S’abonner au mag
  • France
  • Société

Vie et mort de Cédric Chouviat

Par Maxime Renaudet
Vie et mort de Cédric Chouviat

Décédé d'une asphyxie avec fracture du larynx à la suite d'un contrôle de police le 3 janvier dernier, Cédric Chouviat était père de cinq enfants. C'était également le demi-frère de Marvin Martin, avec qui il est parti à l'Euro 2012 en Ukraine, soit un an avant qu'il fasse signer Yacine Bammou au FC Nantes dans l'anonymat le plus complet.

Il est près de 14h30 ce dimanche quand un long cortège prend le chemin du complexe Louison Bobet de Levallois-Perret. La centaine de personnes ne marche pas pour réclamer la libération de Patrick Balkany, mais pour rendre hommage à Cédric Chouviat, Levalloisien décédé le 5 janvier après l’intervention musclée de quatre policiers. Plaqué au sol, casque sur la tête après avoir refusé d’obtempérer alors qu’il circulait à moto aux abords de la tour Eiffel, l’homme de 42 ans a été victime d’un malaise cardiaque avant de mourir deux jours plus tard d’une fracture du larynx. Mais avant d’être livreur dans l’entreprise de son père, de faire la une des journaux hexagonaux et de relancer le débat autour du plaquage ventral, Cédric Chouviat a côtoyé de près le monde très fermé des agents. Parce qu’il était le demi-frère de Marvin Martin, mais pas seulement.

Frères d’armes

Si les deux hommes ne partagent pas le même nom de famille, ils sont liés par le sang. Cédric et Marvin sont tous les deux les fils de Christian Chouviat, mais Marvin – de dix ans son cadet – a gardé le nom de sa mère. En 2011, quand il est en pleine bourre du côté de Sochaux, le jeune meneur de jeu est épaulé par son père et son frère. Propriétaire d’une fourrière de deux roues à l’époque, l’aîné décide même de se lancer dans la carrière d’agent. Il s’inscrit à l’AMOS Sport Business School, afin de préparer l’examen de la Licence d’agents FFF. C’est là-bas qu’il rencontre Abdel Djerboua, et se lie d’amitié avec lui : « Lors de nos présentations le premier jour, sans savoir que c’était le frère de Marvin Martin, on s’est tout de suite mis ensemble dans la promo. Je trouvais qu’il avait un vécu, et on sentait qu’il avait du relationnel. On échangeait nos renseignements, nos manières de faire, et on se projetait dans le futur. » Lors de leur cursus, les deux hommes mutualisent donc leurs compétences. Abdel, qui a travaillé par le passé avec un agent expérimenté, se concentre sur la partie analytique et juridique du métier alors que Cédric, plus volubile, s’occupe davantage du réseau et du relationnel.

Après six mois à AMOS, ils ne passent finalement pas leur examen, ce qui ne les empêche pas de continuer à travailler ensemble. À l’époque, Marvin Martin n’est pas loin de répondre positivement à l’appel du pied de Rudi Garcia, qui veut le faire signer à Lille, avant de rempiler pour une dernière saison réussie dans le Doubs. Un mal pour un bien pour Cédric, qui continue de se faire la main en réseautant auprès du club sochalien. Épaulé par Abdel, qui travaille entre Le Mans et Nantes, mais qui connaît certains joueurs sochaliens, il profite du non-départ de son frère pour lancer sa carrière d’agent. « On a suivi ensemble la génération 93 au Portugal, où on a fait du présentiel. Moi auprès d’un de mes joueurs, et lui auprès des joueurs de Sochaux afin d’essayer de les attirer. Car même s’il n’avait pas la licence, et même s’il n’était pas l’agent de Marvin, il avait dans l’optique – et il en avait les réseaux – de devenir l’agent des jeunes pousses sochaliennes les plus cotées. » Mais tout ne va pas se passer comme prévu.

De Sochaux à l’Euro

Pourtant, en juin 2012, un an après son doublé retentissant pour sa première sélection avec l’équipe de France, Marvin Martin est sélectionné par Laurent Blanc pour participer à l’Euro en Ukraine. Cédric part avec lui, et en profite pour étendre son réseau. « À ce moment-là, il avait pignon sur rue, il voyait la fratrie Ben Arfa, la fratrie Ménez, qui a joué à Sochaux. Il avait de très très bons réseaux à l’époque » , se rappelle Abdel Djerboua. Passionné, naturel et sans filtre, Cédric devient rapidement un interlocuteur de premier plan pour certains internationaux de l’époque. « Il côtoyait le cercle très très fermé de Karim Benzema à l’époque. Et en Ukraine, il avait plein de projets pour nous deux. C’est quelqu’un qui vivait à 2000 à l’heure en 2012, c’était le couteau suisse dans le métier d’agent, poursuit Djerboua. Je sais très bien qu’il gênait des gens, car sa personnalité faisait qu’il captait beaucoup de monde. Sous prétexte qu’il était le frère de Marvin, on l’a un peu pris de haut dans le métier. » Pourtant, Cédric n’est pas son agent quand, quatre jours après l’élimination des Bleus en quarts de finale, son demi-frère s’engage enfin avec le LOSC, et triple son salaire.

Régulièrement présent au stade Pierre-Mauroy pour élargir son réseau et supporter Marvin, Cédric assiste impuissant à la déconfiture de son frangin. Souvent blessé et jamais décisif, le numéro dix lillois n’arrive pas à confirmer les espoirs placés en lui. Ce qui n’empêche pas son frère de continuer à accompagner et conseiller certains joueurs. Début 2013, il interpelle Abdel sur un de ses amis d’enfance qui évolue à Evry en CFA2, un certain Yacine Bammou. Mais son ancien camarade de promo, proche du FC Nantes et de sa cellule de recrutement, essaie déjà d’y caser un de ses joueurs. « Jusqu’au jour où on s’est retrouvé lors d’un Lille-Lorient. Et dans la loge, il y avait Yacine Bammou. Je discute avec lui, il me raconte sa vie, et je lui dis que je ne le lâcherai pas. » Trois mois plus tard, après un essai concluant, Bammou signe un contrat amateur. Mais son ami d’enfance et conseiller décide d’aller plus loin, et propose à Nantes un contrat pro de trois ans qui deviendra actif quand il aura effectué cinq apparitions chez les pros. Ce que l’attaquant de 22 ans ne tarde pas à accomplir. Mais à l’issue de la signature de ce contrat, un couac intervient entre Cédric et Abdel, poussant ce dernier à se retirer du milieu. Un milieu qu’avait lui aussi quitté Cédric Chouviat, sans avoir eu le temps de réussir son pari : devenir agent de joueurs sans avoir l’étiquette Martin collée sur le front.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Maxime Renaudet

Propos de AD recueillis par MR

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

03
Live : Lyon-Lens (0-2)
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Sochaux

Lille

Logo de l'équipe Reims
05 Yunis ABDELHAMID (sdr) during the Ligue 1 Uber Eats match between Stade de Reims and Toulouse Football Club at Stadium Municipal on February 4, 2024 in Toulouse, France. (Photo by Vincent Poyer/FEP/Icon Sport)
05 Yunis ABDELHAMID (sdr) during the Ligue 1 Uber Eats match between Stade de Reims and Toulouse Football Club at Stadium Municipal on February 4, 2024 in Toulouse, France. (Photo by Vincent Poyer/FEP/Icon Sport)
Pronostic Reims Lille : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 1

Pronostic Reims Lille : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 1

Pronostic Reims Lille : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 1
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs