Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020
  2. //

Ce qui se passe à Budapest, reste à Budapest

Dans l’habituelle Mecque des enterrements de vie de garçon, les supporters français ne sont pas passés inaperçus pendant la semaine où leur équipe de cœur y a élu domicile. Et s’ils ont apporté toute leur ferveur et leur bonne humeur, donnant à la ville ce parfum de grande compétition internationale, ceux-là ne se sont pas toujours distingués par leur savoir-vivre.

Modififié
Boglárka se sent bien mieux à l’intérieur. Bien qu’elle n’ait ôté ni son bob ni ses lunettes de soleil, cette septuagénaire a préféré se réfugier dans un bain à 34°C, à l’ombre des murs des célèbres thermes Széchenyi, pour pouvoir barboter et discuter avec son amie. Elle a beau ne parler rien d’autre que cette drôle de langue hongroise, elle n’a pas de mal à se faire comprendre. Dehors : la chaleur est harassante, mais surtout, une horde de Français semble lui avoir gâché son après-midi. Car dans ce temple du prélassement et de la quiétude, élevé au rang de tradition culturelle par les Budapestois, ce sont des dizaines de supporters qui ont décidé de faire un plouf avant de rejoindre le stade en soirée pour le match Portugal-France. Dans les bassins extérieurs, c’est une vraie fan zone qui s’improvise, en faisant fi du règlement intérieur.

Et pendant que certains se baquent avec leur maillot bleu plein de sueur et un gobelet de bière tiède à la main, d’autres font flotter un drapeau tricolore au-dessus du jacuzzi. Le moment choisi pour lancer l’immuable répertoire des virages français : un « On a Benjamin Pavard » , « Il est petit, il est gentil, il a bouffé Léo Messi » , un « On est chez nous » du meilleur goût, évidemment une Marseille et même un « Les Portugais, c’est des pédés » très raccord avec les débats sociétaux actuels dans la Hongrie d’Orbán. Les rares locaux trempant dans les mêmes eaux ne tarderont pas à se réfugier sur leurs transats. Pour les autres, il n’y avait plus qu’à se pincer le nez et mettre la tête sous l’eau en attendant que ça passe.



Cette faculté à toujours respecter l’endroit où ils posent leurs valises, les Français l’ont encore démontré tout au long de leur semaine. 5700 étaient recensés au stade face à la Hongrie, 7554 face au Portugal. On a pu les voir porter haut leurs couleurs dans les cortèges (très bien) organisés par les Irrésistibles Français sur les grands boulevards. Ils ont tenté d’avoir du répondant lorsque 50 000 Hongrois ont élevé la voix à la Puskás Aréna. Trois d’entre eux se sont même payé un petit sprint sur la pelouse au coup de sifflet final. Bref : les fans tricolores ont fait leur part du job.


Les irascibles gaulois


Mais c'est à la tombée de la nuit que démarrait le petit festival de gauloiseries dans le quartier juif et festif de Budapest. Les alcools peu chers et les températures élevées n'aidant en rien, c'est un défilé de jeunes gens aux yeux vitreux et aux gorges déployées que l'on pouvait croiser à chaque coin de rue. Ça braille, ça cherche son chemin, ça drague lourdement, ça charrie sans complexe, et ça peut aussi finir minable avec la tête entre les genoux une fois les rideaux baissés... Budapest a certainement l'habitude de ces ambiances. Ce n'est pas pour rien qu'elle est réputée pour accueillir les enterrements de vie de jeune fille et surtout de vie de garçon. Sauf qu'en ce mois de juin, certains ont laissé leur conjointe à la maison pour se payer une jolie semaine entre collègues.


Et pour rappeler au monde que Paris est la capitale de la grivoiserie, quoi de mieux que de dénigrer ce qu'on trouve sur place. « Budapest, capitale du porno, ce n'est plus ce que c'était, désespère l'un d'eux. Même déception pour ses deux potes qui ont suivi tout un itinéraire sur Google Maps jusqu'à un salon de massage thaï pour tomber sur une porte close. Pourtant, le rapport entre buts marqués et xG ne sera pas très élevé, à en croire Axel, expatrié français depuis deux ans à Budapest : « Ici, les filles sont jolies, c'est vrai, mais beaucoup de gars vont se rendre compte rapidement qu'elles ne se laissent pas faire. Surtout vu leur état... » Pedro, mèche bien peignée et tout de blanc vêtu, en a fait l'amère expérience au Szimpla Kert, le ruin bar le plus célèbre du coin. « C'est terrible, avec tous les Français là-dedans, il doit y avoir une fille pour cinq ou six mecs » , grommelle ce Portugais avant de se ruer sur une nouvelle proie. Dimanche, ce sera au tour des Néerlandais et des Tchèques de profiter de Budapest. Reste à voir si ce seront cette fois des gugusses habillés en orange qui troubleront la sortie thermale de Boglárka et son amie.



  • Profitez de 160€ de bonus EXCLU chez Netbet en cliquant ICI pour parier sur l'Euro !

    Par Mathieu Rollinger, à Budapest Photos : Manon Cruz.
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom
    Hier à 17:07 52% des fans chinois trouvent l'e-sport aussi excitant que le football réel 111
    Partenaires
    Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE