S’abonner au mag
  • Coupe d'Espagne
  • 16e
  • Ponferradina-Villarreal

Tu t’es vu quand t’as Bakambu ?

Par Florian Cadu
Partager
4.9k
Tu t’es vu quand t’as Bakambu ?

Deuxième meilleur buteur de Liga derrière Lionel Messi, Cédric Bakambu frappe de manière surprenante en ce début de saison. Il n’a même jamais semblé aussi fort. Avant tout grâce à un mental d’acier et une énorme confiance en lui.

Personne n’y croyait, alors tout le monde tente d’apprécier. Quoi, au juste ? La nouvelle tendance du classement des buteurs de Liga. Depuis de (très) longues années, les deux premières places étaient squattées par des éléments du Real Madrid et du FC Barcelone. Il faut ainsi remonter à la saison 2008-2009 et le statut de Pichichide Diego Forlán pour voir un élément d’une autre équipe se distinguer dans ce classement. La faute, évidemment et principalement, aux deux monstres nommés Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Sauf que si le premier, meilleur buteur d’Espagne avec onze pions, tient parfaitement son rang, quelques rebelles ont décidé de faire de l’ombre au second en ce début de saison. Ces dauphins insoumis se nomment Simone Zaza et, encore plus étonnant, Cédric Bakambu, avec huit caramels chacun. Hormis Messi, personne n’a donc marqué plus que l’ancien Sochalien (et premier Congolais de l’histoire à réaliser un coup du chapeau, contre Eibar début octobre, en terres hispaniques, ndlr) en Espagne pour le moment. Dingue, non ?

Sur le banc contre Caen et remplaçant de Jordan Ayew

Simple : le Congolais de 26 ans a marqué à huit reprises en huit matchs de Liga (pour autant de titularisations), plus une fois en Ligue Europa (pour une titularisation) et deux avec sa sélection. Basique : le bonhomme n’est déjà qu’à cinq tremblements de filets de son record en championnat (13 avec Bursaspor en 2014-2015) et quasiment à la moitié de son meilleur bilan toutes compétitions confondues sur une saison (23 toujours avec Bursaspor en 2014-2015). Les bases sont posées, et même Orelsan aurait du mal à croire à ses statistiques s’il savait que le (faible) niveau de l’attaquant l’obligeait à garder ses fesses sur le banc quand il rencontrait Caen il y a quelques années.

En France et en Ligue 1, Bakambu n’a pas laissé d’immenses souvenirs. « À Sochaux, on voyait qu’il avait des qualités physiques, qu’il était rapide, qu’il pouvait faire la différence tout seul sur certains matchs… Mais il manquait quand même de constance et d’adresse devant le but, reconnaît Pierre-Alain Frau à propos de son coéquipier avec qui il a évolué lors de sa dernière saison chez les Lionceaux. Il n’impressionnait pas vraiment. D’ailleurs, Jordan Ayew l’avait remis sur le banc. Donc oui, ça m’étonne de le voir si efficace et si régulier aujourd’hui. S’il arrivait à se créer des occasions, il en manquait pas mal. Donc je pensais que ça lui jouerait des tours. »

Confiance + optimisme = réussite

Oui, mais voilà : après Sochaux, le garçon a grandi, a appris, s’est musclé, a développé son jeu en même temps qu’il découvrait un nouveau football en Turquie et s’est amélioré, tout simplement. « J’ai disputé des gros matchs, dans des grosses ambiances, donc au niveau de l’expérience, ça m’a permis d’évoluer » , assure-t-il d’ailleurs en août 2015. Surtout, il garde confiance. « Il a toujours été sûr de lui, même s’il a connu des périodes de doute propres aux attaquants, reprend PAF. Il était déjà très positif il y a quelques années, et ne lâchait jamais. Il dispose d’une discipline de travail qui lui permet de conserver sa grosse confiance. » Après une première saison honnête à Bursaspor (treize buts en 27 apparitions), l’avant-centre n’hésite pas quand le sous-marin jaune se présente à lui. Et ce, même s’il ne parle pas un mot d’espagnol. « Je vais y arriver, y a pas de souci, sourit-il, tranquille. De toute façon, je suis obligé. C’est clair que ça aurait été un avantage pour faciliter mon intégration, mais ce n’est pas grave. L’espagnol, ça va venir tout seul.(…)Moi, je veux simplement m’imposer et disputer tous les matchs. »

S’il n’est pas tout de suite considéré comme un titulaire indiscutable (21 fois aligné d’entrée en Liga), le petit Cédric se montre (douze buts en championnat, neuf en Ligue Europa) et prend ses marques. Malheureusement pour lui, des bobos embêtants viennent lui gâcher son début de saison 2016-2017, le poussant sur la touche un peu plus longtemps que prévu. Sa réaction ? « Ça va aller, 2017 sera mon année !(…)J’ai perdu ma place avec la blessure.(…)Ici, c’est de la vraie concurrence saine. En dehors du terrain, il n’y a aucun problème. Et puis Sansone et Pato, ce ne sont pas n’importe qui ! Mais je sais que quand je reviendrai, je récupérerai ma place de titulaire. Je suis confiant. » Pas loupé : profitant du départ d’Alexandre Pato en Chine durant l’hiver, le natif d’Ivry reprend le rythme, marque une dizaine de fois et se prépare mentalement à une nouvelle saison qu’il imagine folle. Folle au point de, pour l’instant, suivre la cadence démesurée de Messi. Reste une question : combien de temps cela peut-il durer ?

Par Florian Cadu

Propos de Pierre-Alain Frau recueillis par FC

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Villarreal

Sochaux

Cédric Bakambu

10
Revivez la défaite de l'OM face au Panathinaïkos
Revivez la défaite de l'OM face au Panathinaïkos

Revivez la défaite de l'OM face au Panathinaïkos

Revivez la défaite de l'OM face au Panathinaïkos

Actus P. Frau