S’abonner au mag
  • Rencontre exclusive

On a rencontré le seul homme sur Terre qui ne regarde pas Koh Lanta

Par Pierre Maturana
On a rencontré le seul homme sur Terre qui ne regarde pas Koh Lanta

Il a choisi de vivre coupé d’une partie de la France, en marge de la société et seul contre tous. SO FOOT a rencontré un homme – qui tient à rester anonyme pour des raisons de sécurité évidentes – qui est à ce jour la seule personne dans notre pays à ne pas regarder Koh Lanta chaque vendredi soir. On vous prévient : son témoignage, qu’on vous livre in extenso, est terrible et raconte la solitude qui nous guette tous dans le monde d'aujourd'hui.

« Ça s’est passé le 16 mai 2020. Un samedi soir. Le premier samedi soir post-confinement, pour situer. Je suis invité chez des potes qui ont un petit extérieur, bien aménagé, sympa comme tout. Au programme, apéro et barbec’ dans la foulée. Forcément, après près de deux mois enfermés chacun chez nous, deux mois à se capter en Zoom ou autre, on allait avoir des choses à se dire… Disons que j’ai vite déchanté. À peine la première bière descendue et quelques chips avalées, LE sujet est arrivé sur la table. Pour ne plus en repartir. On a parlé de… Koh Lanta. Enfin, « on »… Et vas-y que ça disserte sur les exploits de Claude, sur les salopettes de Moussa, sur les stratégies de Régis ou d’Alexandra, les caractères des uns et des autres. Et vas-y que ça imite la façon de parler d’un certain Rico La Défonce. Et vas-y que ça se demande si Sam est un homme ou un X-Men. Et vas-y que ça te raconte que machin a trouvé un tuto pour faire du feu avec le cordon de son Speedo et des pinces de crabes et que bidule s’est mis à cuisiner le manioc sous toutes ses formes grâce à l’émission. Et vas-y que Denis Brogniart serait le gendre idéal et ferait limite un super ministre de la Culture….

J’écoute, je ne dis rien. Parce que, oui, mon truc, ce qui me définit en tant qu’être humain sur cette Terre en 2020, bah c’est que je n’en ai rien à carrer de Koh Lanta. J’écoute, donc. Je bous intérieurement, mais je me contiens. Jusqu’à ce qu’ils commencent à remonter le temps et à reparler des anciennes éditions… Là, j’ai craqué. En substance, voilà ce que je leur ai dit : « JE DÉTESTE KOH LANTA. VOILÀ, C’EST DIT, JE DÉTESTE KOH LANTA. JE N’EN PEUX PLUS DE VOTRE ÎLE DE MERDE. » J’ai cassé l’ambiance, comme si j’avais pris leur totem d’immunité à la con et que je l’avais jeté par-dessus le balcon. Mes potes (ou futurs anciens potes ?) se regardaient, un sourcil relevé, l’autre froncé. Puis l’un d’eux a essayé d’établir le contact avec moi : « Mais… tu ne regardes pas Koh Lanta ? Tout le monde regarde Koh Lanta ! » Toute la France peut-être, mais pas moi.

Alors, j’ai tout lâché, tout déballé, tout avoué. Je n’en peux plus, donc. Je n’en peux plus de Claude, le nouveau roi des fans de Koh Lanta et des jeux de mots pourris.« Claude Lanta », lol, trop drôle, bien joué Raymond Devos ! « Gna, gna, gna, Claude il va gagner les présidentielles… » Face à Bigard au second tour, c’est ça que vous voulez, sérieux ? Je ne comprends pas le délire d’une émission qui ne se passe même plus à Koh Lanta depuis plus de quinze ans. Chiotte, ça vous viendrait à l’idée d’appeler une émission Oléron et de la tourner en Sardaigne ? Bah non ! Si je veux regarder des équipes jaunes et rouges faire des jeux dans l’eau ou dans la boue pour gagner à boire ou un trophée moche, je vais au camping. Si je veux voir des gens qui s’engueulent parce qu’ils manquent de PQ ou de Nutella, je regarde Les Marseillais sur W9. Si je veux voir des épreuves extrêmes et des gens qui lisent des parchemins, je mate Fort Boyard. Si je veux voir des gens qui vivent des choses extraordinaires sur une île déserte et qui doivent tout mettre en œuvre pour s’en sortir, je me refais l’intégrale de Lost. Mais ce délire de téléréalité qui serait plus honorable que d’autres parce que les mecs ont faim, font caca dans les nids des tortues locales, se prennent pour des Indiana Jones et des Mike Horn, mais qui pleurent quand ils reçoivent un horrible dessin de leurs marmots, non merci. Bon, puis arrêtez de me vendre le côté stratégique de l’émission : si c’était si fin, subtil et machiavélique que ça, vous ne verriez pas tout arriver gros comme un camion sur votre canapé en train de déboîter un Magnum blanc.

Bref, je m’emporte dès que j’en parle. Je n’en veux à personne d’aimer Koh Lanta, mais lâchez-moi la grappe avec ça. Tant pis pour vous si vous loupez le super épisode inédit de NCIS ce soir sur M6, après tout ! En attendant que ça commence, il va être l’heure d’aller demander sur Twitter si je suis le seul mec au monde à s’en battre les couilles de Koh Lanta. La semaine dernière, j’avais quand même fait 134 retweets et 689 « j’aime » avec ça ! »

Ceci est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Par Pierre Maturana

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine