Le père, lui, ne sera plus le seul à sortir un drapeau argentin en tribunes.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 19:56 EXCEPTIONNEL : 10€ offerts sans sortir la CB + 100€ remboursés en CASH sur votre 1er pari Hier à 11:15 Nouveau Bonus ParionsSport : 100€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 10 juin seulement !
Hier à 17:11 L'association nationale des supporters dénonce des mesures préfectorales "démesurées" 7
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:46 Canal+ et RMC Sport se partagent les droits de la Premier League 43